Forum de RP basé sur le thème de Zelda (Ocarina of Time), coupé au site de RPG en ligne Hyrule's Journey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Renouer avec l'instinct

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keith Lyne
Habitant
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 16/03/2014

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Renouer avec l'instinct   Dim 5 Aoû - 13:55

Keith marchait d'un pas décidé, bien plus taiseuse qu'à son habitude. Colère, inquiétude, empathie, ... Ses émotions se mélangeaient. Elle avait besoin de faire de l'ordre dans ses pensées, de trouver une solution aussi.

Sur un "Viens." sans appel de sa part ils avaient quitté rapidement la ville, s'éloignant tant que possible des êtres humains aux alentours.

Son ami avait eu le temps de se retransformer sans qu'elle sache si c'était volontaire ou contraint. Elle l'avait alors guidé jusqu'à l'une de ses caches, pour lui prêter quelques fourrures. Elle n'avait jamais été très pudique elle-même mais elle était suffisamment au fait des conventions sociales pour savoir que se promener nus attirerait l'attention, qui plus est son ami était peut-être plus réservé qu'elle.
Elle avait donc repris sa forme humaine aussi, pour profiter de l'occasion de se couvrir également. De toute façon être humaine avait ses avantages, elle transporterait plus facilement son précieux arc.

Elle s'était ensuite remise en route, toujours taciturne. Plus ils progressaient et plus ils s'enfonçaient dans une forêt. Ce n'était pas celle où ils s'étaient rencontrés qui s'étendait bien plus loin au delà de la plaine. Mais de nombreux petits bois parsemaient les terres d'Hyrule, et celui-ci lui paraissait suffisamment tranquille.
La jeune femme finit par s'arrêter au milieu des arbres. Il était temps de mettre des mots sur leur affaire.

"Tu as compris, hein ? Que tu risquais de ne pas rentrer avant un moment."

Perdue dans ses tracas elle s'était seulement assurée qu'il la suivait. Elle n'avait pas prêté attention aux états d'âme du jeune homme, trop occupée par les siens. Elle ignorait s'il l'avait suivie par dépit ou parce qu'il comprenait ce qu'elle avait en tête.

"Il y a une bonne nouvelle là-dedans. Si on est ici, c'est parce que je te crois. Et puisque je t'estime de bonne volonté je veux t'aider."

La chasseresse n'avait même pas compté depuis combien de temps elle marchait. Tout ce qu'elle savait c'était que le soleil était à présent haut dans le ciel.

"Je ne sais pas ce que tu as. La seule... autre personne que j'ai connue comme moi n'a jamais eu ce problème non plus. Et aujourd'hui... J'aimerais pouvoir lui demander conseil mais je ne peux pas."

Elle s'assit en tailleur à même le sol sur une petite étendue de mousse.

"On ne restera pas ici, c'est bien trop proche des villages. Pendant les prochains jours je serai la seule humaine de ta zone de chasse. Je veux voir si tu peux te contrôler."

Elle avait eu l'impression d'une retenue vis-à-vis d'elle mais elle voulait voir jusqu'où il pouvait tenir face à la faim et à l'écart du reste des gens. C'était la seule piste qu'elle avait. S'il était à même de se contenir avec elle, elle était persuadée qu'il en serait capable quelle que soit la situation. Il fallait juste identifier quels étaient ses freins.

"Mais dans un premier temps il faut qu'on parle. J'ai besoin de savoir, tout savoir. Il faut que j'essaye de comprendre ce qui t'arrive, et ce qu'on peut faire."

_______________________
Couleur : #e37310


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 164
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Renouer avec l'instinct   Mar 9 Oct - 3:50

Avec la nuit, le cauchemar avait passé. A présent qu'il s'était retrouvé, Aedelrik éprouvait pour ses souvenirs de la veille la même incertitude floue qui frappe souvent le rêveur, une fois éveillé. Tout ce qui se situait entre ce coup de lance qui avait percé son flanc, et la longue marche en compagnie de Keith hors de la cité, tout lui semblait comme irréel, le fruit de son esprit en proie à la douleur. Mais impossible pour le Renard de se fourvoyer ; Il devait croire sa mémoire, trop de détails témoignaient en ce sens. La guérison surnaturelle de sa blessure, déjà, pas encore refermée mais en bonne voie de l'être. Ensuite, sa nudité complète, jusqu'à ce que la louve ne lui ai donné de quoi la couvrir. Et enfin l'expression de colère qu'il lisait chez celle ci chaque fois qu'il osait un regard en sa direction.

En vérité, le voleur n'en menait pas large. Hors de sa précieuse cité, habillé comme un chasseur de fourrures et en proie à un violent contrecoup de sa transformation, sous la forme d'une fatigue harassante, il se contentait de mettre à chaque pas un pied devant l'autre, sans discuter. De toute manière, Keith ne lui avait clairement pas demandé de le suivre ; elle le lui avait ordonné. Aedelrik entendait encore sa voix résonner, à travers le flou. Un commandement auquel il n'avait pas pu résister. Comme si dés lors que cette volonté s'était exprimée, elle était soudain devenue la sienne. Il ne se l'expliquait pas ; Lui, un esprit libre ! Un rebelle dans l'âme ! Mais il sentait bien comme sa liberté n'était plus si évidente, avec un autre que lui... à l'intérieur.

Perdu dans ses pensées et ployant sous l'épuisement, le voleur ne leva pas assez le pied à son millionième pas sur le chemin, et trébucha sur une racine. Il sentait qu'il devrait bientôt s'arrêter, au risque de s'effondrer, sinon. Qu'elle l'ait compris ou qu'un dieu bienveillant le lui ait inspiré, Keith décida d'une halte non loin, au milieu d'un bosquet d'arbre touffus. De quoi éviter des regards indiscrets, sans doute. En tout cas, le tronc d'un grand if parût à Aedelrik le plus moelleux des fauteuils. Mais malgré son soulagement, il comprit en un échange de regards que son confort soudain ne serait qu'une maigre consolation par rapport à ce qui l'attendait.

L'espace d'un instant, une pensée lui traversa l'esprit, comme un éclair fend le ciel ; Et si cette halte n'en était pas une ? Et si cet arrêt ne devait jamais avoir de fin ? Il se souvint de la promesse qu'il avait rompu, de ce qu'elle lui avait promis de faire si cela arrivait. En cet instant qui s'étirait à l'infini, la fatigue n'existait plus. Il sentait quelque chose en lui s'éveiller, grandir, prêt à jaillir. Keith était en train de lui annoncer qu'il ne referait pas le chemin du retour avant longtemps... Qu'en croire ? Que voulait elle
vraiment dire à travers cela ? Le Renard rassembla ses forces. Il n'avait pas d'arme, mais sa peau était trop coriace pour lui être aisément ôtée.

« Il y a une bonne nouvelle là-dedans. Si on est ici, c'est parce que je te crois. Et puisque je t'estime de bonne volonté je veux t'aider. »

Toute la tension qui le parcourait disparut d'un coup, le laissant retomber dans sa torpeur, rompu, mais apaisé. Il murmura vainement un « Merci. » si faible que ses lèvres ne bougèrent pas. Ce mot avait toujours le goût de la cendre dans sa bouche. Trop de souvenirs, trop de douleur. Tachant de rester attentif à ce que Keith disait malgré son coeur battant encore comme un tambour et la forêt couvrant le tout de son vacarme habituel, Aedelrik ne put s'empêcher de s'étonner à voix haute.

« D'autres... Comme nous ? Enfin, comme toi, surtout, apparemment ? »

Il garda néanmoins le silence quand il compris à ses derniers mots que, qu'importe de qui Keith parlait, celui là ne pouvait plus rien pour eux. Encore une fois, le Renard eut envie de trouver le bon mot pour s'associer à la peine de la louve... Mais il en fut incapable. Trop de souvenirs...
En revanche, lorsqu'elle évoqua son manque de contrôle, il ressentit ses mots comme une attaque directe et s'insurgea,


« Je ne boulotte pas des gens au petit déjeuner, si c'est ce qui t'inquiète ! Je suis un type normal, la plupart du temps. Le monst... Le loup, c'est seulement quand elle se pointe ! »

Il lança un doigt accusateur vers la cime des arbres, puis le baissa en réalisant qu'il pourrait offenser par erreur le Soleil, puisque la fautive n'était même pas présent dans les cieux, à cette heure là. Le Renard était trop malin pour ignorer que les dieux n'aimaient pas qu'on les invective, surtout à tord. Il reprit, plus bas, les yeux sur sa blessure.

« Quand il s'éveille, je contrôle plus rien. Je deviens... une petite partie de cette chose, qui sème la mort. Mais tant qu'elle n'est pas là, je suis moi. Tu verras. »

Au fond, Aedelrik ne savait plus trop ce qu'il était vraiment, ou pas, mais il ressentait le besoin de s'affirmer différent, autre, de la bête. Comment pourrait il être coupable, meurtrier, démon, alors même qu'il ne faisait que rêver pendant que le fléau frappait en son nom ? C'était comme accuser les vents pour les dégâts d'une tempête ! Et outre lui même, il avait besoin que Keith le comprenne.

Celle ci s'approcha justement de lui, planta ses yeux dans les siens, et lui demanda toute la vérité. Le Renard en perdit sa salive. Si quelque chose le terrifiait dans cette situation, c'était bien de devoir tout déballer. Si encore, il s'était contenté de céder de temps en temps à la pleine lune... Mais quelque chose de bien plus grave restait encore caché dans les tréfonds de son âme. Une rencontre impie, lors d'une nuit impie, avec un dieu impie. La bête, la faim, un cerf blanc, la terreur au fond d'un oeil, le sang versé, les racines autour de lui, et des bois. Des bois tordus, noirs, qui l'enserraient de toute part. La gorge serrée, tâchant de masquer ses mains qui tremblaient, Aedelrik perdit son regard dans la forêt autour d'eux. Et alors qu'il allait commencer à parler, il le sentit.
Il le vit dans l'ombre d'un tronc, il l'entendit dans le cri d'un vieux corbeau, il le sentit comme on sent une carcasse abandonnée. Il était là, il écoutait. Acculé, Aedelrik se referma et il parla, sans plus oser rien dire,


« Je sais pas quoi te dire de plus. On a vécu cette nuit là, dans la forêt, avec la lune, et depuis... A chaque fois qu'elle est pleine, même si je me terre dans un souterrain, elle appelle le loup, à l'intérieur, et je perd pied. J'ai consulté un savant, qui m'a dit que c'était un cas connu de malédiction, sauf je vois pas pourquoi j'aurai été maudit. » A mesure qu'il parlait, le Renard sentit que la forêt revenait à son état normal et il s'autorisa un sourire. « Mais peut être que j'ai juste besoin d'apprendre, avec toi. Comme dans une vraie meute. »

Au fond, il avait autant peur pour lui que pour elle. Si il la trouvait dangereuse, voire juste gênante... Keith serait perdue, comme lui. Et étrangement, pour la première fois depuis longtemps, cette simple idée était insupportable à Aedelrik... ou à ce qui dormait au fond de lui.

« En tout cas, je sais pas où on va mais on devrait reprendre la route si on veut s'éloigner des humains. » Et mettre le plus de distance possible entre ces bois et eux.

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Renouer avec l'instinct

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Journey :: RPG :: Plaines d'Hyrule-