Forum de RP basé sur le thème de Zelda (Ocarina of Time), coupé au site de RPG en ligne Hyrule's Journey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Janua Vera - Alba arcem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eckard Falskord
Homme Impie
Homme Impie
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1106
Age : 25
Date d'inscription : 17/09/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Janua Vera - Alba arcem   Jeu 31 Aoû - 17:06

Les flammes ne crépitaient plus à présent. Les braises rougeoyaient timidement, clignotant comme autant de lampions dansants lors des fêtes annonçant la nouvelle saison, rouges. Les criquets chantaient incessamment, masqués parmi les innombrables brins d'herbe ployant, souples, sous la faible et douce brise matinale. Les chouettes allaient cesser leur chasse nocturne pour retourner nourrir leur portée aux creux des arbres grinçants. La nuit laissait tranquillement l'aube se dessiner derrière les lointaines chaînes de montagnes présidant le pays d'une ombre hautaine, souveraine, impérieuse. Les premiers oiseaux de la journée entonnèrent leurs chants cristallins comme pour inciter la nuit à se faire plus brève. Les petites étoiles perchées sur leur piédestal céleste se fondaient dans le camaïeu sombre azur, pâle rose, vif orangé que peignaient les Déesses pour annoncer la matinée. Comme à l'accoutumée un coq, au loin, s'autoproclama héraut et fit résonner à la suite de celui des oiseaux, son propre chant, annonçant les premiers rayons blafards de l'astre-roi.
Il était temps.

Accroupi jusqu'alors, il se leva non sans mal dans un craquement de genoux douloureux qui le fit grimacer. L'homme n'avait guère dormi de la nuit. La chasse au lièvre l'avait occupé tout du long, sans compter le désespérant surplus de bois et brindilles accumulés près du feu de camp, inutile, qu'il avait passé au moins deux heures à ramasser. Son repos fut bref, pour ne pas dire inexistant, et la marche de la veille, éreintante. Il s'était levé, somme toute, car un effroyable grincement métallique venait de retentir, et c'est ce qui le fit sortir de sa méditation absente sur les braises du feu sans flammes. Le cliquetis des chaînes, tout près, laissait supposer la levée de la herse de la Citadelle. Enfin.
Il plaça sa dextre verticalement près de son visage pour masquer la lueur solaire, plissa les yeux et admira placidement le pont-levis s'abaisser et grincer à son tour dans un nouveau cliquetis de mailles abîmées, sûrement en proie à une rouille future.
Plusieurs coups de pieds au sol renvoyèrent quelques pelletées de terre sur les braises mourantes. Son paquetage déjà prêt, l'homme n'avait plus qu'à hisser l'énorme et lourde besace contenant toutes ses affaires sur son dos. Puis en quelques pas, il rejoignit le pont-levis qu'il franchit doucement, jetant un regard hésitant au fond des douves crasseuses.
L'obscurité fit rapidement place à l'éclaircissement matinal et un garde, tout d'armure vêtu, éteignit les torches dégoulinantes de suif encadrant l'arche de pierre de l'entrée de la Citadelle d'Hylia. Ce même garde s'empressa de barrer brusquement le chemin du voyageur d'un signe menaçant à l'aide d'une de ses torches qu'il n'eut le temps de reposer à son emplacement mural. Son autre main, la dextre, tenant fermement une hallebarde de facture douteuse, au tranchant moyennement entretenu.


"Holà, vous ! Qu'est-ce qui vous amène à la Citadelle d'Hylia ? Veuillez décliner votre identité et ouvrir votre fourbi, nous devons contrôler les entrées et sorties dans la ville." Le chevalier détailla son interlocuteur de la tête aux pieds et constata la présence d'une épée et d'un couteau de chasse au flanc gauche, d'une dague ouvragée et d'un titanesque marteau de forge au flanc droit, suspendu à la ceinture par sa table. Dans le dos, l'arc et le carquois, ainsi que l'énorme paquetage d'où dépassaient quelques outils dont les poignées d'une large et longue pince noircie et ce qui s'apparentait à un tison. "Vous semblez bien trop chargé à mon goût, êtes-vous colporteur d'armes ? Mercenaire ? Ou quelque chose de moins engageant encore ?" Le ton du soldat se faisait à la fois assuré, fort et inquiet à la fois. Son emprise sur l'arme d'hast se raffermit au son métallique que provoqua son gantelet. Derrière lui, un autre garde plus jeune qui semblait discuter avec une femme peu recommandable releva subitement la tête et se précipita vers son collègue.
"Ma foi, vous pouvez bien me fouiller, mon brave, mais j'ai ici la seule chose sensible de vous intéresser." L'homme fit glisser sa main derrière ses reins, au niveau de la ceinture, et le soldat pointa immédiatement sa hallebarde sous son menton barbu. L'autre chevalier arriva, pointant également sa lance sur l'individu étranger, puis le premier des deux fit signe au second de se saisir de l'objet dans le dos du voyageur. Ce dernier leva insolemment le yeux au ciel tout en immobilisant sa main droite avec l'objet en question en main, tandis que sa senestre vide se leva doucement en l'air en signe de reddition. L'autre soldat, le jeune, était passé dans son dos et s'était saisi de l'objet qui s'avéra non une arme comme les deux gardes le craignaient, mais un simple rouleau de parchemin.
"C'est qu'une missive, Ser Rodrik, ça va.
-Fais-moi voir ça." Le Rodrik en question s'empara du rouleau dont l'autre garde venait de briser le scellé. Il jeta un œil au cachet de cire. Son visage blêmit soudainement et ses yeux s'écarquillèrent au point de sortir de leurs orbites. Rodrik ne bougea guère pendant au moins cinq secondes et frappa brusquement son collègue d'un revers de gantelet sur le heaume, ce qui paru sonner le jeune garde.
"QUOI ? Mordiable ! Mais qui m'a collé un coquebert pareil ? «C'est qu'une missive Ser Rodrik, ça va» ? Mais bon dieu de merde, t'étais déjà en train de courir la ribaude au lieu de suivre les leçons d'héraldique ? Tu ne reconnais dont point le blason du Seigneur Darunia ? Quel est ton nom, recrue ?
-D... Dillion, Ser.
-Bien. Recrue Dillion. Sache que je ferais mention de cette erreur au général lors de mon rapport quotidien, ce soir. T'es mal, mon gars. Maintenant renvoie-moi de suite cette puterelle qui traîne derrière toi dans son bordel, à moins que tu ne préfères l'accompagner également ? Mh ?
-N... Non, Ser. Je me remets au travail.
-Barres-toi. Bon." Dillion s'éclipsa. Rodrik soupira longuement et réajusta son gorgerin. Il avait rougit et avait chaud. Une infime goutte de sueur perlait de son front vers sa tempe. Il semblait visiblement extrêmement gêné de l'affront qu'avait causé Dillion.
Tout du long, le voyageur était pris d'un fou rire incontrôlable. Rodrik rendit le parchemin dont il avait maladroitement essayé de remettre le sceau en place, sans succès, à son propriétaire, toujours amusé par la scène. Le chevalier reprit son calme difficilement et s'écarta du chemin de l'étranger.
"Je vous accompagne au Castel Royal.
-Ha ha... hem. Laissez. Je m'y rendrais moi-même. Guère envie de m'encombrer de gardes. Mon paquetage est assez lourd comme ça. Je dois visiter un peu la Citadelle de toutes façons. Salut à vous, Rodrik."
Le voyageur reprit la missive des mains du soldat et n'eut guère le temps de réaliser si oui ou non Rodrik avait réagi à la pique qu'il lui avait envoyée. Il s'en foutait royalement et reprenait son chemin en direction de la ville.

Une fois la longue allée séparant de la Place du Marché passée, l'étranger put enfin admirer pour la toute première fois toute l'étendue de la Citadelle d'Hylia. La journée avait beau n'en être qu'à ses balbutiements, une foule incroyable déambulait déjà dans toute la place. Par centaines, maçons, charpentiers, artisans, portefaix, colporteurs, éleveurs, agriculteurs, et autres commerçants se répandaient dans les artères de la place entourant une glorieuse fontaine. Ils affluaient, s'agitaient, s'échinaient, tout un peuple d'insectes laborieux. L'étranger s'émerveilla devant tant d'agitation mais quelque chose pressait plus que de partir en quête des curiosités et mystères de la Citadelle. La chasse de la nuit dernière ayant été un échec honteux, il lui fallait à présent prendre un copieux repas. Et pour cela, il devrait trouver une taverne, qui plus est ouverte à cette heure-ci.
Eckard réajusta la sangle de la besace sur son épaule et partit donc en quête d'un établissement, s'enfonçant profondément dans les méandres bruyants de la Citadelle.

_______________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flora Del Carmen
Habitant
avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 21
Date d'inscription : 25/06/2014

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Janua Vera - Alba arcem   Dim 24 Sep - 15:32


Flora s'etait reveillée tot ce matin la. Elle etait revenue à la citadelle avec l'arrivée du froid. Esperant se trouver une chambre a louer pour la mauvaise saison, elle s'etait vite rendu compte d'une chose : sans travail, elle n'aurait jamais les finances nécéssaires pour passer l'hiver au chaud.
De fait, il lui fallait trouver un emploi, très vite, avant que les logements bon marchés soient indisponibles. C'est pour ça que la jeune femme déambulait maintenant, allant de taverne en commerce, d'étal en boutique. Le seul soucis, parmi d'autres, était son inexpérience. Flora avait beaucoup de mal a justifier son manque d’expérience, et son absence de compétences.  Et a raconter la vérité, elle passerait pour une folle. Car même si son corps pavait gardé les cicatrices de des Stigmates que lui avait infligé ses années aux service de Nayru, elle ne ressemblait plus vraiment a la jeune prêtresse d'il y a quelques mois.

Elle sortit d'une nouvelle boutique, après avoir essuyé un refus de plus. Flora soupira jetant un œil par dessus son épaule. "Bon, à la suivante, alors." Une note de déception teintait la voix de l'ancienne prêtresse. Le regard en arrière lui avait jetait la brûlure cuisante de l’échec en plein visage. Dans une autre vie, Flora aurait laissé tombé, se serait roulée en boule à même le sol et se serait laissée moisir. Mais en plus d'un an, certaines choses avaient changé et l'ancienne fille de foi ne voulait plus être une victime.

Déambulant sans réel but, la jeune femme se retrouva bientôt tout près des portes de la cité. Les gardes avaient fait mettre sur le coté, un homme aux traits durs. Chargé d'un lourd paquetage, il tenait son clame alors que les autres essayaient manifestement de le faire sortir de ses gonds. Curieuse et surtout désœuvrée, Flora resta là, à observer le manège des hommes d'arme. Puis le gradé de faction parut, l'air mécontent. Il eu des mots plus haut que l'autre, de grands gestes du bras, tout s’accéléra. Pendant ce temps, l'ancienne fille de foi tapait du pieds et soufflait sur ses doigts pour se réchauffer un peu. La foule se pressait autour d'elle, des mères tiraient leur marmaille braillante a leur suite; des paysans pressaient leurs bêtes pour aller plus vite.
Il était pourtant tôt et tous semblaient être debout depuis trop longtemps.

Enfin l'homme aux traits durs peut entrer en ville. Flora ignorait pourquoi les gardes s'en étaient pris a lui. Penchant la tête de coté, elle observa le voyageur. C’était peut a cause de ses cheveux noirs, qu'il avait été arrêté? Non voyons, c'est courant a Hyrule. Son air d’être sortit tout droit d'une histoire? Peut être. Silencieuse, la brunette suivit Eckard le long de l'avenue principale. Sans trop vraiment savoir pourquoi d'ailleurs. Flora le regarda passer devant plusieurs auberges, y entrer et en ressortir, jusqu’à celle où il déposa son sac a dos, une heure après être entrée en ville.

Depuis l’extérieur, le nez collé a la vitre, Flora regardait le voyageur, prendre place et causer avec ce qui ressemblait a une servante. Le tenancier les rejoignit et s'incrustant dans la conversation. La jeune femme dehors ignorait ce qu'ils pouvaient bien se raconter. Mais elle était intriguée par l'homme qui venait du froid.
Elle porta la main a sa bourse et effleura ses maigres ressources. Estimant qu'elle aurait assez d'argent pour manger, mais suffisamment pour louer une chambre, Flora entra a son tour dans l'auberge. Se faufilant entre les tables, elle se glissa au fond de la salle. L'ex-prêtresse s'attira l'un ou l'autre regard sombre. Peut être sa tenue sobre et abîmée par ses récentes pérégrinations. Esquissant des demi-sourires, Flora alla prendre place dans un coin. De là où elle se trouvait, la jeune femme avait le Voyageur bien en vue. Le seul soucis, c'est que lui aussi pouvait la voir en levant les yeux. D'autant plus que la discrétion n'a jamais été le fort de la brunette. Alors il y avait de grandes chances qu'il l'ai repérée depuis longtemps.

Quand son bol de soupe lui fut servit, la jeune femme fit la moue. Déja à l'odeur, le plat lui filait la nausée; mais son aspect etait encore plus dégouttant. Se saisissant de sa cuillère de bois, elle regretta le doux potage de Talon et la présence chaude d'un ami de voyage.

_______________________
Persos joués
Eorah Vif Argent : Silver
Flora : #87CEEB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eckard Falskord
Homme Impie
Homme Impie
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1106
Age : 25
Date d'inscription : 17/09/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Janua Vera - Alba arcem   Mer 11 Oct - 23:25

Les pérégrinations du barbu furent nombreuses depuis son arrivée dans la citadelle. Il passa plusieurs minutes dans un incroyable fatras d'étals en tous genres. L'homme s'était notamment arrêté un certain temps devant l'échoppe classieuse d'un vieux cordonnier. Admirant le travail minutieux de l'artiste, en train de ferrer une paire de bottes d'apparat visiblement, Eckard se remémorait sa vieille forge de Bourg-Froid, puis celle où il officia quelques temps chez les Gorons. Les coups de maillet du cordonnier rappelaient au nordique à quel point il souhaitait ardemment se remettre à la tâche, lui aussi.
Il lorgna un long moment sur des bottes de marche mises en évidence sur l'échoppe. Ces dernières feraient un excellent substitut aux loques vétustes qu'il portait aux pieds, qui partaient en lambeaux et prenaient l'eau. Quand Eckard aura l'occasion de revenir à la Place du Marché avec de l'argent, il retournera voir ce cordonnier.
Il fit bien d'autres arrêts, devant un étalage d'énormes légumes de saison qu'il n'avait jamais vu par chez lui, devant un armurier dont les formes étranges des tassettes et cubitières firent doucement sourire le forgeron ; devant un marché d'articles exotiques, parfums, cassolettes, bijoux et châles chamarrés, et un nombre incroyable d'autres boutiques. Dans cette fosse d'artistes et colporteurs on pouvait également voir quelques gens de la plèbe s'adonner à leur art comme ce gratte-papier souhaitant trouver embauche et qui, pour prouver son talent, réalisait de merveilleuses lettrines et enluminures sur un parchemin de piètre facture. Un autre encore, affublé des atours excentriques faisant le propre des bardes itinérants, pinçait les cordes de sa lyre usée en poussant une grivoise chansonnette :


« Dame la comtesse d'Port-Malaisé
Dans le fondement s'est faite fouailler ;
Sur un navire prêt à mouiller
La vilaine en a profité !

Ser n'était là qu'pour la rapine
Mais elle a bien fait la coquine !
Alors !
Raccommodée la crinoline,
Quand le maraud sortit sa p... »

Le troubadour fut interrompu par un formidable lancer de patate qui sembla l'avoir assommé, donnant le La pour toute une mesure de fruits et légumes supplémentaires souillant sa panoplie. Eckard repartit, amusé. Son estomac le rappela subitement à l'ordre. Il n'avait guère mangé de la journée et quasiment pas la veille, la faute à des parties de chasse peu fructueuses.
Il ne mit que peu de temps à trouver un établissement où il pourrait se restaurer. Le barbu soupesa son aumônière et fit la grimace. Il espérait que cela suffirait. Dans tous les cas il allait falloir qu'il se procure de l'argent le plus vite possible s'il voulait pouvoir vivre dans la ville. Sinon sa vie continuera de la même façon qu'elle se déroulait actuellement : au jour le jour, chassant de son mieux avec arc et flèches.

Eckard franchit donc le seuil de ce modeste établissement. L'heure avait beau être encore très matinale, la taverne s'était déjà bien remplie. Celle-ci, plutôt sombre, accueillait un brouhaha de discussions enjouées et de tintements de verre. Les rayons du soleil traversaient les fenêtres à croisillons, offrant aux personnes présentes de somptueux piliers obliques luminescents, déjouant l'obscurité moite de la salle. De larges et grossières poutres formaient la charpente massive des lieux, à laquelle étaient accrochées diverses choses telles que les armoiries de la famille royale d'Hyrule, des bouquets de fleurs et herbes aromatiques séchées, quelques cadres et ustensiles, et autres babioles. Toutes les places près des fenêtres semblaient occupées, au grand dam du nordique. Tant pis, il se contenterait d'un coin plus sombre dans un angle de la pièce.

Le barbu déposa sa vaste et pesante besace -plutôt semblable à une hotte- sous la table, à ses pieds. Ce faisant, il s'échauffa et se massa l'épaule endolorie qui supportait jusque là ce fardeau. À peine avait-il prit place qu'une serveuse se planta devant lui. L'homme bafouilla entre deux expirations dues à ses douleurs aux épaules et dorsales qu'il souhaitait un plat chaud ainsi qu'un cruchon d'eau claire. Le bonhomme ouvrit le scellé de son aumônière et en versa le contenu sur la table, une fois assis. Une demi-douzaine de petites piécettes de cuivre roulèrent sur la surface boisée, dont une qui alla s'échouer sur le parquet. Eckard se baissa rapidement pour la ramasser et tout en effectuant cette torsion du bassin et des obliques, il croisa le regard d'une femme, non loin de lui, qui semblait le fixer. Les yeux de la demoiselle se détournèrent aussitôt et le nordique fit pour l'heure comme s'il n'avait rien vu. En se redressant, la serveuse venait de revenir, Eckard déposa la piécette à côté des autres et la jeune fille compta les ronds de cuivre.
« Y a le compte, m'sieur. » Elle rafla le tout et déposa un bol de brouet fumant sur la table ainsi qu'une large tranche de pain bis et le broc d'eau demandé. Eckard Falskord était à présent bel et bien fauché comme les blés, mais il avait un vrai repas. Le premier depuis qu'il était revenu des hauteurs brûlantes du Mont du Péril. Il n'en pouvait plus de chercher du bois sec chaque jour pour se faire des feux de camp.

Le voyageur entama son repas. Le brouet n'avait rien d'appétissant, il était même peu ragoûtant ne serait-ce que par son aspect brunâtre, flasque et épais. Somme toute, le plat réchauffait son gosier et son estomac. Il torcha les quelques gouttes et morceaux de viande restant dans son bol à l'aide de son quignon de pain qu'il termina de dévorer. Une rasade d'eau fraîche paracheva le repas simple. Le barbu s'adossa au fond de sa chaise et admira le plafond inintéressant pendant quelques secondes, rêvassant à la certaine vacuité relative et reposante faisant le propre de l'esprit à la suite d'un remplissage de panse en bonne et due forme. Perdu dans le vague, la réalité le rappela bien vite en repensant à la missive qu'il avait à faire passer au Castel Royal. Il soupira longuement. Pas de temps pour traîner. Ses yeux se jetèrent subrepticement vers la fille qui l'observait tout à l'heure. Il sembla que ce fut encore le cas. Intrigué, il se redressa et récupéra ses affaires qu'il hissa sur l'autre épaule. L'homme du nord se dirigea à pas décidés vers cette curieuse personne, se demandant lui-même ce qu'il pouvait bien être en train de fabriquer. À bien y regarder, il lui sembla l'avoir déjà entraperçue à plusieurs reprises lors de sa visite de la Place du Marché, comme si elle la suivait. Il se faisait probablement des idées. Finalement arrivé devant elle, il esquissa un sourire maladroit masqué par une barbe taillée à la mode Goron.

« Feriez-vous un brin de marche en ma compagnie ? »

_______________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Janua Vera - Alba arcem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Journey :: RPG :: Citadelle d'Hylia-