Forum de RP basé sur le thème de Zelda (Ocarina of Time), coupé au site de RPG en ligne Hyrule's Journey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Loin du Feu de Din

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Swann Netil
Traître-Lionne | Championne d'Aegis
Traître-Lionne | Championne d'Aegis
avatar

Masculin
Nombre de messages : 824
Age : 24
Date d'inscription : 14/02/2010

Fiche personnage
Guilde: Trône des Dragmires
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Loin du Feu de Din   Lun 28 Mar - 18:48

Avec vigueur, Swann frottait les linges trempés sur sa figure.

Presque plus que la liberté, la lionne avait attendu impatiemment sa première toilette depuis plus d'un mois. Un mois à pourrir en cellule ; se couvrir de crasse, s'imbiber des odeurs nauséabondes des geôles. Ces odeurs qui, encore, lui collaient à la peau de manière insupportable et qui n'avaient de cesse de remonter jusqu'à ses narines avec une insistance malsaine et dérangeante, comme du harcèlement. Si elle n'était pas tant dérangée par la puanteur en elle-même - après tout, rien ne l'empêchait de fréquenter des établissement mal tenus pour boire un verre -, elle était beaucoup moins tolérante lorsque celle-ci l'accompagnait en permanence. Et si seuls des parfums qu'elle n'avait pas sous la main auraient su la couvrir, la Dragmire souhaitait au moins l'atténuer autant qu'il eut été faisable ; aussi frotta-t-elle sans relâche, presque à s'en écharpée la peau malgré l'épaisse couche de graisse et de crasse qui la recouvrait. Le lin, bien que régulièrement mouillé dans la bassine d'eau mise à sa disposition, passa rapidement du blanc au gris, puis du gris au noir à mesure qu'il passait sur son cou ; ses épaules ; ses mains ; ses bras ; entre ses seins ; son ventre ; puis ses jambes. « Coucou toi », glissa-t-elle alors qu'elle redécouvrait son visage avec le miroir. « Je te préfère comme ça », lui répondit son reflet avec un grand sourire. Dans la foulée, d'un geste qui ne transpire pas le raffinement, l'assassin renifla son bras puis son aisselle avant de s'en écarter d'un air peu convaincue, en espérant trouver très rapidement un point d'eau une fois qu'elle aurait quitté la ville. Pour l'heure, il lui faudrait se contenter de ça ; vu l'état des linges, elle n'avait pas le choix.

La Lionne Noire s'installa finalement sur un premier tabouret et étira sa jambe de tout son long jusqu'à poser le talon sur un second ; avec beaucoup de mal. Si sa souplesse n'était plus à prouver, elle sentait néanmoins sa peau s'étirer, se déchirer en bas du dos, là où se trouvait la plaie la plus récente. Si celle-ci avait pris le temps de cicatriser en partie, elle n'en restait pas moins encore douloureuse et susceptible de s'ouvrir de nouveau si elle ne faisait pas attention. « Saleté », cracha-t-elle avec dédain alors que ses pensées se tournèrent furtivement vers le Héros du Temps. Elle se saisit finalement d'une lame courte et fine affublée d'un petit manche en bois ; délicatement, elle colla la lame contre sa cheville et entama une lente remontée de la même manière qu'elle fantasmait parfois l'égorgement de Link. Là encore, elle ne chercha pas à s'appliquer spécialement - elle se serait tournée vers un genre de cire pour réaliser un travail plus net, mais plus long - mais l'urgence de la situation lui imposait de tailler dans le vif tant elle se dégouttait elle-même. Certes, la Belle de Villarreal voulait parfois se donner l'impression que l’hygiène n'était pas une de ses priorités ; en dehors des combats et des surdoses d'adrénalines qu'ils lui provoquaient, il ne lui était rien de plus agréable qu'un bon bain chaud. Ainsi le rasoir poursuivit son œuvre lentement, une jambe après l'autre, jusqu'à même trancher grossièrement les horreurs qui pendaient sous ses aisselles. Une fois cela fait, la Dragmire s'autorisa un soupire de soulagement bienvenu. Et de conclure : « Ne te laisses plus jamais aller comme ça, ma grande. »

Swann s'arracha à son tabouret pour aller se saisir d'une chemise blanche, laissée préalablement sur une table par la jeune Tristenuit. Très heureuse de pouvoir se débarrasser enfin de la tunique de jute propre aux prisonniers, elle se dépêcha de passer les bras dans les manches puis de l'enfiler à la va-vite ; de même qu'avec le pantalon gris décoré de stries bleues. Elle prit un instant pour se contempler dans le miroir ; la chemise était un peu serrée à son goût - elle les aimait large et dans des teintes plus sombres - et le bas un peu long, puisque le tissu dépassait largement ses chevilles pour s'effondrer à même le plancher. La lionne eut une moue agacée, tout au plus, et remercia la bougie d'éclairer assez peu pour ne pas mettre en évidence d'autres défauts qu'elle devinait facilement. Pour les quelques retouches nécessaires, elle verrait plus tard. Elle se saisit des bottes de cuir qui sentaient encore le neuf ; probablement la seule paire de chaussures qu'eut un jour acheté la sorcière, Swann connaissant son plaisir à parader les pieds à l'air. Puis elle quitta la pièce.

Guidée par un agréable fumet qu'elle n'aurait su déterminé, la Dragmire gagna celle dans laquelle s'était établie la sorcière. Voyant qu'elle n'était pas aperçue, la jeune femme glissa sur le sol et s'approcha lentement de la même démarche féline qui l'avait toujours caractérisée. Arrivée à hauteur de Songe, la désormais traîtresse lui pinça le dos. « Bouh », dit-elle avec malice, un sourire fin peint sur son visage presque propre. « Merci pour les bottes », rajouta-t-elle. Si son humeur n'était pas des plus sympathiques quelques heures plus tôt, les quelques minutes prises pour se ressourcer avait transfiguré la fille de Ganondorf. Et quoi de plus motivant que de passer quelques heures avec sa dernière amie en ce bas-monde ! Elle avait encore jusqu'à l'aube pour profiter de ses quelques instants de pure liberté avant de se mettre en route pour le Désert, et d'accomplir sa délicate mission.

Les yeux vairons de l'hylienne passèrent au-dessus de l'épaule de la sorcière pour se poser finalement sur le chaudron, où bouillonnait une mixture des plus intrigantes. « C'est quoi encore, comme potion ? » Questionna-t-elle avec entrain, à la manière d'une fillette. Fatiguée - et rattrapée par son mal de dos - la Dragmire se laissa tomber sur la chaise la plus proche du feu de bois, celui-ci finissant de sécher sa peau encore humide. Sa main glissa plus bas pour déposer les bottes juste à côté. « Si elle a le pouvoir de guérir des blessures, je suis preneuse », reprit-elle dans un soupire, elle-même ne croyant pas à l'existence d'un tel breuvage. « Mais à tous les coups, il ne s'agit pas de ça, pas vrai ? Moi qui t'estimait pourtant, je suis plutôt déçue », rajouta-t-elle, taquine.

« D'ailleurs, il va vraiment falloir que tu arrêtes de me sauver ; les dettes s'accumulent, je pourrais finir par ne pas être capable de toutes les payer », déclara-t-elle, puis de reprendre aussitôt, « Surtout que mon espérance de vie diminue à vue d'œil... » Son regard noir alla se perdre dans les flammes du feu de cheminée ; exactement comme elle était en passe de se jeter dans la gueule du lion.

_______________________
Autre compte : Nabooru



Couleur : darkgrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Songe Tristenuit
Habitant
avatar

Féminin
Nombre de messages : 113
Age : 27
Date d'inscription : 26/08/2010

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Loin du Feu de Din   Lun 11 Avr - 22:55

La sorcière avait le regard perdu dans la marmite bouillante, qu'elle touillait plus machinalement que méthodiquement. Elle était bien plus apaisée qu'elle ne l'avait été les jours précédents. Elle savait que leurs ennuis n'étaient pas totalement finis, mais le plus dur était fait. Maintenant qu'elle avait sorti son amie de prison, elle retournait dans sa tête toutes les précautions à prendre pour qu'elle n'y retourne pas de sitôt.

Il faudrait une cachette pendant un certain temps au moins. Certes, le désert pouvait en être une, et plutôt infranchissable sans une bataille conséquente. Néanmoins il fallait d'abord l'atteindre, et dans un tel état, avec la garde aux trousses... C'était trop dangereux.

Elle eut un petit sursaut lorsque la Dragmire lui pinça le dos, suivi d'un sourire instantané. Elle sentait son amie en meilleure forme, et de meilleure humeur. Même s'il faudrait plus de temps avant une guérison complète, c'était plus rassurant que l'état dans lequel elle l'avait trouvée. Une meilleure odeur aussi. Si la sorcière se formalisait assez peu des odeurs fortes, elle avait pu sentir l'enthousiasme de Swann à l'idée de prendre un bain.

"C'est de la soupe d'ortie, rien d'aussi miraculeux, mais ça rend des forces, et c'est presque prêt."

Laissant là sa grande cuillère elle abandonna le chaudron pour aller fouiller ses étagères, écartant sans ménagement et à grand bruit toute une série de bocaux étiquetés d'une écriture sans doute illisible pour tout autre qu'elle dans la région.

"En effet, une telle potion serait pratique, mais il va falloir se contenter de ça..."

Attrapant un petit pot, elle revint vers Swann sans prendre le temps de ranger ce qu'elle avait déplacé. Elle posa le récipient sur la table avant de l'ouvrir, dévoilant le baume qu'il contenait.

"Il accélère la cicatrisation, rien d'exceptionnel, mais parfois il vaut mieux laisser le temps au corps. Je n'ai pas les ingrédients pour faire mieux maintenant."

Elle mentait concernant les ingrédients. Mais elle connaissait assez son amie pour deviner une certaine impatience dans sa volonté de guérir, et elle craignait l'effet de potions trop puissantes. Ce genre d'effet spectaculaire avait un prix, et un corps trop fatigué pouvait très bien ne pas les supporter. Lui offrir cette possibilité maintenant, encore plus si elle faisait le choix d'en abuser, c'était de la folie. Dans quelques jours, ce serait moins risqué.

"Mais tu ne me dois rien tu sais..."

La jeune femme avait déjà apporté bien plus à Songe qu'elle ne le pensait. Passer du jour au lendemain d'un clan de sorcières nombreuses et soudées à la solitude absolue, même si elle s'était finalement découvert un certain goût pour l'indépendance, c'était difficile. Elle apportait beaucoup d'attachement à celle qui était devenue presque un pilier dans son petit monde. C'était une des principales raisons qui l'avaient poussée à s'établir là. Sans doute la seule personne à véritablement l'apprécier telle qu'elle était. Elle croisait bon nombre de gens depuis qu'elle avait ouvert sa boutique, mais c'était seulement des clients, et elle ne se séparait jamais de son masque d'aimable commerçante. L'inverse n'aurait pas été bon pour les affaires.
Elle se méprit toutefois sur les craintes de son amie.


"Et puis ne dis pas ça... Crois-moi, dans peu de temps ça ira mieux, et tu seras en pleine forme ! C'est fini maintenant..."

Un sourire bienveillant étirait les lèvres de la sorcière alors qu'elle tira une chaise pour s'asseoir à côté de la Dragmire, toute enjouée.

"Je suis certaine qu'ils ne t'en voudront pas si tu ne rentres pas tout de suite. Tu peux rester ici quelques jours, voire plus, j'ai une cave assez bien cachée, même si la garde passe, ils ne sauront pas que tu es là. Et bientôt ils te croiront déjà loin..."

Elle n'arriva pas à identifier l'émotion qui passa sur les traits de son amie, mais elle ne se démonta pas. Sans lui laisser le temps de répliquer, elle passa en revue toutes les protestations possibles pour y trouver réponse. Elle y avait bien réfléchi.

"Ce n'est pas très engageant c'est sûr, mais on peut l'aménager, chasser les araignées, et puis ça sera juste quand il y aura du monde !"

Elle se leva et saisit un balai, avant de changer d'avis et de filer jusqu'à une petite armoire scellée qu'elle désigna fièrement du doigt.

"Rien n'oblige à se terrer ainsi. Je peux même changer ton apparence, si tu veux. J'ai plein de flacons de sang de mauvais payeurs.. Des inconnus, mais peu importe tant que tu ne croises pas celui qui te prête son apparence !"

Laissant là sa réserve, elle revint s'asseoir près de la jeune femme. Ravie de ses arguments, elle saisit les mains de son amie pour plonger son regard dans le sien.

"Avec un autre visage, tu pourrais même tenir la boutique avec moi. Et puis, ils finiront par se lasser, ils ne vont pas pouvoir renforcer les contrôles éternellement !"

_______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hyrulesjourney.com
 

Loin du Feu de Din

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Journey :: RPG :: Citadelle d'Hylia-