Forum de RP basé sur le thème de Zelda (Ocarina of Time), coupé au site de RPG en ligne Hyrule's Journey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Le crime et la musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Le crime et la musique    Sam 7 Fév - 18:36

« Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s'enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! »

Adwin Merackel, poète et théologien hylien,
* * *

La fumée s'élevait lentement au dessus d'eux, ses formes voluptueuses glissant dans l'air lourd comme un serpent dans l'eau. Le Renard souffla une nouvelle bouffée qui chassa la précédente, et s'échappa en un mince filet, bientôt rejoint par quelques anneaux gris brumeux. Une goutte tomba de l'alambic, dans la petite flasque destinée à recueillir le liquide noir.

« Tu sais... Je pourrais regarder ça toute la journée. »

Aedelrik releva la tête, et gratifia son ami d'un sourire complice et satisfait. De fait, il ne pouvait qu'être d'accord avec lui. Et pourtant, les deux alchimistes n'en avaient pas encore fini. Bien qu'il ne connaisse pas sur le bout des doigts le processus de distillation de la drogue appelée « fleur de roche », le voleur savait que leur journée n'était pas encore finie. Ils avaient juste fait le plus dur.
Son regard s'attarda sur le feu au dessus duquel reposait l'alambic. Cela faisait une heure que l'eau de fleur chauffait, que ses vapeurs montaient dans le dispositif en abandonnant au fond les impuretés toxiques, et retombaient dans le tube sous cette forme d'eau noire qui donnerait finalement l'un des hallucinogènes les plus courus du marché, une fois correctement manipulé. Pour ça, le Renard faisait confiance à son récent associé, Redin Trenjt, quelqu'un dont il aimait à penser qu'il lui ressemblait : doué dans son domaine, audacieux et... peu respectueux de la loi. En tout cas, parmi les nombreux escrocs qui mentaient sur leur soi disant savoir faire en alchimie, Redin dénotait par sa sincérité : Aedelrik n'avait plus vu depuis longtemps des mains aussi habiles et un esprit aussi vif. Changer un poison en drogue n'avait rien d'une partie de plaisir, mais pour l'instant, les deux associés s'en étaient tiré brillamment.


« Par contre, je comprends pas pourquoi tu ne veux pas me laisser vendre ? Pas confiance ? »

Le Renard recracha toute la fumée de sa bouche et déposa la pipe sur la table basse qui le séparait de l'hylien. Un bruit de bulles se fit entendre, venant de l'alambic. Cette étape était sur le point de s'achever. Redin se leva et s'approcha de la table de travail, guettant les dernières gouttes, attendant toujours une réponse d'Aedelrik. Ce dernier hésita un moment à lui donner ses raisons, puis considéra que l'hylien était trop intelligent pour penser à le trahir. Pour l'instant, la peau du Renard ne valait rien. Pour l'instant...

« Parce que je ne compte pas la vendre. Je vais l'offrir, gracieusement, à des amis. Sans les prévenir. »

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire mauvais, tandis que Redin se retournait vivement, apparemment intrigué par ses mots. Le jeune alchimiste semblait même inquiété par cette perspective. Il avait compris l'essentiel. Les bas quartiers bruissaient de rumeurs depuis que Fendril avait péri sous la lame d'un rouquin inconnu, d'autant plus que le dit rouquin avait ensuite disparu dans la nature. A l'heure où les deux associés s'étaient retrouvé le matin même, le bruit s'était répandu qu'on avait repêché dans les douves sud un autre chef de bande, Geraint « Brise-nuques » le bien nommé. Déjà, la ville brûlait d'impatience et tremblait de crainte d'entendre un nouveau nom de victime, de voir le prochain de ses maîtres chuter. Le regard de Redin s'attarda sur le petit fourreau de peau où reposait la dague du Renard. Du sang en avait coulé, et tâché le bois du fauteuil sur lequel Aedelrik s'était assis, et d'où il lui rendait un regard impassible, vide de toute émotion. Comme pour répondre à la question non posée de son associé, l'alchimiste déclara soudainement en haussant les épaules,

« Tant que mon nom ne parvient pas à tes ennemis, tu es libre d'user de la fleur comme tu veux. Mais si tu préfères qu'elle soit empoisonnée en plus d'être hallucinogène, je peux t'arranger ça. »

« Si il me suffisait de tous les tuer, ma tâche serait simple. »

Redin sourit. Peut être avait il compris. Si c'était le cas, cela avait de quoi impressionner Aedelrik. Lui même avait mis quelques jours à élaborer le plan, ou plutôt à en trouver l'idée de base. Une fois qu'il avait échafaudé l'essentiel dans son esprit, le reste se limitait à des points de détails faciles à régler. Sauf de trouver un hylien suffisamment connaisseur pour préparer correctement de la fleur de roche. Sur ce point, rencontrer Redin s'était avéré une chance incroyable. D'une manière générale, Aedelrik avait l'impression que sa bonne étoile lui était revenue depuis son aventure dans la forêt, et le don de Keith. Sur ce dernier sujet, il gardait un silence absolu, et pour l'heure, personne ne savait. C'était sans doute bien mieux ainsi. Le voleur connaissait bien les petits gens, et ceux ci préféreraient toujours détruire ce qu'ils ne parvenaient pas à comprendre. Or, le bûcher ne l'attirait pas, de même que son désir de trouver la mort s'était éloigné. Difficile de trouver le repos éternel séduisant quand un instinct de survie animal s'y oppose à l'intérieur de votre tête. Le Renard observa ses mains, y guettant des signes de la transformation, mais rien ne venait, heureusement pour eux deux. Redin venait, lui, d'enfiler un masque de cuir couvrant son nez et sa bouche.

« Les prochaines étapes vont dégager des vapeurs. Ca serait dangereux que tu restes là. »

Le ton ne souffrait d'aucune réponse, et Aedelrik compris que son associé voulait avant tout du calme. Lentement il se leva, dardant un regard lui aussi sans ambiguïté sur le jeune homme. La cave dans laquelle ils opéraient n'avait aucune autre issue que la principale, mais le Renard ne parviendrait pas à rester en confiance si tôt qu'il aurait passé la porte. Si Redin parvenait à s'enfuir avec la drogue, il pourrait se faire un gros bénéfice seul : c'était le rouquin qui avait apporté le produit pur, lui qui avait donc misé au départ. Il ne voulait pas se faire doubler. Vraiment pas.
Néanmoins, il se plia à l'injonction de l'expert, et prit la porte du sous sol. Aussitôt, il entendit la barre verrouiller l'accès derrière lui ; précaution normale, au cas où un curieux en viendrait à tromper la vigilance d'Aedelrik.

Un fumet de viande rôtie lui vint aux narines, le faisant saliver d'envie. Il gravit les marches de l'escalier quatre à quatre, tiraillé par une faim irrésistible qui n'avait pas grand chose d'habituel chez lui, qui avait apprit à jeûner lors de longs séjours en prison. Depuis quelques temps pourtant, le voleur seul mangeait autant qu'une famille réunie et le poids de sa bourse s'en ressentait. Au moins, les dieux en soient loués, le Renard n'avait pas à payer pour ce qu'il dévorait en ce lieu : l'auberge appartenait à un associé qui touchait sa part de toutes les affaires réalisées entre les sombres murs de sa cave.
Lorsqu'il parvint dans la salle principale de l'établissement, Aedelrik put voir par l'absence de lumière extérieure que la nuit allait commencer à tomber. Rien d'étonnant, malgré l'heure tout sauf tardive, puisque il s'était à peine déroulé un mois depuis le solstice d'hiver. Cependant, ce moment de la journée coïncidait avec l'arrivée des premiers clients. Certaines tablées étaient déjà pleines, d'autres se remplissaient progressivement et la salle auparavant plus calme qu'un cimetière se muait en lieu plein de vie et de sons. Un vacarme qui jurait douloureusement aux oreilles du Renard avec le silence de la cave mais Aedelrik se devait de l'endurer ; aucun intrus ne devait se laisser guider par sa curiosité jusqu'à Redin. Il alla donc s'installer au bar, et commanda un verre sans bouger ses lèvres, d'un léger signe de la main, ses yeux tournés vers l'entrée de la cave. Sa commande arriva aussitôt. Depuis le temps qu'il se fréquentaient, le patron le connaissait bien. Le premier godet était toujours du scotch, le plus fort possible, afin que le reste passe comme du petit lait. Tandis que le verre se remplissait, il écoutait.


« J'espère qu'il va venir ce soir, le ménestrel. »

« Il va jouer, t'en fais pas. Il a déjà déposé sa mandoline ! »

Rendu curieux par l'échange entre la serveuse et le patron, Aedelrik se retourna pour apercevoir en effet l'instrument, posé contre le dossier d'une chaise. En revanche, aucun des quelques buveurs autour de lui ne semblait en être le musicien. Vidant son verre d'un trait, le Renard se leva, l'intérieur du tronc réchauffé par la sève douce mais brûlante, et s'approcha de la mandoline. Il se souvint que plusieurs de ses amis d'autrefois aimaient jouer et qu'ils avaient même cherché à l'introduire à la musique... Un travail de longue haleine, qui avait assez peu payé. Aedelrik savait jouer, reproduire, mais ne possédait aucun talent pour composer des chansons. Et encore ! Même tenter de faire courir ses doigts sur des cordes avec assez de rythme et d'habileté lui faisait se sentir gauche et maladroit. La plupart du temps, le Renard se contentait donc d'écouter, malgré l'estime et l'oeil qu'il avait pour les instruments bien faits.
La mandoline, elle, était usée. Son bois avait plusieurs fois connu la pluie et le temps y avait laissé ses marques. C'était peu dire qu'il lui fallait grandement un peu d'entretien, mais il était facile de deviner que son propriétaire n'en avait pas les moyens. Le simple fait de devoir venir jouer dans un taudis pareil, dans un quartier boueux comme celui là, était un indice à valeur de preuve.


« Hey le rouquin, tu l'abîme pas hein ?! »

« T'occupe ! »

Le Renard jeta un regard désinvolte au patron, et fit glisser ses doigts sur une corde, la pinçant légèrement. Le son était plus agréable qu'il ne l'avait craint. Il fit jouer la corde du dessus et son impression fut confirmée. Malgré son âge, l'instrument sonnait bien. Lentement, il fit glisser sa main sur le bois. A une autre époque, le voleur se serait peut être risqué à le travailler, pour lui donner une autre jeunesse. Dans un temps où travailler de ses mains impliquait autre chose que voler. Il fut tenté de refermer la main sur le manche et de s'emparer de la mandoline, comme un réflexe professionnel. Et d'un coup, il sentit une présence proche dans son dos. Ou plutôt il vit une ombre projetée sur le mur devant lui. Sa main serrait sa dague dans son fourreau quand il se retourna.

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Dim 8 Fév - 22:01

Dehors, sous les rudes intempéries du cycle impitoyable de Nayru, une toute autre sorte de fumée s'élevait dans la nuit. Adossé aux briques crasseuses de la taverne, Luka patientait. Les mains glacées malgré ses gants rapiécés, il tentait de se tasser sur lui-même afin d'échapper à la bise mordante qui s'insinuait entre les différentes couches de ses vêtements. Une lumière chaleureuse, tentatrice, s'échappait de la porte entrebâillée qu'il avait tout juste quittée quelques instants plus tôt, comme pour l'inciter à retourner en son sein. Mais le besoin de fumer s'était fait trop pressant, et le ménestrel nocturne avait confié sa mandoline sous la surveillance du tavernier. Un beau repère de coupe-gorges, mais le garçon aux haillons commençait à connaître les bas-quartiers de la Citadelle comme sa poche trouée, et progressivement, il avait développé une sorte d'affection prudente pour toutes ces petites gens, aussi braillards et dangereux qu'ils pouvaient être parfois. Après tout, prostituées, voleurs et vagabonds n'étaient jamais bien loin des comédiens.

Malgré l'obscurité qui pesait dans la ruelle comme un couvercle, son regard sombre balaya l'allée dans toute sa longueur, comme dans l'espoir d'y voir surgir une silhouette connue. Aalis n'avait pu le suivre ce soir-là, mais il avait promis bonne chère à Negaï si celui-ci daignait se pointer. C'était, certes, rogner sur leurs maigres économies, mais qu'il en soit ainsi, puisque le plaisir de vivre devait avoir un prix. S'il pouvait - ne serait-ce qu'une fois - s'offrir un bon morceau de viande cuite à la broche au coin d'un feu, à quoi bon tergiverser ?
Et pourtant, personne en vue. Avant les heures infâmes de la nuit, rares étaient ceux qui osaient errer seuls et sans but dans les allées obscures : celles-ci revêtaient bien trop vite les couleurs écarlates du crime. Plus discret qu'un oiseau de malheur, le comédien finit de consumer les herbes âcres qui rougeoyaient à sa pipe avant de les vider dans le caniveau d'où s'amoncelaient déjà bien trop de déchets. Negaï était sans doute avec un client... Oh, et puis. Qu'il aille se faire voir par les Trois : il n'attendrait pas une seconde de plus dans ce froid de chien.

L'intérieur l'accueillit les bras ouverts ; le doux fumet d'un rôti venait déjà étreindre son ventre trop vide, comme une promesse de vie meilleure. Luka se fraya un chemin parmi la foule bruyante et compacte qui grouillait dans la salle principale, et salua d'un bref signe de main les quelques acclamations des habitués de la taverne - principalement des ivrognes, et une ou deux serveuses qui devaient considérer son arrivée comme une distraction bienvenue pour ces mêmes ivrognes, car ceux-ci laissaient rarement tranquille la gente féminine de l'établissement. Passer devant l'âtre était difficile, car il avait bien envie de se goinfrer jusqu'à la gorge, tout de suite, mais ses doigts agités ne cessaient de se crisper et se décrisper, comme pour lui rappeler que l'instrument y manquait. Lorsqu'il était sorti, peu de monde affluait dans la taverne ; à présent que les clients s'installaient, il espérait que sa mandoline n'avait pas changé de place.

Son visage se décomposa brièvement, lorsqu'il aperçut son précieux instrument entre les mains d'un autre. Celui-ci lui tournait le dos. Qui donc ? A la lueur tamisée du feu, il ne pouvait en être sûr, mais il lui semblait que l'homme était roux. Et en un mauvais effet de miroir, Luka crut discerner dans sa longue chevelure quelque chose qui lui évoqua Fritz... Maudit soit-il, son cousin de malheur : il était mort depuis des mois, qu'il le reste donc ! Et pourtant, son souvenir hantait le ménestrel de nuit comme de jour. Comme s'il assistait à l'apparition d'un fantôme, il ne put empêcher ses joues de pâlir, ni son corps de faire halte à quelques pas de l'étranger.

Un temps. Il vit celui-ci pincer les cordes de sa mandoline sans rien entendre du tout, tant le vacarme ambiant de la salle recouvrait tout - il serait difficile de jouer dans ces conditions, se dit-il, mais qu'importe - et c'est avec la ferme intention de récupérer l'instrument au plus vite que le comédien aux pieds légers contourna la table qui le séparait de l'autre.
L'étranger sembla s'immobiliser un bref instant alors que l'ombre du musicien passait sur le mur d'en-face, comme une sorte de mauvais présage. Luka entrevit quelque chose se crisper dans la posture de l'autre, quelque chose qui lui mettait la puce à l'oreille : il n'approcha pas plus. Il y avait quelque chose de si peu amène dans la façon dont ce client se retournait pour lui faire face qu'il décida de conserver un périmètre de sécurité. Juste au cas où.


« Ma mandoline, Monsieur, » lui lança-t-il pourtant, d'une voix claire et détachée, le visage poli. Prudence. Il résista à l'envie de tâter le manche du poignard qu'il dissimulait sous sa tunique : Nul besoin d'envenimer la situation tant qu'il ne se passait rien... Mais la méfiance montait. Il se garda bien de montrer toute forme d'hostilité, que cela soit dans son regard ou dans son expression corporelle, car il serait si facile pour son vis-à-vis de s'emporter pour un rien, ne serait ce qu'un seul coup d'oeil jugé insolent, et le musicien ne désirait pas vraiment se retrouver avec un couteau dans le ventre. C'est donc sur un ton léger qu'il continua : « C'est une vieille breloque usée qui ne vaut plus un demi-rubis, mais elle tient encore le coup. » Il évoquait le prix comme pour tenter d'éliminer en l'autre tout désir de le priver de sa mandoline : celui-ci ne rapporterait rien, et aussi futile que cela puisse paraître, Luka y tenait. Il ne chercha pas à dissimuler son attachement pour son instrument.

L'arrivée d'une serveuse cassa brusquement toute tension chez le ménestrel : celle-ci le salua lorsqu'elle passa à côté de lui. Il reconnaissait vaguement cette jeune femme, elle lui avait déjà donné son nom la dernière fois qu'il s'était représenté ici. Qu'est-ce que c'était déjà ? Margarette ? Non. Toinette. Quelle importance ? Il n'avait d'yeux que pour la bonne tranche de rôti qu'elle transportait d'une table à l'autre. Pas pour lui. Mais aujourd'hui, il pouvait bien se le permettre.


« Attends, » et il leva la main afin de la retenir. Ses doigts se posèrent, légers, sur la manche à son bras. « Tu aurais un morceau de cette viande pour moi, de la même taille ? »

Il devait y avoir quelque chose de si affamé dans ses yeux qu'il lui sembla qu'elle prit pitié de lui. « Tu as de quoi payer aujourd'hui ? » S'enquit-elle prudemment.

Le garçon aux haillons eut le mérite de vérifier le maigre contenu de sa bourse avant de répondre. « Oui. Et même assez pour une petite pinte. Tu veux que je paie tout de suite ? »

« Ça peut attendre, » le rassura-t-elle, et sans plus de procès, elle déposa l'objet même de sa convoitise devant lui. « Je vais te chercher la pinte. » Puis elle se faufila avec adresse entre les tables, afin d'accomplir sa bonne action. Luka la regarda partir, l'air songeur. L'assiette qui trônait sous son nez aurait dû aller à un autre ; mais il avait interrompu le processus. Il devait vraiment être aussi maigre qu'un chien galeux, sous ses fripes de mendiant, pour susciter une commisération auprès d'une femme qu'il ne côtoyait pas.

Sans plus attendre, il se jeta sur son bout de viande, à la manière d'un homme qui n'avait rien avalé depuis des jours. En vérité, s'il mangeait au moins une fois quotidiennement, ce n'était jamais assez pour lui remplir la panse. Il engloutit la moitié de sa part à une vitesse fulgurante, plus vorace qu'une bête sauvage, mais il prit ensuite le soin de ralentir, comme s'il souhaitait savourer d'avantage le goût et la texture de ce qu'il dégustait. Il voulait aussi éviter de s'étouffer, ou pire, de se rendre indigeste.
Ce n'est qu'après s'être restauré que son attention revint à l'étranger. Désormais plus confiant car il avait le ventre plein, il agita un morceau de pain en direction de l'homme à la longue chevelure rousse - un geste amiable au milieu des éclats de rire et de la cohue autour d'eux.


« Vous ne mangez pas ? » S'enquit-il pour faire bonne mesure, parce qu'il n'aimait pas dîner devant quelqu'un qui n'en faisait pas de même. Sa faim lui ôtait toute notion de bonnes manières à table, et il n'était pas sûr d'apprécier qu'un tiers l'observe pendant qu'il s'empiffrait sans lendemain.
Sans vraiment attendre de réponse, cependant, il enchaîna avec un certain degré de réserve - parce qu'il lui fallait bien vivre, parce qu'il ne savait pas ce dont cet homme était capable, et parce qu'il n'osait pas réclamer plus directement son instrument :
« Une petite pièce, Monsieur, et je vous chante une chanson. Celle que vous désirez. »

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Ven 27 Fév - 0:36

« Ma mandoline, Monsieur, »

Le ton était poli, la voix clair mais Aedelrik ne desserra pas sa poigne, jusqu'à enfin pouvoir observer le possesseur de l'instrument. Le spectacle l'apaisa, tant il avait imaginé pire. L'idée, très inconfortable, qu'un des hommes de Geraint ait pu le retrouver et l'avoir reconnu lui était même passé à l'esprit. Un hasard possible mais qui s'avérerait désastreux pour ses plans. Avec Redin qui manipulait longuement des éléments dangereux en bas, le Renard avait pour intention de se faire discret, et on ne pouvait plus attirer l'attention sur soi qu'en combattant dans un lieu bondé de pauvre hères qui n'attendent que ça afin de se divertir.

Le regard du voleur dévisagea l'inconnu. Un jeune homme, à la tenue rapiécée tout sauf extravagante, et au physique typiquement hylien, avec néanmoins une touche mystérieuse pour ses yeux. Alors seulement la main d'Aedelrik quitta le manche de son arme. Le musicien n'avait rien d'inquiétant, bien que visiblement peu impressionné par la stature et la tenue du rouquin, qui évoquait pourtant bien plus le brigandage que la garde royale. Le regard des deux hommes se croisèrent et ils restèrent en confrontation quelques instants ainsi. Il n'y avait rien d'hostile dans le regard du musicien. Si il se sentait tendu, l'hylien le cachait réellement bien.


« C'est une vieille breloque usée qui ne vaut plus un demi-rubis, mais elle tient encore le coup. »

Alors pourquoi tiens tu donc tant à elle, se demanda Aedelrik avec amusement. Il avait compris l'astuce rhétorique qui visait à déprécier ce qu'il risquait de se faire dérober pour en décourager le voleur. C'était bien connu, les hommes du métier fonctionnaient au calcul des risques et de la valeur. A quoi bon risquer de violer la loi pour une breloque ? Sauf que parfois la dite breloque possédait des qualités cachées, indécelables au premier regard. Peut être cette mandoline avait elle appartenu à un musicien célèbre et valait autant que la légende de celui ci. Qui pouvait le dire, excepté son propriétaire ? Le Renard darda un regard perçant sur l'hylien, tentant de saisir les éventuels secrets enfouis dans le creux de ce bois clair et usé. Mais il ne savait pas lire dans l'esprit des autres, et se résolu à lui tendre son bien, avec un sourire mauvais et en répondant,

« Disons que je vous crois sur parole. »

Mais déjà le barde, ou quoi que fut le nom de son métier, avait reporté son attention sur une des serveuses qui lui faisait les yeux doux. Tonia, si sa mémoire était juste, fondait toujours sur les artistes, jeunes poètes ou conteurs de balades dotés d'une jolie voix et apparemment cet hylien ne faisait pas exception. Les courbes rondes de la jeune fille et sa chevelure blonde en cascade évoquaient au Renard son amie Allyn, qu'il aurait bien rejoint ce soir là, pour prendre un peu de bon temps. Mais il se l'était interdit. Tant que ses objectifs ne seraient pas atteint, tous ceux qu'il fréquentait seraient exposés à un grand danger. Mieux valait la tenir en dehors de tout ça. Tonia, elle, pourrait bien profiter d'un visiteur nocturne, si le musicien voulait bien se rendre compte qu'elle le dévorait des yeux.

« Tu aurais un morceau de cette viande pour moi, de la même taille ? »

Aedelrik sourit, son esprit tordu croyant saisir un sens caché derrière ces mots. Peut être était simplement sa perversité, ou peut être la langue agile du barde avait elle choisi avec soin la tournure de cette phrase. Le voleur connaissait assez bien les gens de ce genre de milieu pour en reconnaître les tours et les astuces. Après tout, leurs deux corps de métiers étaient souvent également méprisés voir détestés. Trop éloignés d'une vie de "gens honnêtes".

« Ça peut attendre. Je vais te chercher la pinte. »

La serveuse déposa son plat sur la table devant le musicien, et Aedelrik, en sentant le délicieux fumet de la viande, sentit son estomac hurler comme un loup à la lune. Tout d'un coup, la mandoline, Tonia et Allyn... tout devint secondaire. Le voleur manqua de perdre le contrôle tant il n'avait pas vu venir arriver la vague sauvage. C'était ainsi qu'il se représentait les crises, fréquentes depuis son départ de la forêt, où les instincts du loup tentaient de prendre le dessus. A cet instant là, si il n'avait pas su se refréner, le rouquin se serait jeté sur la viande rouge qui sentait si bon. Si Keith ne lui avait pas appris à le faire, c'est ce qui se serait passé... Et le loup serait sans doute sorti de son antre.

« Vous ne mangez pas ? »

Le musicien se moquait il ? A agiter ton bout de pain ainsi, et pour peu qu'il ait capté le filet de bave qui avait manqué de couler de la lèvre du Renard, il en donnait bien l'impression... Mais il restait quelque chose d'innocent dans ce regard qui empêcha Aedelrik de prendre la mouche. A la place, il acquiesça et profita que la serveuse approchait avec une chope bien remplie pour attirer son attention en glissant sa main sur son bras, une manière bien plus raffinée que celles des butors qui constituaient l'essentiel de la clientèle,

« Je prendrais la même chose s'il te plait. Saignant. »

Depuis sa renaissance, il appréciait moins la viande bien cuite.
Tandis que Tonia repartait vers les cuisines avec le visage empourpré, le voleur tira une chaise en face de sa décidément bien curieuse nouvelle rencontre et posa négligemment la mandoline entre eux deux, puisque le musicien n'avait toujours pas daigné la reprendre. Il essaya de déterminer depuis combien de temps il avait quitté Redin, décida que cela ne pouvait pas excéder le quart d'une heure. Bien peu à son goût. Mais au moins aurait il le temps de manger. Négligemment, il posa une botte sur la table et poussa du pied l'instrument vers son propriétaire, en lui déclarant d'un ton moqueur,


« Vous devriez faire attention à vos instruments. Dans ce quartier miséreux, même une flûte mal gravée peut attirer la convoitise. »

Même une mandoline ne valant même pas "un demi rubis", aurait il pu ajouter. Cependant Aedelrik sut que c'était inutile. Son vis à vis était pauvre mais pas stupide. Aucun chanteur ne l'était vraiment, surtout ceux qui jouaient dans ce genre de lieux et parvenaient à en vivre. Car pour faire lâcher un peu d'argent aux gens qui n'ont presque rien, en chantant, il faut du talent et un sens de la scène, du théâtre. Le voleur avait bien envie de voir ce que l'autre pouvait avoir dans le ventre, mais il avait d'abord besoin de remplir le sien.
Alors qu'il observait la porte menant à l'arrière du bâtiment, Aedelrik vit sa sauveuse arriver avec la joie d'un enfant perdu retrouvant sa mère. D'un pas élancé, la serveuse jaillit des cuisines comme une déesse guerrière venue apporter le repos à un guerrier et posa la viande devant lui, après lui avoir fait retirer sa botte de la table. Et si le musicien pensait avoir mangé vite, il dût être surpris de voir le morceau dévoré en un temps record. Ce fut lui qui reprit la conversation néanmoins.


« Une petite pièce, Monsieur, et je vous chante une chanson. Celle que vous désirez. »

Relevant la tête de son festin, Aedelrik sourit, les yeux se baladant entre ceux du musicien et le plafond, plongé qu'il était en pleine réflexion. Déjà, il songeait à jouer un tour au jeune hylien, tester sa jugeote en lui demandant une chanson qui pourrait lui valoir des ennuis, et procurer au Renard un moment d'amusement. Il répondit alors, sortant une pièce en argent de sa bourse et la faisant courir entre ses doigts agiles,

« Ca peux m'intéresser. Connaissez vous les chants d'Ausguild ? »

Ausguild était un prêtre défroqué apparemment peu connu dans ces contrées mais qui faisait fureur dans tous les ports qu'avait traversé Aedelrik, et ce pour une raison simple : personne n'avait su mieux se moquer des dieux et de leurs dignitaires, ainsi que des règles qu'ils édictaient. Le répertoire d'Ausguild était aussi grivois que blasphématoire et les marins, peu dévots, adoraient se moquer de ceux qui ne cessaient de les sermonner chaque semaine.
Mais le voleur n'eut pas le temps de vérifier les connaissances du musicien. Derrière lui, la porte de la taverne s'ouvrit et des bruits de bottes cloutées se firent entendre. Des bruits qui n'étaient pour lui que trop familiers. Avant même que le chef de la troupe n'ait pris la parole, Aedelrik s'était déjà tendu comme une corde d'arc. Sa main avait glissé vers sa dague et ses yeux fixaient le bois de la table.


« N'ayez crainte braves gens ! Nous sommes ici afin d'enquêter sur le meurtre qui a eu lieu sur le rempart sud plus tôt dans la journée. Nous allons passer parmi vous et interroger certains personnes... dans le calme. »

Une affirmation qui sonnait comme un ordre. Le Renard jura intérieurement. A coup sur, quelqu'un l'avait balancé. La garde ne pouvait avoir investi toutes les tavernes des bas quartiers pour un simple meurtre, encore moins avoir choisi celle ci par hasard. Le capitaine avait des infos, et Aedelrik, une furieuse envie de ne pas moisir là. Seulement, un simple regard lui apprit que l'entrée et la sortie étaient toutes deux barrées. Sa seule chance de ne pas être reconnu résidait dans l'hostilité que les clients de l'auberge ressentaient tous ostensiblement pour les gardes. Le voleur se pencha alors vers le musicien et lui jeta une de ses bourses, à moitié pleine d'argent, par dessous la table.

« Chante donc ce que tu as de plus provoquant et contraire à l'ordre et aux bonnes moeurs. Tu ne le regretteras pas. »

Déjà, Aedelrik s'emparait d'une bouteille vide dans une de ses mains quand l'autre ne quittait pas la poignée de son arme. Peut être serait il découvert, mais le Loup ne se laisserait pas arrêter. Son regard vint fixer le musicien, comme un encouragement, et une menace. On pouvait gagner beaucoup à aider un homme tel que lui. On regrettait toujours de refuser à le faire.

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Sam 7 Mar - 22:32

« Connaissez-vous les chants d'Ausguild ? »

Les yeux de Luka s'arrondirent avant même qu'il ne songe à dissimuler son effarement. Ausguild. Ce n'était vraiment pas une référence recommandable, et la seule raison pour laquelle il connaissait, c'était parce qu'Aalis avait grandi à Cordejais, le port délabré de la ville d'Albion, à Naos. Cela faisait longtemps que Luka n'avait pas repensé à son pays d'origine. Enfin : entre les chants de marin et Lis, une vieille histoire d'amour. Ils partageaient fort heureusement le même répertoire, et Luka saurait - sans doute - se débrouiller, même si son amie ne serait pas là pour soutenir sa voix si celle-ci faiblissait sous le blasphème qu'il n'était pas sûr d'oser commettre devant une salle qui, de toute façon, n'était jamais très disposée à l'écouter. Après tout, il n'avait jamais eu de problème personnel avec les Trois Saintes. Juste des sales revers de fortune dans les moments de pure nécessité, mais... Las, tel était le lot du peuple commun.

Et puis, une pièce d'argent. Cela valait bien le coup.

Le ménestrel fut cependant abstenu de répondre lorsque la même serveuse repassa à leur table pour déposer sa pinte sous son nez. Tonie (Tania ?) se pencha légèrement vers lui, et son avant-bras dénudé toucha son épaule, presque malencontreusement. Lorsqu'il tourna de la tête pour s'excuser, par réflexe (le contact ne le mettait pas toujours très à l'aise, surtout dans une salle bondée de coupe-gorges), il fut gratifié d'un joli sourire et d'une très, très jolie vue plongeante. Une jolie vue qui frôla son bras de très près avant que l'Hylienne ne retourne à son service.

Ah.
Cela pouvait expliquer le morceau de viande.

Sans doute rougissant comme une pucelle effarouchée, Luka la remercia la voix légèrement trop portante avant de prendre une longue gorgée de sa choppe. Ouh. C'était plus fort que l'alcool de myrtille à un cuivre qu'il prenait habituellement... et bien meilleur. Il espérait avoir de quoi payer, mais Déesses, il était bien content de ce qu'il avait entre les mains. Il n'aimait pas tellement être pris au dépourvu, et sa naïveté venait de lui être renvoyée au visage : c'était dur pour lui d'encaisser le choc, bien que quelque part, cela lui plaisait de constater que les femmes d'ici n'hésitaient pas à faire comprendre leur intérêt. Ce n'était sans doute pas chez les sang-bleus que le message passerait aussi clairement. Et il y avait une certaine sorte de satisfaction personnelle à savoir qu'il n'avait pas à être beau comme un roi (ni même barbu comme un homme fait) pour taper dans l'oeil de certaines filles du peuple. Il y avait du bon à être un homme qui revendiquait ouvertement le talent de son doigté instrumental.

Le ménestrel releva la tête vers l'étranger, et reprit sur un ton bon enfant :
« Ausguild ? Bien sûr, qui- » La porte de fond de salle manqua de sortir de ses gonds lorsque des soldats entrèrent en trombe dans la salle. Luka ne prit pas même le temps de finir sa phrase et pivota à demi sur son siège pour pouvoir mieux voir ce qui provoquait ce raffut, curieux qu'il était, comme un rongeur.

« N'ayez crainte braves gens ! Nous sommes ici afin d'enquêter sur le meurtre qui a eu lieu sur le rempart sud plus tôt dans la journée. Nous allons passer parmi vous et interroger certains personnes... dans le calme. » Hum. Bien mauvaise nouvelle pour un ménestrel qui ne comptait pas jouer dans une taverne... dans le calme. Que faire des rires, des sifflements, des discussions qui continuaient bon train alors qu'il jouait, alors qu'il quémandait une petite pièce ou deux, reprenait de plus belle sous les exclamations des ivrognes et les sourires prometteurs des filles ? Soupirant sous le coup de la mauvaise fortune, le musicien allait s'enfoncer un peu plus profondément dans son dossier et se noyer dans sa pinte lorsqu'une bourse bien remplie heurta son genou osseux. Instinctivement, sa main s'enfonça sous la table pour récupérer l'objet avant que les pièces qui y tintaient n'aient une chance de heurter le sol et d'attirer l'attention des plus proches clients. Une fois sa cible fermement empoignée, le garçon releva la tête vers l'homme qu'il avait presque oublié avec l'arrivée de la garde. Une question silencieuse devait se lire dans ses yeux troubles, et l'étranger ne tarda pas à s'expliquer, bien qu'à voix basse :

« Chante donc ce que tu as de plus provoquant et contraire à l'ordre et aux bonnes mœurs. Tu ne le regretteras pas. »

Un frisson d'appréhension parcourut la nuque libre du ménestrel à ces derniers mots. Cela sonnait curieusement trop comme une menace pour paraître anodin. Et pourtant, ce ne devait être qu'une requête pour passer le temps : cela se voyait bien que l'arrivée de la patrouille emmerdait tout ce petit monde. Ce ne pouvait être qu'une requête comme toutes les autres, sans quoi Luka n'était pas sûr de pouvoir décocher un sourire espiègle à son vis-à-vis. Ce qu'il fit pourtant. Après tout, un homme respectable n'avait pas à se montrer amiable avec un assassin... et cet homme n'en avait certainement pas la dégaine. Absolument pas. Sur parole d'honneur.

(Luka n'avait jamais été un homme respectable.)

« Haut les cœurs ! » Marmonna-t-il à l'intention de son nouveau complice, avant de ranger discrètement sa nouvelle bourse à l'intérieur de sa tunique et de vider sa pinte cul-sec. Lorsqu'il reposa la choppe, le visage déjà rougi par l'alcool, il s'essuya le menton du revers de la main et toussa brièvement. Puis il se leva, guilleret, et saisit le manche de sa mandoline. Il était grand temps d'improviser un peu.

Tout en faisant mine de n'avoir pas correctement entendu l'ordre des gardes, qui s'avançaient déjà vers une table non loin, Luka bondit sur la table à leur droite, plus preste qu'un lièvre, et déclara avec magnificence à la bande de copains qui le fixaient hilares :
« Bon, on s'emmerde là, on va chanter une 'tite chanson, hein ? » Le musicien parlait d'une voix traînante, légèrement indistincte, comme s'il venait de se prendre une bonne cuite. Il espérait que ses joues à peine teintée par sa précédente choppe feraient illusion pendant un temps. C'est avec sa voix de théâtre qu'il lança à toute la salle : « Après moi ! »

« C'était un hussard de la garde
Qui revenait de garnison
Chez les Gorons,
Portant sa bite en hallebarde
Agrémentée de deux roustons
Plein de morpions ! »


Luka s'était mis à chanter à pleine voix, en grattant agressivement de la mandoline pour se faire entendre. C'était clairement une insulte à la patrouille, et Luka n'osait regarder trop longuement en direction des soldats, feignant toujours d'être trop ivre pour s'en préoccuper. Du coin de l’œil cependant, il les vit s'avancer en sa direction vers la fin du couplet. Leurs voix essayaient de passer au-dessus de la sienne. Fort heureusement, dès la seconde strophe, plusieurs ivrognes et les gars de sa table avaient rejoint la chanson qu'ils semblaient reconnaître, et c'était avec une euphorie difficile à retrouver hors des tavernes que tous commençaient à rire, reprendre les précédentes discussions ou chanter de concert avec le ménestrel.

« Vivre sans soucis,
Boir'du purin, manger d'la merde,
C'est le seul moyen
De ne jamais crever de faim. »


Le visage rieur, le pied léger, Luka passa d'une table à une autre, comme un Skullkid farceur. Ce n'était rien qu'une chanson grivoise, qui n'avait rien de blasphématoire ni même de particulièrement contraire aux bonnes mœurs, mais il allait à l'encontre de l'ordre donné par la garde précédemment, et espérait que cela suffirait à détourner leur attention. Il ne s'éloigna pas trop d'eux, pour qu'ils se sentent toujours visés. Mais de toute façon, quelque chose lui disait qu'il lui suffirait de s'aventurer à une table ou deux encore pour que le foutoir général soit lancé. Le patron lui remonterait sans doute un peu les bretelles, mais enfin, les clients reviendraient, c'était déjà ça de pris.

« Ô merde, merde divine !
Toi seule a des appas !
La rose a des épines,
Toi, merde, tu n'en as pas ! »


Il esquiva du pied une choppe à moitié remplie, de justesse, lorsqu'il passa d'une rangée à une autre pour aller susciter l'enthousiasme et la participation d'une autre tablée. Comme tout le monde avait l'air de vouloir en découdre avec les gardes, ce fut plutôt chose aisée. Les fêtards restants ne semblaient pas s'en plaindre, et se joignaient volontiers à la chanson sur un sourire amical (et une petite pièce discrètement glissée dans la paume, quand il le fallait).
Très vite, le comédien se retrouva noyé dans un tohu-bohu sans précédent. Il descendit de table, sans avoir été arrêté par les gardes, pas encore du moins, et se perdit volontairement dans la foule compacte qui chantait et riait encore, dans l'espoir qu'il leur soit plus difficile de le retrouver. Il ne savait pas ce qu'il risquait, et vivrait très bien sans cette connaissance importune.

A quelques pas de lui, une rixe semblait avoir pris place. Un coup d’œil rapide lui apprit que l'étranger, dont la bourse trônait à présent sagement contre son flanc, n'était pas impliqué dans la bagarre. Très bien, un peu plus de diversion. Peut-être était-il parvenu à quitter la salle ?
Mieux valait se tirer d'ici au plus vite. Luka ne comptait pas perdre une main, ou sa langue, pour le petit coup d'éclat qu'il avait initié ce soir. Pas de quartier pour les gens des bas-quartiers. Mais alors que lui-même tentait de se rapprocher de la porte d'entrée, il constata que sa mandoline l'encombrait et attirait les regards. Déesses. Et voilà qu'un soldat venait dans sa direction. Il ne l'avait pas encore remarqué, mais ça ne saurait tarder...

A pas de loup, le ménestrel retourna en direction du bar lorsque cette fois, il croisa Tonia. Et d'un seul coup, il sut exactement quoi faire.
Son visage rayonna lorsqu'il s'approcha de la blonde, bien que celle-ci eut une petite moue désapprobatrice. Sans lui laisser le temps de le sermonner, il se pencha vers elle, tout près. Trop près pour laisser place au doute, mais pas encore suffisamment pour ne plus lui laisser le choix.
Elle ne fit pas mine de s'écarter.


« Si tu me gardes ma mandoline ce soir, » lui chuchota-t-il le rire à la voix, comme une promesse, « je reviendrai te la prendre demain... »

La serveuse soupira une seule fois, d'un air songeur. Mais son rougissement trahissait ses pensées. Il lui suffit d'acquiescer une seule fois, le visage levé vers lui, pour que le garçon l'embrasse. Ses doigts vinrent effleurer sa joue, ce faisant, et le baiser traîna, bien qu'il resta relativement chaste. Puis, tout en passant sa main dans sa longue chevelure blonde, comme pour en savourer le toucher, il lui souffla merci, et disparut à nouveau dans la foule sans lui laisser son mot à dire. Lui laisser son instrument était un gage de retour certain.

Bien, se dit-il, un sourire amusé aux lèvres. Assez joué. Désormais, il s'agissait de sortir, et en un seul morceau.

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Mar 24 Mar - 14:58

« Haut les cœurs ! »

Leur regard se croisèrent, et il sembla au Renard qu'il venait de capter une étincelle au creux de celui du musicien. Un éclat de folie, un vent d'absurde illuminant un visage presque enfantin. Aedelrik ne put deviner ce que son nouvel associé avait compris de lui, et de ce dans quoi il s'engageait. Mais quoi qu'il ait saisit au contrat implicite qui les liait dés lors, le poids de la bourse avait semble il constitué un argument suffisant.
Replié sur lui même et la table, le voleur se pressa pour terminer son plat, conscient qu'il aurait besoin de toutes ses forces pour s'en tirer, et qu'après pareille soirée, la garde ne le laisserait sans doute plus fréquenter d'auberges aussi aisément que par le passé. Tandis que le musicien montait sur la table, Aedelrik tourna lentement la tête, le plus discrètement possible, afin d'observer les soldats dans son champ de vision. L'un d'eux semblait tout jeune, sans doute une bleusaille. Deux autres avaient les rides et le pif aviné caractéristique d'un long service dans la garde : ils s'étaient engagés en d'autres temps, où les règles étaient plus souples pour eux, à une époque où aucun général ne se serait permis d'interdire l'alcool et les petits extras pendant le service. Eux, le Renard pourrait négocier avec. Quand au capitaine... à la lumière de l'âtre, Aedelrik le reconnu et étouffa un juron. Doril était l'un des officiers les plus corrompus de la ville, et reconnu en cela unanimement. Sauf qu'il était tout aussi notoirement affilié à un baron de la pègre, Cas'dos, un homme d'importance que le Renard avait quelques raisons de croire vexé après qu'il ait tué son frère. Mais pire, Doril le connaissait, lui, Aedelrik, et ils ne s'appréciaient guère.
Si ce fils de pute le reconnaissait...

Le corrompu tourna son regard vers le voleur, dont la tête exécuta le même mouvement pour retourner dans la pénombre. Néanmoins, l'étranger pouvait le sentir, le capitaine approchait. Sa poigne se resserra sur sa dague, son corps tout entier tendu comme une corde d'arbalète.


« Bon, on s'emmerde là, on va chanter une 'tite chanson, hein ? Après moi ! »

Le musicien avait prit la parole, et soulevé d'un coup la chape de plomb qui étouffait la salle et les clients de l'auberge. Certains, qui ne supportaient pas cette atmosphère maussade, semblèrent trop heureux de son numéro, et quand bien même la plupart ne bougeaient pas, c'était déjà bon signe. Pendant ce temps Doril s'approchait.

« C'était un hussard de la garde
Qui revenait de garnison
Chez les Gorons,
Portant sa bite en hallebarde
Agrémentée de deux roustons
Plein de morpions ! »


Le menton toujours bas, le visage masqué par l'ombre, Aedelrik ne put s'empêcher de sourire, car la chanson l'amusait et surtout parce que si la verve du jeune hylien ne faiblissait pas, le tour avait une chance de fonctionner. Les plus enthousiastes reprenaient déjà le chant, leurs voix gueulantes couvrant les protestations des soldats. D'autres hésitaient à se lancer. Le voleur fit alors signe au tenancier de lancer une tournée générale, et lui envoya une nouvelle bourse entre ses mains complices. Celui ci ne trahit rien mais lui fit comprendre que sa prière serait exhaussée, dans la mesure des stocks bien sur ! La patte du Renard commença alors à battre la cadence sur le parquet de l'auberge. Aedelrik espérait être en rythme, à vrai dire ça n'avait pas grand importance, car le tempo et le rythme sont tout relatifs pour l'oreille d'un homme ivre. Tout ce qui comptait, c'était que la musique envahisse l'espace, et les esprits. Pendant ce temps, le musicien poursuivait, d'une voix joyeuse et avec un aplomb rare,

« Vivre sans soucis,
Boir'du purin, manger d'la merde,
C'est le seul moyen
De ne jamais crever de faim. »


Et, le pied leste, il passa à une autre table au moment où la bleusaille allait l'empoigner au bras. Le jeunot se précipita à sa poursuite mais la jambe tendue d'Aedelrik le cueillit au passage, et il s'affala de tout son long, largement moqué par l'assemblée. Dés lors, le Renard cessa de faire attention aux paroles de la chanson pour se concentrer sur les réactions de la salle. Celle ci était de plus en plus échauffée et il pouvait sentir sur le visage de chacun une hostilité grandissante envers les gardes, les lois et tout ce qui pouvait un jour ou un autre avoir condamné l'alcool, la grossièreté ou l'indécence, les trois plaisirs de ce bas peuple là.
A mesure que l'assemblée se détendait, par l'influence de la chanson obscène du musicien, paradoxalement, la tension montait, aidée en cela par l'aubergiste qui remplaçait toute chope vide par une nouvelle pleine à ras bord. Et puis...


« Toi, merde, tu n'en as pas ! »

Aedelrik pris la première bouteille qui passait et l'envoya valser sur le crane d'un ivrogne particulièrement joyeux, derrière lequel un des gardes vétérans essayait de se frayer un chemin vers le musicien. Tressaillant à peine sous le choc du verre brisé sur son cuir de taureau, l'homme se retourna et, sans chercher à faire un meilleur procès, rendit son verdict d'une manière expéditive. Son poing alla percuter le garde en plein ventre. Aussitôt, une rixe éclata, puis une seconde après qu'une chope ait percuté un goron particulièrement mal léché. L'auberge résonnant toujours de sa musique fut envahie par le désordre, les gardes rapidement submergé.
Cependant, alors qu'il allait s'éclipser, Aedelrik croisa le regard de Doril, dont les yeux s'écarquillèrent aussitôt. Il avait compris. Le Renard devait s'éclipser aussi vite que possible. Profitant que l'agent de sa majesté était empêtré dans une bagarre, le voleur se dirigeait vers la sortie quand il vit le musicien doucement aux prises avec le plus fourbe des adversaires. Un des vétérans s'approchait de lui et n'allait pas tarder à lui faire payer son effronterie. Aedelrik envisagea un instant de s'en aller sans plus attendre mais un regard de plus sur ce jeune imbécile romantique le fit changer d'avis.


« Idiot, tu n'apprendras jamais. »

Rejetant la voix de la raison, Aedelrik se précipita d'un bond et attrapa son associé par le torse avant de l'entraîner vers l'arrière boutique, loin de l'assemblée déchaînée. D'un regard entendu, l'aubergiste lui ouvrit la porte de la cave et la referma derrière eux. Il allait essayer de leur faire gagner un peu de temps. Mais Aedelrik ne pouvait de toute façon pas s'en aller sans la drogue, ni Redin. Ce ne fut qu'arrivé au bas des escaliers qu'il comprit. Sous le choc, il lâcha brusquement son jeune associé.

« Enfoiré de fils de... »

De Redin et de la drogue, il ne restait rien. La cave ne contenait plus que le nécessaire d'alchimie mais était débarrassé de toute trace de son associé. Aedelrik saisit d'un coup pourquoi celui ci avait été si long dans son travail, pourquoi la garde était informée de sa présence en ce lieu, pourquoi Redin s'était montré si compréhensif et peu exigeant dans ses tarifs. Qu'importe d'être payé un peu plus quand on compte de toute manière tout rafler ?

La voix du capitaine derrière la porte lui fit comme si la foudre le transperçait, et il se reprit. Redin n'avait pas quitté les lieux par l'escalier, où le voleur l'aurait vu et entendu. Il devait donc avoir un autre chemin. Avisant un tapis recouvrant un coin de la cave, il le souleva d'un coup de pied, découvrant une trappe. Ses poings se serrèrent en même temps que ses dents, les canines du loup grinçant terriblement,


« Amateur. »

Rageusement, il ouvrit la trappe et, tandis que des coups d'épaules sonnaient contre la porte et couvraient les protestations de l'aubergiste, le Renard intima silencieusement au musicien de le suivre. Après tout, il n'avait plus vraiment le choix.
Après un tunnel sommaire de quelques mètres, la trappe débouchait au fond d'une ruelle, planquée derrière des caisses. Malgré la pénombre, le mi-loup y voyait plutôt bien mais n'aperçut pas de signe de vie. Redin s'était enfuit. Il retint difficilement sa colère et donna un violent coup de poing dans un mur de brique. Se faisant, il s'ouvrit la peau, faisant couler un peu de sang. La douleur l'apaisa, et lorsqu'il se tourna vers son associé, il put lui dire,


« Désolé, pour les risques que tu as pris. »

Comme signe rare de sa gratitude, il tira de sa bourse une bague d'argent et de grenat, le parfait cadeau pour une dame de moindre importance, la serveuse apprécierait.
Sans plus s'attarder, le Renard allait sortir de la ruelle quand il avisa une goutte noire sur le sol. Non pas une goutte d'eau dans la pénombre, une goutte noire comme la poix. Ou comme la drogue qu'il avait demandé à Redin. Et sur le pavage de la rue courrait plusieurs de ces gouttes. Un sourire mauvais envahit son visage et il se lança à la poursuite du traître, sans savoir si son nouvel associé le suivait.

La trace était aisée à suivre, car le saligot semblait trop pressé de s'enfuir pour faire attention à ce qu'il pouvait laisser derrière lui. Bientôt, Aedelrik compris que la trace le menait vers le territoire du Cass'dos, et que Redin devait surement avoir envie de lui déballer tout ce qu'il savait. Le meurtre, le plan, la drogue... Si il parlait, le Renard pouvait faire une croix sur ses projets et quitter le pays dans la nuit, ou mourir.
Finalement, Redin arriva dans son champ de vision, visiblement épuisé, s'efforçant de courir pitoyablement. Le voleur ne voulait pas laisser passer sa chance. Avisant une façade aisée à escalader, il grimpa sur le toit d'un côté de la rue et, dépassant son ancien ami, retomba devant lui. Celui ci mis quelques instants à le reconnaître, gêné en cela par l'obscurité et sa fatigue. Alors, ses yeux s'agrandirent comme des bombes gorons, avant qu'un poignard ne vienne se planter dans son aisselle gauche, transperçant du même coup son coeur. Avant qu'il ne tombe, Aedelrik récupéra la caisse contenant les précieuses bouteilles pleines à ras bord. Le cadavre tomba face contre terre.
Il vérifia d'abord l'état de son précieux butin avant de fouiller longuement Redin à la recherche d'un indice qui pourrait ramener ses ennemis jusqu'à lui. Soudain, la ruelle résonna d'un pas de bottes. Le Renard releva aussitôt la tête, sans voir personne pour autant.


« C'est toi, le musicien ? »

« Pas vraiment. Moi je fais chanter les enfoirés. »

Ayant reconnu la voix, Aedelrik se redressa, pour voir le capitaine arriver face à lui. Derrière, il entendait également des pas de bottes cloutées. Un coup d'oeil lui suffit à apercevoir les trois gardes de l'auberge. Quatre contre un, avec une simple dague contre des armures, des épées et des lances. Et là où il se trouvait, le Renard ne pouvait plus fuir par les toits. Fait comme un rat, mais le loup en lui était prêt à vendre cher sa peau. D'instinct, il se tendit, attendant que la tempête de violence éclate. Il y aurait sans doute des morts, mais il ne comptait pas en être.

« Je vais adorer m'amuser avec toi, et Cass'dos aussi. »

Aedelrik jura intérieurement. Il lui faudrait un miracle à présent.

[hrp]Désolé pour le retard et pour avoir beaucoup fait avancé le rp dans le sens de Ririk, j'te promets de moins le faire la prochaine fois é_è [/hrp]

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Dim 29 Mar - 18:29

Luka cherchait tant bien que mal à semer son poursuivant dans la foule compacte qui bourdonnait tout autour de lui, mais il ne parvenait pas à se frayer un passage entre deux Gorons particulièrement imposants qui lui bloquaient la route sans même s'en rendre compte. Déesses. Le garde vétéran se rapprochait. Comme un lièvre pris au collet, le musicien finit par se tourner vers le soldat, les yeux farouches. Ses doigts vacillants glissèrent sous sa tunique pour tâter le manche de son poignard, mais lorsqu'il raffermit sa prise sur son arme, sa main ne tremblait plus. Il se sentait étrangement nu sans son instrument de musique.

Une brève lueur rousse passa en un éclair à l'extrémité de son champ de vision, comme un renard en chasse, et le ménestrel eut à peine le temps de lancer un coup d’œil alerte à sa gauche avant de se faire percuter par son allié inattendu. L'homme dont il ne connaissait toujours pas le nom. Une poigne ferme tira sans aménité sur sa tunique à la poitrine pour entraîner le garçon à sa suite, saisissant plusieurs couches de vêtements à la fois, et Luka entendit presque le tissu se rompre en-dessous de sa sous-tunique ; il inspira brusquement, sous le coup de la surprise. Brève vision du sourire du patron, et l'instant d'après, il se retrouva dans la pénombre. Ou presque. Il lui fallut un moment avant que sa vision ne s'adapte à la luminosité plus faible de la cave.

Lâche-moi, aurait-il voulu articuler, car les griffes du Renard ne desserraient pas et il avait beau ne pas lui faire mal, Luka avait l'impression que son cœur allait lâcher s'il continuait à le tirer de la sorte.
N'importe où. Il aurait pu le saisir n'importe où ailleurs. A chaque à-coup, il sentait le tissu se défaire sous son cache-cœur, et la panique manquait de le paralyser. Mais les mots restaient bloqués à sa gorge. Et lorsqu'il convoqua enfin la force de résister à la traction, Aedelrik le lâcha.


« Enfoiré de fils de... »

Saisi par l'appréhension, le ménestrel recula, manquant par-là même de se prendre les pieds dans l'escalier qu'ils venaient de descendre, et se couvrit la tête d'un bras, comme pour se protéger des coups à venir. Son autre bras s'était noué autour de sa poitrine, sans que cela ne puisse être expliqué.
Mais ce n'était pas contre lui que l'étranger vociférait, et l'absence de violence ne tarda pas à le faire comprendre au garçon. Il releva la tête, abasourdi. Il n'y avait personne d'autre dans cette cave, hormis eux. Alors, pourquoi ?

Sans qu'il ne puisse résoudre cette étrange énigme, des voix se firent entendre de l'autre côté de la porte. La seule porte de l'arrière boutique. Ils étaient faits comme des rats.
Ne sachant pas s'il pouvait vraiment faire confiance à l'homme qui lui avait offert si négligemment sa bourse, mais en revanche, en sachant avec netteté qu'il préférait mille fois mieux confier sa vie à l'inconnu plutôt qu'aux soldats qui tentaient d'enfoncer la porte, Luka se rapprocha d'Aedelrik. Celui-ci dévoila une trappe sous le tapis, ce qui acheva de confondre le musicien.

Des coups violents se firent entendre du côté de la porte. Le comédien sursauta, le visage tendu, tourné vers les escaliers. Mais dans le même temps, le voleur ouvrit la trappe, et lui faisait signe de le suivre. Alors, tant pis s'il ne comprenait pas : il fallait bien survivre d'abord, réfléchir ensuite. S'engouffrant dans le passage secret à la suivre de son nouvel associé, il ne fut pas sot au point de laisser l'entrée découverte, et il rabattit le tapis au-dessus de la trappe tout en fermant celle-ci. Ce n'était pas grand chose, mais c'était toujours une seconde de gagnée.

Lorsqu'ils quittèrent enfin le passage secret et que l'air nocturne épousa leurs visages découverts, Luka soupira. La tension n'avait pas quitté ses épaules, car les gardes pouvaient très bien être à leur trousse, dans le passage secret. Partir. Il fallait partir, quitter cette ruelle au plus vite. Mais alors que Luka déplaçait tant bien que mal une caisse de bois au-dessus de la trappe afin d'entraver la sortie des soldats éventuellement derrière eux, un coup retentit derrière lui. Alerte, le ménestrel se redressa. Son allié de fortune venait de cogner le mur, sur un coup de rage que le garçon ne pouvait comprendre.

Le Renard se tourna vers lui, l'air plus serein.
« Désolé, pour les risques que tu as pris, » finit-il par énoncer, et comme en guise de pardon, de gratitude ou de magnanimité, il lui tendit une bague de femme. Sans trop y réfléchir, presque d'instinct, le musicien tendit la main, et le bijou froid vint se nicher contre sa paume. Ses yeux ocre appréhendèrent un instant ce présent (par Farore, il ne rêvait pas, l'anneau était en argent), avant de revenir à son ancien propriétaire.
Luka s'humecta les lèvres, nerveusement. Il lui semblait que le sang quittait son visage tant il pâlissait. Ce ne devait être- Il ne devait pas- Il devait se ressaisir. Cet homme ne devait rien savoir. Il ne pouvait pas avoir deviné. Mais la bague...?

Ses doigts se refermèrent sur le précieux bijou. Il expira, longuement. Lorsqu'il répondit, son ton ne tremblait pas, mais sa voix partait légèrement vers les aigus et s'étranglait dans sa gorge - mais il continua, vaillamment :
« Vous m'avez tiré de ce foutoir, messire, et vous m'avez donné bien plus que ce que mérite un homme de mon genre... Je ne l'oublierai pas. » Et sur ces mots, il s'inclina, le dos raide, avant de s'éloigner d'un côté de la ruelle. Du coin de l'oeil, il vit le Renard détaler dans la direction opposée. Celui-ci s'arrêta un court instant, la tête baissée, à la manière d'un chasseur qui avait repéré des traces reconnaissables au sol. Puis il tourna à l'angle de la rue, soudain au pas de course, et disparut de son champ de vision.

Le ménestrel contourna lui aussi le bâtiment, et ne s'avisant pas suffisamment en sûreté, il glissa la bague à son annulaire avant de se servir d'une échelle adossée au mur grossier du bâtiment pour grimper le long de celui-ci. Il termina son ascension en escaladant le dernier mètre qui lui restait, les mains moites mais les pieds prenant fermement appui entre les pierres. Une fois sur le toit, il s'allongea sur le ventre, et observa les alentours. Rien de suspect. Plus loin, son allié temporaire courait toujours, à la poursuite d'il ne savait quoi. Maintenant qu'il était dissimulé à la vue de tous, il s'empressa d'ouvrir sa tunique pour examiner les dégâts. Rien de déchiré, fort heureusement ; il renoua précipitamment le tissu qu'il recouvrit de son cache-cœur, puis de sa sous-tunique. Enfin, il réajuste sa tunique, s'assura que son poignard ne glisserait pas de sa cachette, et soupira encore. De soulagement, cette fois.

L'attention de Luka revint à l'anneau qu'il venait de recevoir, et il s'empressa de le retirer de son annulaire. Que pourrait-il bien en faire ? L'offrir à Lis ? Le grenat qui y trônait irait pourtant bien à ses propres yeux carmins. Il sourit sous la coquetterie soudaine dont il faisait preuve. "Princesse", l'aurait appelé sa Lis si elle s'était trouvée à ses côtés, non sans affection.
Il finit par enfiler la bague à son majeur droit. Symbole d'assurance, d'affirmation de soi. Pas de mariage, non, son annulaire restera toujours dépouillé, désormais. Même destiné à une main de femme, il n'eut aucun mal à glisser le bijou à son doigt fin.

Des bruits de pas métalliques et réguliers le tira de ses rêveries et il jeta un second coup d’œil en bas, suffisamment rapidement pour apercevoir les trois mêmes gardes que ceux de la taverne défiler derrière leur capitaine, les armes à la main. Son sang se glaça dans ses veines ; une chasse à l'homme. Et ils prenaient exactement le même chemin que le Renard, quelques instants avant eux.
Il ne réfléchit pas. Ou plutôt, alors même qu'il se redressait, il réfléchit vite, et prit sa décision dans la même seconde. Le temps qu'ils naviguent entre les ruelles, il aurait atteint son ex-coéquipier par les toits. Peut-être même avant eux, s'il avait un peu de chance. Les cliquetis de leur équipement les empêcherait d'entendre ses bruits de pas feutrés : il savait qu'il avait les pieds légers. Et c'était avec l'aisance d'un lièvre que le comédien bondit d'un toit à l'autre, coupant ainsi par le chemin des airs à la recherche de son précédent complice.

Trop tard.

Luka connaissait mieux les chemins des rues que ceux des toits, et ceux-ci étaient loin d'être aisés à traverser lorsque ses bottillons manquaient trop aisément de le faire glisser le long des pentes, laissant alors la gravité l'emporter sur lui. Quand il rattrapa Aedelrik, les gardes avaient déjà acculé ce dernier d'un côté. Le capitaine, lui, bloquait l'autre partie de la ruelle, l'air franchement satisfait. Tous armés jusqu'aux dents. Un cadavre gisait contre un mur juste à deux pas - Luka savait distinguer les morts des ivrognes depuis qu'il vivait dans les bas-quartiers de la Citadelle. Qui l'avait tué ? L'étranger, ou les gardes ? Était-ce important ? Le ménestrel resta prostré dans sa cachette en hauteur, momentanément tétanisé par l'incertitude, l'impuissance, la peur.


« Je vais adorer m'amuser avec toi, et Cass'dos aussi, » gronda le capitaine de la garde, laissant transparaître un rictus féroce sur son visage marqué. Et soudain, Luka s'en rappela.


« Tu peux venir dans mon quartier, » lui avait dit un jour Hemma, à l'époque où il venait à peine de sympathiser avec les filles du bordel qu'il croisait toujours la nuit tombée.
« Tu peux venir dans mon quartier, » lui avait dit Hemma, et ses yeux agressifs semblaient poser des conditions, « tant que tu sais que c'est le quartier de Cass'dos. Le jour où tu vois ses hommes débarquer, même si c'est chez moi, tu détales. Ce type a tous les droits dans le coin. Et il pardonne pas. »


Le garçon cilla. Le danger, d'un seul coup, semblait grimper à des proportions inouïes. Mais ces hommes étaient loin de servir la famille royale, pour sûr...
Il regarda à nouveau en bas, brièvement, et se demanda en toute rigueur : serais-tu capable, maintenant, de tourner les talons et de les laisser tuer cet homme ? Entendre ses derniers cris, en portant sa bourse à ta ceinture et sa bague au doigt, lui à qui tu dois ta fuite et ta reconnaissance ?
Il expira doucement, longuement. Fouilla dans sa sacoche, sans un bruit, à la recherche des noix mojos qu'il gardait pour le spectacle du lendemain. Et, les yeux rivés sur les soldats, comme à la recherche d'un angle d'attaque, il sut qu'il avait pris sa décision depuis longtemps.

Une noix mojo éclata violemment à terre devant les trois soldats alors que simultanément, Luka projetait son bras libre vers le capitaine de garde : les gestes physiques l'avaient toujours aidé à chaque fois qu'il avait fait usage de sa magie. Et en effet, ce mouvement brusque de bras, ces doigts férocement tendus vers le bas lui permirent de mieux visualiser son offensive : un serpent qui se déployait d'un coup, venin à l'affût. Son index et son majeur semblèrent s'enfoncer dans quelque chose de concret : Luka visait les yeux de Doril. A la manière de crocs recourbés, il replia ces deux doigts, sentant la chair se percer sous ses ongles, se percer à distance, et un long cri de douleur s'ensuivit. Il écarta violemment le bras, comme pour se débarrasser de cette chose parasite dont il venait de crever les orbites, et le capitaine vint se heurter au mur de pierre, dans la direction où le ménestrel l'avait projeté.

Considérablement plus pâle sous la perte de l'énergie que ce petit jeu lui avait coûté, Luka lança une seconde noix mojo en direction des gardes, en espérant que son allié momentané avait eu la bonne idée de garder les yeux clos après la première offensive lumineuse. Il quitta sa cachette en un bond, en prenant soin de ne pas se laisser aveugler par le second éclat, et atterrit non loin d'Aedelrik qu'il s'empressa de tirer par le bras.
« C'est moi. Vite, » se contenta-t-il de lui souffler, et l'instant d'après, ils dépassaient en courant la silhouette recroquevillée du capitaine de garde. La chasse pouvait commencer, et Luka ne connaissait qu'un seul endroit où ils pourraient se mettre en sûreté... au risque de mettre la propriétaire des lieux en danger.

Pas le temps de réfléchir, cependant. Tirant toujours sur le manche de son compagnon d'infortune, sans vérifier si celui-ci avait été aveuglé ou blessé, Luka sprintait plus vite que le lièvre le plus rapide du royaume. Ruelle gauche. Ils contournèrent les caissons de bois. Traversèrent l'allée centrale pour entrer dans la ruelle de droite, cette fois, et courir encore. Tourner à l'angle de la rue. Le souffle court, le cœur battant, Luka ne savait pas s'il était atterré par ce qu'il avait commis ou euphorique à l'idée de vivre encore. Pour l'instant.
Il finit par pénétrer un bâtiment tout aussi crasseux que les autres, empoignant toujours aussi fermement l'étranger par le manche. Mais une fois qu'ils franchirent le seuil de la porte, Luka le lâcha enfin. Il essuya sa main gauche sur sa tunique, ce faisant, car un liquide sanguinolent baignait les deux doigts qui avaient transpercés les yeux de Doril quelques instants plus tôt.
Presque uniquement des prostituées logeaient dans cette vieille bâtisse, bien qu'elles ne soient pas gérées par des maquerelles, et leurs activités s'entendaient nettement dans le silence de la nuit.
« Bloque la porte avec la planche, veux-tu, » souffla le musicien au Renard qu'il avait entraîné dans sa course folle. Puis le garçon gravit les escaliers pour aller toquer à la porte de gauche, au premier étage. « Hemma ? » Lança-t-il sans oser parler trop fort. « Ouvre, je m'en fous si t'es avec un client, ouvre, c'est urgent ! »


[HRP : Je m'excuse aussi, c'est un FUCKING ROMAN que j'ai pondu là (mais je me suis tellement éclatée, haha) et en plus j'ai vachement tiré du côté de Luka aussi, pour le coup... J'avais peur de pas de laisser assez de jeu, et finalement j'ai toujours peur de pas t'en laisser assez, alors tu me dis si tu veux que je modifie, surtout ! è_é <3]

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Mer 8 Avr - 20:19

Sa main gauche empoignait fermement sa dague, la droite s'approchait d'un couteau camouflé dans une poche de sa tunique, le long de son flanc. Aedelrik ne réfléchissait plus, il n'en avait plus le loisir. Le Renard jouait souvent, beaucoup, avec un plaisir sans cesse renouvelé. Dans chaque jour que les dieux faisaient, il trouvait à rire du monde et à se moquer des hommes qui le peuplaient. Oui, il était d'un naturel rieur, tout comme un petit garçon, perdu dans les montagnes,   bien des années auparavant.
Mais la vie avait appris à Aedelrik que tout ne peut se résoudre par des rires et de l'ironie. Certains coups que nous envoie le destin ne sauraient être contrés qu'avec de la force, et de la violence. Le voleur ne riait plus, il n'en avait plus envie. Les yeux quasiment fermés, il fixait un point vague sur le sol devant lui, accordant toute son attention à son ouïe.


« Moi, je l'empoigne aux épaules, et toi tu le frappe aux burnes. »

Bien qu'ayant entendu le murmure, sensé être discret, du garde, Aedelrik ne sourit pas. Il n'en avait plus le droit. Il pouvait entendre le son de leurs bottes sur les pavés. Les trois, derrière lui, le jeune et les deux vieux. Plus le capitaine devant qui devait s'attendre à ce qu'il fuit. C'est ce qu'aurait fait n'importe quel animal de basse cour, gras et mollasson : détaler lorsque le chien de garde grogne et s'apprête à mordre. Lui était plus que cela : il était un renard, un loup... Un animal sauvage et inapprivoisable. Une bête qui sait lorsqu'elle est acculée et qui saute à la gorge du chasseur, tous crocs dehors. Encore quelques pas et ils sauraient ce que cela veut dire.
La lune continuait à miroiter sur les plaques de l'armure du capitaine, tandis que l'étaux se resserrait, irrémédiablement. Aedelrik leva alors les yeux vers l'astre et, enfin, s'autorisa un sourire. Parce que cette grimace ne lui appartenait déjà plus vraiment. La lumière pâle s'insinua à l'intérieur de lui et, alors que ses canines poussaient, il murmura,


« Pardonne moi, Keith. »

Le Renard ferma les yeux, et le Loup les rouvrit.
Dés lors, la nuit ne fut plus le manteau sombre et effrayant que les Hommes connaissaient, mais seulement la demeure pâle de la Lune. Un lieu que la bête avait apprivoisé, où il se sentait pleinement à sa place. Aedelrik pouvait sentir sa conscience progressivement envahie par l'animal et ses instincts s'imposer à sa pensée. Pour l'instant, il était encore là, mais plus pour longtemps. Derrière lui, il entendit un son de bottes proche. Trop proche. Se retournant en une fraction de seconde, il trancha de sa dague la main qui s'apprêtait à le saisir. Avant même que l'homme n'eut eut le temps de hurler sa souffrance, le voleur lui perçait la gorge de sa fine lame et le rejetait sur le sol d'un coup d'épaule, afin de poursuivre le combat contre ses autres adversaires.
Mais tandis que le second vétéran allait se jeter sur lui, comme sans doute le capitaine dans son dos, un violent flash de lumière provenant de derrière lui étourdit les deux soldats, qui se tinrent les yeux en gémissant. En se retournant, incrédule, Aedelrik vit un spectacle inédit pour lui, malgré sa grande expérience. Projeté depuis un toit, un étrange serpent avait jaillit vers le capitaine, déjà aveuglé, pour lui enlever définitivement la vue. Pétrifié par la vision horrible de cet homme qui hurlait sa douleur et la perte de toute lumière et couleurs de sa vie, le Loup faillit ne pas réagir à temps quand le vétéran, s'étant repris, lui envoya sa lance dans le dos. S'écartant d'instinct, et aidé par un second flash étourdissant venu de derrière lui, il parvint à faire riper la lame sur son épaule, se faisant ainsi sérieusement entailler la chair mais évitant de finir transpercé de part en part. Un soudain masque de fureur sur le visage, Aedelrik cogna violemment le soldat à la mâchoire avant de transpercer l'aisselle gauche de l'homme. Le même coup que pour Redin, le plus efficace. Le voleur n'avait jamais vu personne y survivre.

Son regard s'attarda un bref instant sur le jeune, qui semblait tétanisé par la peur. Il avait un visage bien enfantin pour être garde, ce garçon. C'était à peine un adulte et on l'envoyait imposer l'ordre et la loi à des criminels souvent deux fois plus vieux que lui, et cent fois plus doué pour se battre, vaincre, et tuer. Une certaine lassitude s'empara d'Aedelrik. Il savait devoir le tuer, c'était impératif pour ne pas risquer de mettre tous ses projets en péril. Et le jeune aussi savait.


« Désolé gamin. »

Sa voix était fatiguée, mais il ne pouvait pas perdre plus de temps ici. Seuls les dieux pouvaient lui avoir envoyé une telle aide, et on ne devait pas gâcher une chance donnée par ceux qui règnent d'en haut. Aedelrik s'approcha alors rapidement, sa dague pointée vers sa cible. Le jeune, lui, ne parvenait presque plus à tenir sa lance, tant il tremblait. Ses yeux étaient mouillés, et pas qu'eux à en juger par une certaine odeur. Vraiment, ce garçon au bord du précipice faisait peine à voir.

S'il faut juger, statuer sur ce qui poussa le Renard à garder un de ses ennemis en vie cette nuit là, l'aspect misérable de ce garçon entre évidemment en compte. Car comment aurait il pu constituer un véritable danger ? Par ce qu'il allait raconter ? Pour cela, il lui faudrait rapporter la corruption de son capitaine. Par sa possible envie de vengeance ? Il ne peut y avoir de vengeance sans colère, et lui n'était traversé que par de la peur. Mais au delà de la pitié que le Renard aurait pu ressentir pour ce jeune homme, il semble probable que ce voleur pas si cruel qu'il voulait le faire croire au monde ait retrouvé un peu d'une de ses connaissances passées dans ce visage implorant. Un autre garçon qui aurait aimé qu'on ne lui hôte pas sa vie.

La dague d'Aedelrik trancha, avec précision et maîtrise, deux doigts : l'index et le majeur de la main droite du bleu. Impossible de continuer à être garde avec une telle amputation. Il n'aurait dés plus qu'à changer de vie, et ainsi leurs chemins ne se recroiseraient plus. Son regard se tourna vers le capitaine, qui gémissait au sol, mais dont les plaintes résonnaient de plus en plus fort dans la ruelle. Bientôt, il ameuterait d'autres patrouilles. Décidé à ne pas abandonner son projet, il se pencha sur la caisse contenant sa drogue et rangea les précieuses fioles dans ses diverses sacoches, qu'il portait toujours sur lui. Dés lors, plus rien ne le retenait là. Mais avant de s'en aller, le Loup devait revenir en arrière, redevenir humain vite ou bien il lui faudrait plus de temps pour retrouver sa forme originelle. Plongeant à nouveau son regard dans la lune, le voleur se laissa envahir par la lumière et...

« C'est moi. Vite, »

Avant qu'il ait eu le temps de réagir, de s'extirper de la transe et de reconnaître la voix, Aedelrik était entraîné dans la course du musicien, sans pouvoir réellement résister. Sa concentration s'était brisée et il mit un certain temps avant de revenir à lui, suivant son guide aveuglément. Néanmoins, à mesure que la conscience lui revenait, il sentit la douleur de la blessure à l'épaule le lancer violemment, à chaque pas qu'ils faisaient.
Il ne compris ni où il allait ni pourquoi avant d'entrer dans le bâtiment. Là, la lueur de la lune ayant cessé de le couvrir, le Renard put pleinement sortir de sa confusion... Pour constater que sa situation ne relevait pas du paradis. D'après les teintures rouges et les odeurs de chair et de parfum, il se trouvait dans un bordel, et pas des plus luxueux. Se courbant sous la douleur de son épaule, il constata que la transformation suivait, lentement mais inexorablement, son cours. Déjà, un pélage blanc couvrait en partie la plaie. Et coupé de la lumière lunaire, impossible pour lui de relancer la transe.


« Bloque la porte avec la planche, veux-tu, »

Il croisa alors le regard du musicien, et compris d'un simple coup d'oeil sur les doigts de l'Hylien d'où était venu son salut. Pour autant, Aedelrik se sentit soudain pris de vertiges devant le fait qu'un simple inconnu croisé au hasard dans une taverne ait été capable d'une telle prouesse... ou d'une telle horreur, au choix. Néanmoins, encore trop faible mentalement pour discuter, il s'exécuta et souleva la barre sans le moindre effort. Son côté bestial avait au moins cet avantage de disposer de ressources extraordinaires, mais à cet instant, le voleur s'en serait bien passé. Il ne reprochait rien à son camarade, mais il ne pouvait pas non plus rester enfermé ici jusqu'à ce que chacun puisse le voir marquer son territoire à chaque coin de pièce. Il entendit alors le musicien appeler, à l'étage,

« Hemma ? Ouvre, je m'en fous si t'es avec un client, ouvre, c'est urgent ! »

Indécis mais désireux de ne pas rester là les bras ballant à attendre que son sort empire, Aedelrik le rejoignit pour voir la porte s'ouvrir sur une femme, aussi belle que furieuse. Maquillée comme son métier l'exigeait, sa chevelure blonde abondante relâchée sur ses épaules nues, une robe de chambre maladroitement enfilée relevant des jambes fines et une silhouette délicieusement rebondie à la poitrine... Dans une autre situation, le Renard aurait pris le temps d'apprécier le spectacle. Là, tandis qu'il sentait les os de son dos s'arquer, il n'y avait pas l'esprit à cela. La dénommée Hemma, elle, semblait avoir peu apprécié son réveil forcé.

« J'espère vraiment que tu as une bonne raison pour gueuler à ma porte à cette heure ! Tu perds tes manières, Luka. Tu m'as ramené un client ? Il ne va pas bien ?  »

De fait, Aedelrik éprouvait une grande peine à simplement se tenir debout. La transformation entrait dans une phase très désagréable, celle de la mutation des organes. A chaque fois, ce changement provoquait des nausées, voir une irrépressible envie de rendre tout ce qu'il avait dans l'estomac. La fille de joie s'approcha de lui et allait lui poser une main sur l'épaule quand elle étouffa un cri.

« Il est blessé à l'épaule et tu l'amène ici ? Tu me prend pour une prêtresse ? C'est qui, d'ailleurs ? Un meurtrier ? Toi, regarde moi !  »

Aedelrik refusa, détournant les yeux et son visage. Il ne fallait pas que cette Hemma voit ses pupilles animales. Si son secret perçait, elle serait capable de l'embrocher comme le dernier rebut du démon, il en était certain. Et lui avait assez vu de sang pour ce soir.

«  Ne fais pas l'enfant toi  ! Je dois savoir dans quel état tu es. Montre moi ça...  »

Elle tenta de le forcer en lui empoignant le visage d'une main, et ce faisant, elle déclencha une réaction purement instinctive du Loup. Sa conscience humain réagissant un instants après, Aedelrik se figea alors qu'il bondissait sur Hemma, crocs prêt à s'ouvrir et se refermer sur sa gorge. La respiration hatellante, il ouvrit alors de grands yeux. Par dessus l'épaule de la jeune femme, il voyait un rayon de lune dans la chambre dont elle était sortie.
Se méprenant sur ce qui venait de se passer, Hemma crut qu'il avait juste cherché le contact physique avec elle, et elle referma ses bras sur lui, comme une mère, lui murmurant doucement,


«  Shhht. Calme toi. Tu n'es plus en danger. Viens.  »

Elle le mena dans la chambre, et l'assit sur une chaise. A présent apaisé, Aedelrik tourna son regard vers la lune et entreprit à nouveau de revenir vers son humanité. Petit à petit, la bête s'en alla et le laissa seul. Finalement, tandis que Hemma examinait une blessure débarrassée de pelage blanc, il passa sa langue sur des crocs redevenus canines et la nuit redevint un manteau sombre pour ses yeux. Pendant ce temps, il se laissait bercer par la voix de la jeune femme. Leurs regards se croisèrent une première fois tandis qu'elle allait mouiller un linge dans une bassine pleine d'eau. Aedelrik ne tressaillit même pas quand elle commença à nettoyer la plaie, mais il parvint à prononcer quelques mots, avec hésitation.

« Merci. Vous deux. »
« Hum. Tu fais bien de me remercier, je fais pas dans la charité d'habitude. Bon, Luka, reste pas planté là comme ça ! Qu'est-ce qui vous est arrivé, tu me raconte ? »

La gorge d'Aedelrik se serra, son regard cherchant à rencontrer celui du bien étrange musicien. Comment celui ci pourrait il en dire assez pour être crédible, et suffisamment peu pour ne pas trahir un Renard mal en point ?

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Jeu 7 Mai - 13:34

[HRP : J'ai vraiment trop tiré dans ma  direction cette fois-ci, et j'ai bien peur de ne pas t'avoir laissé assez de place pour jouer, alors dis-moi si ça va pas surtout, ok ? Mais trop contente de reprendre avec toi ! <3 ]


« J'espère vraiment que tu as une bonne raison pour gueuler à ma porte à cette heure ! Tu perds tes manières, Luka. » L'éternel garçon aurait pu sourire en guise d'excuse si les circonstances n'étaient pas aussi alarmantes : l'homme qu'il avait entraîné derrière lui sans aucune autre considération que la fuite était blessé... Cette réalisation assez brusque noua la gorge du ménestrel, qui se contenta d'un haussement les épaules en guise de réponse - une réponse discourtoise qu'Aalis lui avait inculquée, à force de le côtoyer. Mais cela ne semblait pas offenser la prostituée. Elle suivit le regard inquiet de Luka pour constater à son tour l'état d'Aedelrik. « Tu m'as ramené un client ? Il ne va pas bien ? »

Pas un client, Luka voulut-il expliquer. Mais à peine avait-il prononcé un mot qu'Hemma s'était déjà avancée vers le Renard, prenant ainsi les choses en main. Presque aussi maigre que le musicien, mais surtout presque plus grande que lui (mais aux formes ô combien plus généreuses), la fille de joie en imposait. Elle s'exclama bruyamment, alors qu'elle frôlait l'épaule du blessé, et le garçon lança un regard affolé en direction du portail, de peur d'y entendre les pas des gardes. Aucune raison de s'inquiéter, tenta-t-il de se convaincre. Ils étaient loin, et dans un plus sale état que son complice actuel...

Un soupir étrange tira Luka de ses pensées, un bruit infime; comme un grognement bestial, mais pas tout à fait. Ses yeux ocre vinrent à nouveau se fixer sur son compagnon d'infortune, qui semblait en proie à une grande souffrance. Hemma l'entourait de ses bras et lui chuchotait quelques mots réconfortants, presque maternelle, et Luka ressentit une bouffée de gratitude pour cette femme d'ordinaire si féroce. Cependant, quelque chose dans la manière dont le dos du Renard se courbait tira un frisson d'appréhension au ménestrel... Celui-ci ne pu en déterminer la cause. Sans doute était-ce de la compassion envers un souffrant, rien de plus. Il ne put toutefois détacher son regard de cet homme dont il ne connaissait toujours pas le nom. Presque méfiant. Il ne savait pas pourquoi.


(Instinct de fuite. Instinct de proie.)

« Shhht. Calme toi. Tu n'es plus en danger. Viens. »

Alors qu'Hemma escortait Aedelrik jusqu'à sa chaise, Luka franchit le palier à son tour et referma la porte de la chambre derrière eux. Pas la peine d'ameuter tout le quartier... surtout qu'il ne supportait pas les filles de joie qui logeaient au premier palier. Un vrai nid de vipères ; impossible de s'en détacher, une fois que le noeud s'en était mêlé.
Lorsque le ménestrel se tourna vers Hemma, celle-ci nettoyait la plaie du Renard. Vu d'aussi près, et malgré la pénombre, la blessure ne semblait plus si effrayante. Son complice temporaire avait lui aussi perdu en prestance : Luka ne s'en rendit pas compte, mais il respirait enfin plus posément en sa présence. La Bête était partie ; les lièvres pouvaient souffler.


« Merci. Vous deux. » L'homme articulait avec hésitation. Sans doute que la douleur le retenait... ou que ces mots n'avaient pas l'habitude de franchir ses lèvres. Dans tous les cas, le musicien se contenta d'incliner la tête, comme en signe de respect. Sa main tressaillit ; il avait beau avoir essuyé le sang, il lui semblait que celui-ci imprégnait toujours ses doigts.

« Hum. Tu fais bien de me remercier, je fais pas dans la charité d'habitude. » Hemma croisa les bras, le visage à nouveau sévère, et déposa ses yeux de rapaces sur le ménestrel. « Bon, Luka, reste pas planté là comme ça ! Qu'est-ce qui vous est arrivé, tu me racontes ? »
Luka laissa un sourire nerveux naître sur son visage pâle. Ses yeux croisèrent brièvement ceux de son complice, et bien qu'il ne sut déchiffrer ce qu'il entrevit dans les yeux verts de son vis-à-vis, l'angoisse monta. Ce bref coup d'oeil échangé sembla mettre la puce à l'oreille d'Hemma, qui arborait déjà un visage plus sceptique - ce pour quoi Luka détourna tout de suite la tête, l'air de rien, pour pouvoir se poser sur le lit défait de la fille de joie.

« Hé bien, ce sera une longue histoire. » Il chercha un instant ses mots, et ses doigts nerveux vinrent réajuster sa tunique à son col. Puis il reprit, cette fois-ci plus assuré : « L'essentiel, et le noeud du problème, c'est que nous avons démasqué le capitaine de la garde. » Une brève hésitation, bien que celle-ci soit plus feinte que réelle : Luka gagnait du temps, pour pouvoir tourner cette histoire à leur avantage. Il avait cependant confiance en Hemma - du moins, suffisamment pour lui offrir un petit bout de vérité : « Celui-ci est à la botte de Cass'dos. Et je peux te dire que lorsqu'il nous a repéré, ou plutôt lorsqu'il a repéré mon ami, » il esquissa un geste de la main pour désigner Aedelrik, « il ne l'a pas manqué. Mais je, hum. J'avais des noix mojo sur moi, alors. »

Silence incrédule. Hemma finit par le reprendre, après avoir serré un bandage improvisé autour de la plaie du Renard, en voyant que le ménestrel ne continuait pas : « Ils ne t'ont pas vu, toi. »
« Non, » Luka secoua la tête. « Du moins je ne crois pas. J'étais dans l'ombre. Mais je. Enfin. » Un temps. Puis, le ton plus vacillant : « Je l'ai aveuglé. Définitivement. Ils avaient déjà tué un mendiant dans l'allée auparavant, et je... Je voulais juste que ça cesse, tu comprends ? » Luka ne mentait pas tant sur les mots que sur l'intonation tremblante qu'il prenait. Hemma savait ; Hemma savait ce qu'il était. Et il comptait bien jouer sur sa voix fluette d'enfant pour susciter sa compassion.

Cela ne manqua pas de prendre : la prostituée le considérait déjà comme un oisillon perdu avant cela, et elle s'empressa de le rejoindre pour l'étreindre brièvement.
« Pauvre chéri, » dit-il, et Luka y entendit un « e » muet qu'elle ne pouvait rajouter, « j'aurais voulu pouvoir t'épargner ça... Mais ça explique le sang sur ta tunique. » Elle finit par le lâcher, puis passa en revue les deux compagnons, les yeux réprobateurs. « Bon. Vous auriez pu éviter de venir me refourguer vos emmerdes, hein, » et Luka baissa les yeux à ces mots, l'air coupable. Hemma sembla se radoucir après cela. « Je peux pas vous garder pour la nuit, faut que je reçois mes clients. Mais je vais vous faire sortir de là. »
Luka sembla se ragaillardir à ces mots, mais Hemma l'interrompit avant qu'il ne puisse parler : « Hep, j'ai pas fini. Toi Luka, tu ne rentres pas chez toi ce soir. Mieux vaut être prudent. Puis ton ami a besoin d'un vrai guérisseur, faut pas que ça se gangrène ou quoi. »

Le musicien chercha à croiser les yeux de son compagnon d'infortune, l'air interrogatif. Se séparer aurait pu être une bonne idée, si seulement le Renard n'était pas blessé. Or il aurait besoin d'un appui. D'autant plus qu'ils n'avaient pas quitté les quartiers de Cass'dos ; ils allaient devoir éviter toutes les patrouilles nocturnes, et deux paires d'yeux valaient mieux qu'une. « Très bien, » finit-il par lâcher, sans quitter le Renard du regard. C'était à lui qu'il s'adressait. « Si tu le veux bien, je t'accompagnerai. » Autant le tutoyer. Avec un peu de chance, Hemma ne lui demanderait pas le nom de son "ami" : Luka commençait à se lasser des mensonges.

Celle-ci, de son côté, s'empressait de fouiller dans un coffre à l'autre bout de la pièce.« Je peux vous prêter quelques affaires de rechange, » leur lança-t-elle sans les regarder, « vu que vous avez dégueulassé les vôtres avec du sang. Toi, » et sans autre forme de procès, elle lança un long chaperon en direction d'Aedelrik ; le tissu atterrit sur ses genoux. « Enfile ça, ça va te couvrir ta blessure et tes cheveux. Mais toi, » et à cela, elle claqua de la langue en examinant le musicien, l'air critique, « Enlève-moi cette tunique, tu l'as sali trop bas pour qu'on puisse le cacher, et j'ai pas de manteau. »

Luka sembla pâlir de plusieurs teintes en l'espace d'une seconde. Ses mains se crispaient et se décrispaient à l'ouverture de sa tunique, incertaines, et ses yeux écarquillés semblaient plaider pour une cause qu'il ne pouvait pas prononcer à voix haute. Il s'humecta nerveusement les lèvres, avant de bégayer : « Hemma non, je peux pas... Tu sais très bien, je peux pas... »
Mais Hemma restait fermement campée sur ses positions, et en avait visiblement assez de se montrer tendre avec lui. « Bien sûr que si tu peux, imbécile, tu veux sauver ta peau, oui ? Alors épargne-moi tes bêtises, et enfile-moi cette robe. Tu pourras remettre tes fripes de garçon manqué après, si c'est ça qui te tracasse. »

Luka essayait tant bien que mal de ne pas jeter un coup d'oeil paniqué en direction d'Aedelrik. Oh Déesses. Hemma n'avait jamais pensé que les deux associés temporaires entretenaient des liens d'amitié; elle pensait qu'ils étaient amis, au sens le plus concret du terme. Et que par conséquent, le Renard savait.
Sans mot dire, le ménestrel s'empara de la robe que la prostituée lui tendait, et se glissa derrière le seul paravent de la chambre, sans demander son reste. Il fuyait la situation présente, fuyait les regards inquisiteurs et les non-dits qui pesaient sur ses maigres épaules plus lourdement que jamais. Une fois à l'abri des regards, il eut le courage de demander à Hemma, d'une voix plus ferme :
« Comment je fais pour mes cheveux ? Ils sont trop courts. »

La prostituée ne manquait pas de ressources. Elle lui tendit un châle par-dessus le paravent, l'air imperturbable. Le ton impitoyable : « Tu sais très bien comment te voiler, tête de linotte. Débrouille-toi. »

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Jeu 14 Mai - 20:54

Luka savait mentir, c'était évident. Il en avait dit assez de vérité pour que son récit soit crédible, trop peu pour révéler ce qui devait rester secret. Les saltimbanques possédaient souvent ce genre d'expérience et de savoir, à force de vivre en marge de la société et de la loi. Au moins, Aedelrik put constater que son compagnon d'infortune ne craignait pas de sombrer dans le mensonge et la demi-vérité même auprès d'une de ses amies, apparemment proche. Le Renard comprenait assez bien pourquoi : autant ses affaires de drogues pouvaient paraître bien habituelles à Hemma, autant cette sorcellerie dont Luka avait usé sur le capitaine...
Le voleur frissonna en repensant aux deux serpents crevant les yeux de leur proie. Aedelrik ne le pleurerait pas, même si sa blessure le conduisait à la tombe, mais il ne pouvait s'empêcher de trouver un tel châtiment horrible, et même sacrément écoeurant.


« Ils ne t'ont pas vu, toi. »

Le Renard grogna lorsque la fille de joie resserra le bandage autour de sa blessure. Il tenta de faire jouer son muscle, pour constater que ses mouvements étaient douloureux, et raides. Se battre dans cet état serait délicat, trop dangereux. Tandis que Hemma allait étreindre un Luka, dont le numéro d'enfant innocent contrastait d'une manière malsaine avec ce qu'il avouait avoir accompli, Aedelrik se releva et jeta un coup d'oeil discret par la fenêtre ouverte. Dans la ruelle, il vit une bande de cinq hommes en armes et brandissant des torches, dégageant une hostilité manifeste. Le coin allait bientôt devenir dangereux pour eux.
Le voleur se retourna pour croiser le regard réprobateur d'Hemma, qui ne parvenait pas à cacher sa bonté derrière toute sa mauvais humeur,


« Bon. Vous auriez pu éviter de venir me refourguer vos emmerdes, hein. Je peux pas vous garder pour la nuit, faut que je reçois mes clients. Mais je vais vous faire sortir de là. »

Aedelrik tendit l'oreille. La jeune femme semblait pleine de ressources, et les bordels ne manquaient pas de sorties discrètes pour les hommes de bien désireux de laisser leurs escapades dans l'ombre. Quand à savoir ce qu'ils feraient une fois hors de danger...

« Hep, j'ai pas fini. Toi Luka, tu ne rentres pas chez toi ce soir. Mieux vaut être prudent. Puis ton ami a besoin d'un vrai guérisseur, faut pas que ça se gangrène ou quoi. »

Pour ça, le Renard savait déjà où aller. Son regard rencontra celui du musicien et, l'esprit tendu comme un fil, Aedelrik s'efforça de le jauger au moins, d'évaluer la situation. Laisser Luka seul, c'était le garder en dehors de ses secrets et de son projet, et un voleur est toujours moins visible seul. Mais il comprit aisément que ça n'était pas une bonne idée. Son compagnon en savait déjà beaucoup... Si il tombait aux mains de Cass'dos, le Renard pouvait dire adieu à ses plans. Et puis, il avait une dette envers ce jeune écervelé. Pour le pire ou le meilleur, Aedelrik avait appris à ne jamais cracher sur une main tendue.

« Si tu le veux bien, je t'accompagnerai. »

L'étranger hocha la tête, un air entendu.
Il n'y avait pas de bonne solution, de toute manière. Luka s'était mis dans une situation telle qu'il ne pouvait que courir un risque mortel. Tout ce qui comptait dés lors, c'était de faire les choix les plus rusés, afin que lui et le voleur ne finissent pas le dos brisés dans une fosse commune. Aedelrik se rassit sur un geste d'Hemma,


« Je peux vous prêter quelques affaires de rechange, vu que vous avez dégueulassé les vôtres avec du sang. Toi, enfile ça, ça va te couvrir ta blessure et tes cheveux. Mais toi, enlève-moi cette tunique, tu l'as sali trop bas pour qu'on puisse le cacher, et j'ai pas de manteau. »

Le Renard avait déjà enfilé le vêtement que Luka, lui, semblait s'être pétrifié sur place, comme frappé par le regard d'un basilic. Comportement étrange s'il en était, surtout pour quelqu'un de cette classe des musiciens et des saltimbanques, d'ordinaires moins pudiques que la moyenne. Et soudain, Aedelrik eut ses premiers soupçons. Luka avait peut être bien quelque chose à lui cacher, un secret qui ne devait pas en être un pour Hemma. Les yeux du voleur ne quittèrent plus son camarade. En plus d'être méfiant, l'étranger était curieux.

« Hemma non, je peux pas... Tu sais très bien, je peux pas... »

« Bien sûr que si tu peux, imbécile, tu veux sauver ta peau, oui ? Alors épargne-moi tes bêtises, et enfile-moi cette robe. Tu pourras remettre tes fripes de garçon manqué après, si c'est ça qui te tracasse. »

Luka finit par céder, et s'exécuta derrière un paravent tandis que Aedelrik détournait son attention de cette situation, peu désireux de rajouter inutilement de la pression sur les épaules frêles de l'hylien. Le temps des réponses viendrait plus tard. Ils devaient penser à leur survie d'abord. Toujours, la survie.

« Comment je fais pour mes cheveux ? Ils sont trop courts. »

« Tu sais très bien comment te voiler, tête de linotte. Débrouille-toi. »

Le ton était impitoyable, mais Luka semblait encore hésiter. Aedelrik, qui venait de voir une des patrouilles criminelles s'approcher par la fenêtre, s'approcha du paravent, le contourna pour rejoindre son camarade et s'efforça de masquer ses cheveux au mieux qu'il put avec le voile. Se faisant il restait silencieux et n'échangeait pas un regard avec le musicien. Seulement lorsqu'il eut terminé, le Renard lui glissa à l'oreille,

« On a tous notre part d'ombre. Cesse donc d'y penser pour l'instant. »

« Alors, vous êtes prêts, oui ? »

Hemma semblait tout aussi pressée qu'Aedelrik de les voir partir, ce que celui ci comprenait parfaitement. Chaque seconde qu'ils passaient dans cette chambre en sa compagnie était un risque grandissant pour la fille de joie. Elle pouvait avoir toute la bonté du monde, elle savait que plus tôt ils partiraient, plus vite elle serait sauve et sans risque d'être soupçonnée par la pègre. Le Renard se satisfaisait à la pensée que bientôt, elle réaliserait à quelle point l'avoir aidé était un pari gagnant.

« Nous y allons. Merci pour ton aide, Hemma. Je m'en souviendrais. »

Il y avait mis tout son charme, et tenté d'être le plus élégant possible. Délicatement, il prit la main de la jeune femme et y déposa un baiser. Celle ci lui sourit avec une ironie affichée, mais aussi une pointe d'autre chose, qu'elle aurait sans doute voulu dissimulé, avant de lui répondre,

« Jusqu'à demain, sans doute, comme tous les autres ! Vas donc, je ne m'attends pas à te revoir, et j'espère même réussir à t'éviter tant que tu auras des ennuis au cul ! Bon, suivez moi ! »

Elle sortit de la chambre en les incitant à la suivre, ce que fit Aedelrik après s'être assuré que Luka faisait de même. La jeune femme les conduisit jusqu'à l'arrière du bâtiment, et ouvrit une porte en bois lourde, puis une seconde dont la teinte se mariait parfaitement avec le mur extérieur du bordel : une sorte de poterne pour client attaché à sa réputation.
Le Renard sortit en premier pour laisser Luka et Hemma se saluer, jusqu'à leur prochaine rencontre, espérait il. La porte donnait sur une cour intérieure dont on sortait par un passage ouvert dans le pâté de maison. Il se rendit à cette sortie pour constater qu'elle donnait sur une ruelle qu'il connaissait. De là, la route vers son repaire lui parut claire, et il se détendit... Jusqu'à ce que le passage d'une des patrouilles vengeresses ne le force à se plaquer contre le mur au dernier moment pour ne pas être vu. Lorsqu'il s'autorisa à respirer de nouveau, Luka se tenait à côtés de lui.


« Suis moi de prés, et imite moi dés qu'il le faut. »

C'était une consigne assez vague, mais Aedelrik lui accordait assez de crédit pour le croire capable de savoir quand le danger exigerait qu'il s'exécute. Lentement, il progressa dans la ruelle tapis contre un mur sombre, l'obscurité de la nuit les recouvrant presque parfaitement. Arrivés à son extrémité, ils furent confrontés à une grande rue, ouverte, et parcourue par deux patrouilles qui progressaient dans leur direction. Le Renard savait comment passer seul mais avec Luka... Il estima alors les distances et se décida à jouer une carte risquée. Du revers de sa tunique, le Renard sortit une des fioles de verre, qui contenait sa fameuse drogue. Il la désigna à Luka, avant de lui murmurer,

« Sitôt qu'elle aura explosé, bouche toi le nez, et cours vers la ruelle en face. »

Dés qu'il eut l'accord du jeune hylien, Aedelrik projeta la fiole au centre de la rue. Juste avant qu'elle ne touche le sol, il prit une profonde inspiration et, à partir de là, se retint de respirer. Quand le verre rencontra le pavé, il explosa, projetant la substance sous la forme d'un nuage de fumée plus sombre que la nuit même, qui envahit l'espace sur plusieurs mètres. Aussitôt, Aedelrik fonça, espérant être suivit de prés, et continua même bien après être parvenu dans la ruelle. Il ne s'arrêta que plusieurs minutes après, tandis qu'ils étaient sur le point de quitter le quartier du bordel. Essoufflé, adossé à un mur pour récupérer de son effort, il prit la peine d'expliquer à Luka la situation,

« Cette drogue... la fleur de roche... Concentrée, c'est un poison liquide. Bien manipulée, c'est un hallucinogène gazeux. C'est pour ça que tu as peut être l'impression que les lignes de ta vision tanguent un peu... parce que tu en as forcément respiré sans le vouloir. Mais si nos poursuivants en ont pris une grande bouffée... Ils sont sans doute en train de se tabasser les uns les autres en pensant se défendre contre des démons. »

Ayant récupéré son souffle, Aedelrik se redressa et observa autour de lui. La silhouette du temple se dressait non loin, ils étaient proches. Le voleur reprit donc son chemin, plus sereinement étant donné que rien ne lui laissait entendre qu'on les avait suivit. Même Cass'dos ne possédait pas assez d'hommes pour passer au peigne fin toute la citadelle, d'autant que la nuit ne durerait pas éternellement.
Leurs pas les menèrent toujours plus prés du temple, jusqu'à parvenir derrière l'édifice monumental, dans le petit cimetière qui le jouxtait. Aedelrik s'avança alors sans la moindre hésitation dans ce lieu brumeux baigné dans une ambiance morbide, effrayante pour les superstitieux. Le Renard se refusait à être de ceux là. Il emmena Luka jusqu'à une chapelle ancienne, sans doute inutilisée depuis des siècles. Là, sur le tombeau était gravé :


« l'Abyme appelle l'Abyme. »

Aedelrik pouffa devant le grandiloquent de la formule, reconnaissant bien là, familier, le goût d'un de ses associés pour le mystère et les grandes énigmes. Il tira alors sur un anneau qui pendant à une chaîne sur un mur de la chapelle. Aussitôt, le caveau entier glissa sur le sol, pour dévoiler un escalier taillé dans la roche, qui donnait sur une porte. Sur celle ci, on avait sculpté un animal, un loup ou un renard. Celui ci se retourna alors vers Luka et lui déclara,

« Je sais que c'est un peu tard pour t'avertir mais... Si tu franchis cette porte, tu rejoins tous ceux que la loi rejette et que la religion exclu. Tu entre dans un monde de parias et sans doute es tu promis aux enfers du même coup. Je ne veux te forcer à rien. Tu m'as beaucoup aidé, et je suis en sûreté à présent. Qui que tu sois... Il laissa la phrase en suspens pour faire comprendre à Luka le sens de ses mots Tu as ma gratitude et je saurais te rendre la pareille, tôt ou tard. »

Le Renard lui tendit alors une pièce d'argent étrange, indéniablement fausse puisque dessus n'était représenté aucun monarque ni aucun héros de légende, juste un Renard se mordant la queue. Aedelrik descendit les marches et franchit le seuil de son foyer.
Sitôt qu'il eut franchi la porte, un vieil homme au crâne dégarni mais à la carrure de boeuf vint vers lui, l'air jovial,


« Enfin te voilà ! Je m'inquiétais, avec cette histoire de Cass'dos qui a fait boucler tout un quartier et toi qui ne rentrait pas ! »

« Tu as eu raison de t'en faire, Doklas, mais tout va bien maintenant ! »

Le vieux lui enserra l'épaule blessée dans une poigne affectueuse mais terrible qui lui arracha un grognement, avant qu'il ne remarque le bandage tâché de sang. Aussitôt, il ouvrit de grands yeux outrés en direction du Renard qui se contenta de baisser les siens avant de se faire tirer par le bras vers le centre du lieu.
Le foyer d'Aedelrik avait été des catacombes, autrefois, dans un lointain passé. Lorsqu'il était arrivé à Hyrule et avait découvert le lieu, celui ci était déjà bien éloigné d'une demeure pour les morts. C'était alors un atelier de fausse monnaie, où le Renard s'était fait embaucher avant de prendre la tête de l'entreprise, dans des circonstances obscures. A présent, le lieu abritait une vingtaine de ses associés, et servait autant à la forge qu'au recel de biens volés ou encore de prison pour de précieuses victimes d'enlèvements. Sorte de grand espace souterrain où les voix résonnaient sous les arches de pierre et entre les colonnes millénaires, c'était l'antre du Renard, sa tanière confortable.
Doklas était un peu l'âme de ce lieu et servait autant de coordinateur entre tous les associés que de réparateur en tout genre, de murs, de mobiliers, et de corps humain ou non. L'appeler médecin aurait été lui faire une grande offense, car il entendait bien plus à l'art de soigner que ces imbéciles pompeux en robe. Il installa Aedelrik sur un lit et commença à défaire le pansement, indifférent à la douleur que cela provoquait chez son patron.
Soudain, il se retourna vers l'entrée et demanda d'une voix où se mêlait la crainte et la colère,


« Qui va là ? »

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !


Dernière édition par Aedelrik Foxclaw le Mer 21 Oct - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Mer 27 Mai - 12:08

« On a tous notre part d'ombre, » lui chuchota le Renard à l'oreille. Comme un rappel avisé. Une recommandation : « Cesse donc d'y penser pour l'instant. »
Luka, qui avait à peine eu le temps de s'extirper de sa sous-tunique pour enfiler la robe d'Hemma par dessus sa brassière, jeta un regard peu amène à son coéquipier qui venait le rejoindre derrière le paravent. Ses yeux ocres, qui viraient ambrés à la lueur de la lampe, semblaient le dissuader de faire un commentaire sur le tissu qui compressait sa poitrine. Luka ne comptait pas le retirer.

Mi-femme, mi-quoi ? A force de prétendre, il n'était plus sûr de rien.
Plus sûr de pouvoir choisir, après avoir goûté à la liberté sous la peau d'un garçon sans nom.

« Alors, vous êtes prêts, oui ? »

Luka eut un sursaut. D'un geste habituel, habitué, sa main blanche noua le châle d'Hemma par-dessus son crâne, jusqu'à s'arranger une coiffe respectable qui lui donnerait l'apparence d'avoir plus de cheveux qu'il n'en possédait réellement. Ses doigts se crispèrent brièvement sur ses jupons qu'ils tentèrent de dérouler jusqu'à ses chevilles, comme un désir de décence. Une femme ne devrait pas sortir à cette heure, Luka ne le savait que trop bien. Alors, faute de mieux, il récupéra sa ceinture et ses bourses, dont celle qu'Aedelrik lui avait confiée, et glissa le fourreau de son coutelas sous son corsage. Il dut vérifier que son arme ne le contraindrait pas par inadvertance en bougeant les bras ou en se tournant d'un côté, mais bien vite il rejoignit ses compagnons à la porte, et suivit Hemma jusqu'à la porte secondaire qu'il connaissait bien. Le Renard sortit en premier, mais Luka avait à peine esquissé un mouvement pour le suivre que la poigne d'Hemma se referma sur son bras, le stoppant ainsi dans sa progression. Il tourna la tête vers elle, mais celle-ci se contenta de réajuster son châle près de ses oreilles. Un bref silence s'écoula, puis elle l'étreignit, très brièvement. « Fais attention, ma chérie, » lui glissa-t-elle tout affectueusement à l'oreille, comme si Luka avait été sa soeur de sang, aussi n'eut-il pas le coeur de la rabrouer pour le féminin employé. Il se contenta de déposer un bécot sur son visage inquiet. « T'inquiète pas, va. Retourne dormir un peu, il est tôt encore, t'as le temps avant les premiers clients. »

Luka s'éloigna au pas de course, toujours dans ses bottines légères, et ne s'arrêta que lorsqu'il atteignit son compagnon de route. Celui-ci lui intima à voix très basse : « Suis moi de près, et imite moi dès qu'il le faut. » Luka hocha la tête, l'air décisif, et s'empressa de se glisser dans l'ombre à la suite du Renard. Une fois arrivés au niveau de l'allée principale, des cliquetis métalliques se firent entendre, et le comédien déguisé se raidit. Devrait-il se faire passer pour quelqu'un d'autre, s'inventer une nouvelle identité ? Sans doute pouvait-il passer pour une mégère, accoutré ainsi - une femme acariâtre venue tirer son mari des bordels qu'il ne cessait de fréquenter... Ca pourrait le faire. Mais le risque était trop grand, et sous ses jupons, il sentait ses jambes le lâcher. Fort heureusement, son complice prit les devants, et extirpa une fiole de verre de sa tunique. Luka l'envia brièvement : Déesses, ce que les costumes de femme pouvaient avoir d'encombrants...

Par suite, le Renard donna une série d'instructions que le ménestrel s'empressa d'appliquer à la lettre. Sa main porta son châle sur sa bouche et son nez, et Luka suivit son allié sans hésiter, presque aussi proche que son ombre, certain de survivre au mieux tant qu'il ne quittait pas ses talons. La course dura un temps, et lorsque Aedelrik s'arrêta enfin pour reprendre son souffle, il fallut un moment pour que ses explications fassent sens dans l'esprit fatigué de Luka. Ses doigts vinrent réajuster le châle qui lui couvraient les cheveux. Il se sentait effectivement un peu étourdi, mais ne savait pas si c'était en raison de l'effort ou de la drogue, peut-être une combinaison des deux. Dans tous les cas, il ne sut répondre, et se contenta d'acquiescer encore, la respiration sifflante. Cependant, lorsque le Renard reprit sa marche, le comédien ne protesta pas et se laissa à nouveau guider. Était-ce lui qui escortait le blessé, ou le blessé qui l'escortait lui ? Il ne savait plus faire la différence.

Malgré l'obscurité, Luka eut tôt fait de reconnaître le chemin, car il n'avait cessé de faire des aller-retours entre le Temple et le quartiers des bordels, pas plus tard qu'au dernier cycle de Din. Ses premiers spectacles à la paroisse lui semblaient si loin, désormais...
Désormais convaincu que le Renard demanderait asile auprès des prêtres, quelle ne fut sa surprise lorsque celui-ci s'arrêta finalement devant une petite chapelle délaissée, dans le cimetière adjacent ! « l'Abyme appelle l'Abyme. » Telle était l'épitaphe gravée sur la tombe, et Luka eut à peine le temps de le déchiffrer que son compagnon de route déclencha un mécanisme bien curieux. Par réflexe, le ménestrel recula. Le tombeau avait laissé place à un escalier de pierre.


« Qu'est-ce qu- » s'apprêta-t-il à demander, l'air effaré, mais son associé le prit de court :
« Je sais que c'est un peu tard pour t'avertir mais... Si tu franchis cette porte, tu rejoins tous ceux que la loi rejette et que la religion exclut. »

Les mots que Luka s'apprêtait à prononcer s'étouffèrent entre ses lèvres. Il repensa à Cass'dos, la corruption des gardes, leurs traques incessantes, mais c'était le Renard qu'il regardait. Ce n'était pas un simple coupe-gorge, comme il avait pu le croire dans un premier temps. Non. Il devait voir plus grand.

« Je ne veux te forcer à rien, » continua-t-il. « Tu m'as beaucoup aidé, et je suis en sûreté à présent. Qui que tu sois... Tu as ma gratitude et je saurais te rendre la pareille, tôt ou tard. » Et sans attendre de réponse, l'homme lui tendit une pièce d'argent. Par réflexe, le musicien tendit la main, et reçut cet étrange présent sans mot dire. Déjà, son allié s'enfonçait dans les catacombes, et Luka n'esquissa pas un geste pour le retenir. La porte qui se refermait plus bas finit tout de même par le tirer de ses réflexions, et il pinça des lèvres.

« Voilà un dilemme bien singulier, » murmura-t-il à l'emblème du Renard gravé sur la surface polie. Puis sa poigne se raffermit, décisive, et il descendit les escaliers pour pouvoir franchir à son tour la porte des hors-la-loi. La porte des exilés. La porte des fous. Il ne se retourna pas.

Le battant grinça lorsqu'il pivota sur ses gonds, malgré tous ses efforts pour ne pas alerter les occupants, et déjà une voix de vieil homme l'interpellait, alerte :
« Qui va là ? » Ses mots résonnèrent longuement dans l'immense foyer souterrain, entre les arches et les crevasses de pierre. Même dans les zones d'ombre, Luka pouvait entrevoir des hommes qui s'affairaient, eux aussi à l'affût de tout danger.

Que les Déesses le préservent. Soudain, son accoutrement de femme l'étouffait. Joue, imbécile, se sermonna-t-il intérieurement. Joue ta divine comédie, tu ne fais guère plus que ça, désormais. Alors joue.


« Seulement sa bienfaitrice, » s'exclama-t-elle d'un air assuré, presque dédaigneuse, et sa voix semblait d'un seul coup plus claire, non plus celle d'un homme à peine fait, ni même celle d'un petit garçon, mais une voix de jeune fille en fleur. Aux mêmes inflexions qu'Hemma, car Luka ne connaissait pas femme plus féroce, plus à même de rendre les coups qu'on lui porterait. Alors, elle continua : « Tout d'abord, je ne voulais pas descendre. Mais je me suis rappelée d'une chose, malgré les belles promesses de gratitude de votre compagnon. »

A cela, Luka s'avança, et il y avait quelque chose d'étrangement gracieux dans sa démarche - quelque chose de dansant, quelque chose d'acquis, une démarche de la noblesse. C'était un nouveau personnage qu'elle se créait ; une nouvelle facette de sa personnalité qu'elle dévoilait.

La comédienne se rapprocha du centre de la pièce, afin d'y rejoindre le Renard et le vieil homme. Mais ce n'était qu'au premier qu'elle s'adressa par la suite, la voix plus basse, pour ne pas partager ses mots avec toute la communauté souterraine :
« Je faisais le compte, vois-tu. Par deux fois tu m'as porté secours : la première fois dans la taverne, et la seconde sur le chemin jusqu'ici. De même, par deux fois, je t'ai apporté mon aide : la première fois en intervenant dans la rue, et la seconde en t'emmenant en un lieu sûr. J'ai reçu de toi des présents, en échange de quelques services rendus. » Et à cela, sa main ornée de la bague qu'il lui avait donnée lui désigna la bourse qui lui avait appartenu. « Et pourtant, je ne connais même pas ton nom. »

Solennelle, la femme que Luka incarnait désormais tendit sa main vers son allié, l'invitant à la saluer soit comme un homme du peuple, soit comme une dame de haute naissance. Ce n'était pas très clair. Ses yeux ocres, rendus presque fauve par la lumière qui frappait son visage pâle, dardèrent brièvement en direction du vieil homme qui la fixait toujours avec méfiance, avant de revenir au Renard. Il y avait comme une lueur de défi dans le regard qu'elle échangea avec lui.

(Ce que nous appelons rose, sous un autre nom, embaumerait tout autant.
Dans ce cas, quel nom donner en retour ? Luka ?)


Quel nom donner en retour ?
Lyn...?

L
Y
N
D
-

« Appelle-moi Lucrèce, » déclara-elle avec grandeur, tout en levant légèrement le menton. Le maintien parfait pour un nom de reine, un nom de vertu souillée - un nom de tragédie.

« Voici le marché que je te propose : Par deux fois, je te dois ma vie. Ainsi, à deux reprises, je serai à ton service. » Elle s'inclina en une légère révérence, avant de reprendre : « Mais en échange, par deux fois, je te demanderai d'être au mien. Car ma dette envers toi équivaut à celle que tu possèdes envers moi. »

Ses yeux ne le quittaient pas. Comme une supplication muette, qu'elle n'osait formuler. Puis, finalement, le ton adouci, plus proche des inflexions de Luka-le-ménestrel : « Sans doute me trouves-tu bien présomptueuse. Dans ce cas, je t'en prie, quittons-nous en bons amis. Cela me suffira. »

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedelrik Foxclaw
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 25
Date d'inscription : 06/11/2013

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Mer 24 Juin - 17:09

Sitôt que la voix de Luka avait retentit pour répondre au vieux, le caveau obscur avait subitement pris vie. Yoren, qui se reposait sur une poutre, s'était penché tête en bas pour observer. Kaarys avait quitté son alcôve de solitude pour s'approcher de sa démarche féline. Irsipe avait cessé de fumer et ne quittait pas la nouvelle venue des yeux. Luka les avait elle vu, dans l'obscurité, habitués qu'ils étaient à ne jamais se dévoiler ? Aedelrik n'en savait rien. Il sentait juste la tension nouvelle dans l'air, ce qui ne lui déplaisait guère. Il était parfois bon que ses associés ne se sentent pas trop à leur aise dans ce repaire. De sa longue expérience, le Renard savait qu'un voleur ne vit vieux qu'en vivant aux abois. A cet égard, une intrus leur apprendrait à se tenir constamment sur leurs gardes.

Quand à elle, Luka, Aedelrik fut instantanément marqué par sa transformation. Du garçon il ne semblait plus rien rester. Plus un fragment de ce qui le constituait, dans sa démarche, dans son ton et son timbre de voix, dans ce qui faisait sa personnalité aux yeux du Renard. A sa place avançait, droite et fière, une jeune femme qui aurait autant dénoté dans une ruelle sombre que Luka aurait dénoté dans une réception de nobles. Un instant, le voleur se demanda si il n'avait pas affaire à ces doplers dont les légendes parlaient ; des êtres mystérieux capables de prendre n'importe quelle apparence en un instant et doués d'un sens du théâtre extraordinaire. On disait même que certains se faisaient passer si longtemps pour un autre qu'ils en oubliaient leur nature profonde. L'idée était plaisante mais lorsqu'elle approcha, le Renard put voir que Luka était réellement la même personne. Changée évidemment, mais pas par magie, ou bien par celle très ordinaire, qui s'apprends sur les routes auprès des réfugiés, des criminels et des acteurs, tous ceux qui veulent se défaire d'une identité trop pesante.

Lorsque Luka arriva prés de lui, Aedelrik renvoya Doklas d'un geste qui n'appelait aucune contestation. Ses associés s'étaient tendus au fur et à mesure que la jeune femme approchait de lui, comme un réflexe de meute, rassurant bien que le Renard ne pensait pas craindre quelque chose de sa camarade nocturne. Il l'écouta ainsi faire la comptabilité de ces quelques heures passées ensemble, peser chaque dette et chaque règlement. Et lorsqu'il attendait une chute, une réclamation supplémentaire ou bien au contraire une protestation devant la valeur de ses cadeaux, elle se contenta de lui demander son nom.
Pour le dénoncer ? Elle connaissait l'emplacement de l'antre, avec un nom elle pourrait se faire une jolie somme auprès de la garde. Mais non, quelque chose incitait le voleur à baisser un peu sa garde. Après tout, elle ne l'avait pas sauvé pour le faire condamner derrière. Il répondit alors, confiant,


« Mon nom est Aedelrik. Et toi, comment dois je t'appeler dorénavant ? »

Il lui avait posé la question avec un sourire amusé, afin de lui faire comprendre qu'il n'était pas étranger à ce genre de métamorphoses soudaines. Quand elle lui répondit, il repensa à la légende de la reine Lucrèce de Anderra, composée dans un long et célèbre poème tragique. Avait elle choisi un nom de reine au hasard ? Venait elle de confier son vrai nom ? Avait elle encore un véritable nom ? Le Renard décida de s'en moquer. Tout ce qu'il voyait c'est que si Lucrèce jouait, elle était une formidable actrice.
Elle reprit la parole en la lui coupant, alors qu'il allait répondre et lui évoqua le problème de leurs dettes autrement qu'il ne l'avait abordé auparavant. L'idée était audacieuse. Voire osée. A son service, avait elle dit. Les mots étaient forts, tout comme l'engagement demandé. Autour, chez les jeunes renards, la tension était montée d'un cran. Aedelrik ne quittait pas ses yeux de son regard grave. Sans doute ressentit elle la lourdeur du silence car elle le brisa par des mots bien plus raisonnables.


« Sans doute me trouves-tu bien présomptueuse. Dans ce cas, je t'en prie, quittons-nous en bons amis. Cela me suffira. »

Aedelrik éclata de rire, franchement et sans réserve, réchauffant d'un coup l'atmosphère, avant de prendre Lucrèce dans ses bras tout en lui murmurant, « J'ai toujours préféré les gens présomptueux. » Sortant de l'ombre, Yoren, Kaaris et Irsipe ainsi que Doklas s'approchèrent tandis que le Renard poursuivait, en lui prenant la main à la manière galante « Qu'il en soit ainsi, très chère... Aedelrik s'amusait beaucoup à lui donner des gages de galanteries alors qu'il l'avait rencontré homme quelques heures auparavant, Nous sommes donc doublement liés par nos dettes respectives, ce qui fait quasiment de vous une membre de la famille. J'aurais aimé vous présenter tous mes associés mais ils sont peu nombreux ce soir. Je crains que cela ne doive attendre une autre nuit, lorsque je... serais plus... dis..po... »

« Rah imbécile ! »

Affaibli par sa blessure et par la fatigue, Aedelrik venait de retomber lourdement sur le lit, se cognant légèrement sa tête au passage sur un des montant de bois. Doklas avait aussitôt bondit vers lui et faisait signe aux autres de s'éloigner tandis qu'il reprenait son travail de guérison. Lentement, le Renard se sentit sombrer dans le sommeil, mais avant, il entendit le vieil homme dire à la jeune femme,

« Laissez moi donc avec lui, je m'en occupe. Vous pouvez vous installer où vous voulez, tant que la place est libre. Allons, il doit se reposer ! »

Il s'endormit en murmurant ce nom charmant, « Lucrèce... »

_______________________
« Si on savait où le Loup passe la clôture, on pourrait l'attendre au trou. »



Deuxième compte de Llanistar & Ganondorf. Couleur : Goldenrod
Merci à Zelda pour la sign !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukrèce
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
La Rêveuse | Comédien(ne) à deux visages
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1209
Age : 22
Date d'inscription : 22/06/2007

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Le crime et la musique    Lun 29 Juin - 19:40

Un lourd silence pesait sur les lieux, plein de jugements non-prononcés, de condamnations à venir. Le groupe de malfrats se refermait progressivement sur eux, sans doute pour assurer la protection de leur dirigeant. Lucrèce restait droite et digne, sûre d'elle-même. Les yeux rivés sur le Renard, le seul en qui elle avait (relativement) confiance. S'il était le chef de cette bande de l'ombre, il lui suffirait de rester dans ses bonnes grâces pour ne pas s'attirer la foudre des autres - un peu à la manière des loups au sein d'une meute, sans doute.

Ne te retourne pas. Ne te retourne pas. Alors même que des bruits de pas feutrés se faisaient entendre derrière elle, Lucrèce demeurait impassible, pleine d'orgueil et de grâce, incapable de flancher. Mais la comédienne, derrière son tout nouveau rôle, sentait bien la sueur glisser le long de sa nuque voilée, lentement, comme un signe de détresse.

C'est à ce moment précis qu'Aedelrik laissa échapper un rire franc, un rire ouvert - et sans autre forme de procès, Lucrèce se retrouva entre ses bras. Une étreinte de bienvenue, qui manqua bien de lui retourner le ventre. Elle eut du mal à se détendre à son contact, sans doute encore à demi-persuadée qu'il la frapperait pour son culot.


(Sois belle et tais-toi, lui avait toujours imposé son entourage, lorsqu'elle possédait encore une identité définie. Une femme n'a pas à répliquer quand on lui parle. Sois belle, mais par pitié, tais-toi.)

« J'ai toujours préféré les gens présomptueux, » lui glissa le Renard à son oreille, et soudain, Lucrèce parut respirer pour la première fois. Derrière l'épaule d'Aedelrik, elle le voyait enfin, trois silhouettes se détachaient dans l'obscurité ; hostiles, peut-être, mais plus de menace immédiate. Lucrèce n'enlaça pas le roi des escrocs en retour, n'esquissa pas même un geste pour lui rendre ce bref signe de familiarité et d'appartenance à la même meute, mais ses épaules s'affaissèrent. Subitement certaine qu'elle ne risquait plus grand chose, elle ne se raidissait plus contre lui - ce qui était, en soi, une forme d'acceptation.

« Qu'il en soit ainsi, très chère, » continua le Voleur tout en prenant ses distances, et Lucrèce ne s'offusqua pas lorsqu'il la prit par la main (un signe de respect comme un autre, comme envers une reine dans son boudoir.) « Nous sommes donc doublement liés par nos dettes respectives, ce qui fait quasiment de vous une membre de la famille. »

« Vous m'en voyez ravie, » déclara-t-elle sur un ton presque hautain, et l'une des sous-fifres plus loin - une Sheikah tout de noir vêtue - lui décocha un regard meurtrier. La comédienne n'osait pas s'écarter de l'attitude dédaigneuse de Lucrèce, aussi n'exprima-t-elle aucun remords vis-à-vis d'Aedelrik... Mais lorsque ses yeux croisèrent à nouveau les siens, un mélange d'excuse et de complicité pouvait se lire dans ses pupilles fauve.

Lui seul savait qu'elle jouait le jeu. Lui seul connaissait son secret.
(L'un de ses secrets.)


« J'aurais aimé vous présenter tous mes associés mais ils sont peu nombreux ce soir. Je crains que cela ne doive attendre une autre nuit, lorsque je... serais plus... dis..po... » » Et soudain, le Renard s'affaissa.

Lucrèce agit avant les autres, car elle était la plus proche du blessé à ce moment précis. D'instinct, elle le rattrapa par l'épaule, pour tenter d'amortir un peu sa chute et de l'orienter un peu plus vers le matelas. Mais même sa supervision ne suffit à éviter le léger coup qu'Aedelrik se prit lorsque sa tête vint doucement heurter le meuble adjacent.
« Rah, imbécile ! » S'écria le vieillard médecin, tout en se précipitant vers eux, et la comédienne ne sut s'il s'adressait à elle ou à lui. Quelle importance ? Le docteur s'attardait déjà sur son patient, et il les chassait déjà d'un mouvement de la main - aussi promptement qu'il aurait chassé une mouche.

« Laissez moi donc avec lui, je m'en occupe. Vous pouvez vous installer où vous voulez, tant que la place est libre. »

Mais Lucrèce ne s'éloignait pas. Sous le masque de l'hétaïre qu'elle incarnait, la comédienne avait des réticences à rejoindre le petit groupe qui s'était formé en retrait. La Sheikah aux allures de panthère qui l'avait fixée avec tant de méfiance précédemment semblait toujours aux abois face à son intrusion dans leur territoire... mais pire encore, c'était la lueur d'intérêt qu'elle entrevoyait dans les yeux curieux de l'un des Hyliens (celui qui ne fumait pas la pipe) qui l'inquiétait. Voilà un homme susceptible de poser un peu trop de questions... Elle n'était pas sûre de vouloir risquer sa crédibilité en parlant trop vite.

Et pourtant, le médecin insistait sur son retrait nécessaire :
« Allons, il doit se reposer ! » S'exclama-t-il tout en esquissant un geste vers le Renard affaibli.

Les yeux farouches de la comédienne dardèrent un instant sur le visage pâli d'Aedelrik, sur le tremblement de ses paupières alors qu'il sombrait dans l'inconscience. « Lucrèce... » Chuchota-t-il comme une prière, comme une réflexion sous le coup de la fièvre - et soudain, elle avait son excuse.

« Vous l'avez entendu. De toute évidence, il veut que je reste à ses côtés. » Lucrèce se redressa, le nez légèrement relevé, dans tout son dédain ostentatoire. Mais elle n'hésitait pas à fixer le vieillard droit dans les yeux. Elle se devait de le convaincre. « Il vous faut quelqu'un pour le tenir de toute façon, si jamais vous avez besoin de recoudre la plaie. »

Le vieil homme ne manqua pas d'exprimer son mécontentement, mais il avait beau bougonner, il n'insista pas davantage. Tant que la jeune femme ne l'entravait pas dans ses déplacements, il ne la forcerait pas à décamper. « Pas besoin de recoudre, » finit-il toutefois par déclarer. « Allez me chercher de l'alcool et des bandages propres, puisque vous voulez aider, » lui déclara-t-il, après avoir essuyé le sang qui entachait l'épaule de son patient.

Soulagée de ne pas avoir à faire à ses nouveaux associés, la comédienne s'éloigna. Mais très vite, l'Hylien à l'air curieux lui emboîta le pas.
« Je vais te montrer où on peut trouver tout ça, » lui dit-il sans hostilité, et la guida sans hésitation entre les arches de pierre. Lucrèce lui jeta un regard méfiant, mais n'ajouta rien. Il ne mentait pas, cependant : ils firent très vite le plein de matériel d'infirmerie, et reprirent le chemin inverse, dans un silence pesant. Après un temps, cependant, le jeune homme reprit : « Moi, c'est Yoren. Ignore Kaarys, elle est juste un peu jalouse. Ça lui arrive de temps en temps. » Il lui décocha un sourire facile, un peu complice, que Lucrèce n'eut aucun mal à ignorer. « C'est rare qu'on nous ramène une nouvelle tête, par ici. D'où tu viens ?
- Pas d'un quartier fameux, si c'est ça la question. »

Le ton cassant de Lucrèce ne semblaient pas atterrer l'Hylien. Celui-ci voulait seulement savoir, sans doute, ou peut-être souhaitait-il sympathiser ? La comédienne ne pouvait pourtant qu'être trop prudente. Moins elle en disait sur elle, mieux elle se porterait.
Yoren rit d'un air détaché.
« Pas besoin de mordre ! Avec la chasse à l'homme de Cass'dos ce soir, on s'inquiétait juste. Et le patron qui se pointe blessé avec une créancière à ses trousses ? Ça nous intéresse. »

La comédienne constata que tous les regards s'étaient levés vers elle. Même ceux du médecin, bien que celui-ci semblait plutôt attendre impatiemment les bandages propres qu'elle avait toujours en main.
Elle ne pouvait pas les laisser sans réponse. Pas cette fois.
Alors elle mentit.


« Je l'ai croisé sur le chemin du bordel. On s'est déjà rencontré avant, je lui devais déjà ma vie, alors j'ai distrait les gardes. A ce moment, un autre homme est intervenu, je ne sais pas qui. J'en ai profité pour emmener votre Monsieur à l'abri, chez une copine. On l'a rafistolé avec les moyens du bord, puis il m'a dit connaître un guérisseur, alors je l'ai escorté. Il m'a défendu sur la route. D'où cette histoire, assez absurde je l'admets, de dettes communes. Mais que voulez-vous ? Je n'allais pas repartir les mains vides, et j'ai pas de scrupule à vendre mes services. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser... » Et sans leur laisser le temps de l'interroger davantage, Lucrèce retourna au chevet du Renard. Elle espérait qu'en restant à côté de l'endormi, personne ne viendrait la harceler de questions. Après tout, Doklas avait explicitement ordonné de ne pas déranger le blessé...

Dans un silence à présent quasi-religieux, alors que le guérisseur s'affairait avec ses bandages propres sur son patient, la comédienne fit mine d'observer le visage tendu d'Aedelrik. En vérité, elle tentait surtout de ne pas céder à la panique. A quelques pas du lit, les trois associés s'étaient réunis, et chuchotaient furieusement entre eux. Lucrèce n'eut aucun mal à prétendre qu'ils n'existaient pas.

Par les Déesses, qu'est-ce que je viens de faire ? Se demanda-t-elle brièvement.
Par les Déesses. Faites que je puisse lui parler avant les autres à son réveil. Elle se retrouverait dans un beau nid de frelons si le Renard donnait une version des faits trop différente de la sienne.

_______________________


Code couleur : #5b6be5.
Autre personnage : Abigaïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le crime et la musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Journey :: RPG :: Citadelle d'Hylia-