Forum de RP basé sur le thème de Zelda (Ocarina of Time), coupé au site de RPG en ligne Hyrule's Journey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Withered
Gérudo Damnée
Gérudo Damnée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1734
Age : 26
Date d'inscription : 10/07/2010

Fiche personnage
Guilde:
Race: Gerudo Gerudo
Description:

MessageSujet: Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert    Lun 29 Sep - 18:33

Vous vous engouffrez dans une des ruelles sombres du boug. En apparence elle n’a rien de spécial, et c’est peut-être pour ça qu’elle n’a jamais été remarquée. Pourtant, vous continuez votre périple, vous enfonçant entre deux boutiques, dans une impasse. Mais seulement pour celui qui ne connait pas son secret : votre guide actionne une pierre sur le sol, et tout à coup, un pan de mur se décale légèrement. L’air qui s’y échappe est glacial, et sent le renfermé. Vous suivez à contre cœur celui qui vous conduit, et vous vous glissez dans le maigre espace. Il fait plus noir qua dans un four dans ce tunnel, et vous n’avancez qu’en vous repérant au bruit des pas de celui qui vous précède. Et puis, sans prévenir, au détour d’un nouveau virage, la lumière.

Elle n’est pas vive. Elle n’est pas chaleureuse. Elle émane de quelques flammes fragiles, et de puissantes torches. L’ambiance est chaude, presque étouffante. La foule est déjà dense, la rumeur bouillonne. Les rubis commencent dores et déjà à passer de main en main, les noms des participants de cette année sont repérables parmi les conversations. Vous vous approchez. Vous êtes bluffé.

L’arène se dresse devant vous. Qui pourrait croire qu’un tel espace se tient sous les pavés du bourg ? Des gradins bâtis dans la pierre, et au centre, le terrain. Isolé par un faussé des spectateurs, les seuls moyens d’y  entrer sont les ponts de corde qui pointent à chaque extrémité. Les combattants, dès lors qu’ils rentrent dans le ring, sont livrés à eux même. Ils ne font plus qu’un avec le monde du duel de la nuit.
[ Inspiration pour le terrain, que tout le monde est la même chose en tête : http://2.bp.blogspot.com/-00qJdfDSuNw/T8ywVBhDc-I/AAAAAAAAAc8/mRSCwTFq30g/s1600/pro-bending_arena8iltl.png    Sauf qu’évidemment c’est moins moderne et sans eau ! L'arène reste aussi de taille raisonnable, puisqu'elle est secrète et sous le bourg... ] S’ils doivent emprunter une arme, elles se trouvent avant leur entrée sur le terrain, mais en piteux état : rouillées, délabrées, elles ne peuvent que dépanner si un combattant étourdi a oublié la sienne…

Cette année encore, les plus féroces des spectateurs grognent : pourquoi ne pas mettre à mort les plus faibles ? Mais le monde de la nuit est beaucoup trop soudé pour mettre un terme à la vie d’un de ses guerriers. Face aux gardes et au pouvoir, la solidarité est leur unique force, et le tournoi d’Aegis le meilleur exemple.

La rumeur gronde de plus belle. Les deux combattants vont bientôt entrer en scène. L’un commence déjà à faire parler de lui par ses multiples méfaits. La seconde laisse planer le mystère, mais les hypothèses fusent. Les spectateurs retiennent leur souffle, et les derniers paris sont fait.  Il ne reste plus que le combat ! Celui qui fera KO (ou adversaire qui reste au sol), poussera l'autre à l'abandon, ou sortie d'arène sera déclaré vainqueur !


[ Rappel des règles :
Le tournoi se déroulera par duel. Chaque combattant postera sa version du combat en totalité. Il devra donc faire interagir son personnage et celui de son adversaire, qu’il devra respecter au mieux grâce aux fiches.

Il est donc interdit de tuer le personnage d’en face, pour des raisons RP comme HRP.

On évitera bien sur les tacles dans les posts, qui visent le joueur plus que le personnage.

Une règle qui appartient plus au bon sens, on évitera de faire de son personnage un superman. Mais il faudra aussi trouver l’équilibre avec trop de blessures car le tournoi se déroule sur quelques nuits seulement, sans pause de récupération.

Il n’y a pas de longueur minimum comme maximum.

Dès l’instant où le post de début du duel sera posté (par l’organisation), les deux participants disposeront d’une semaine pour y répondre (sauf exception, si l’organisation est prévenue etc). Il n’y a pas d’ordre pour poster, mais si au bout de 7 jours l’un des deux combattants n’a pas répondu, il sera disqualifié. Si aucun combattant ne poste, le duel se soldera par un match nul et la disqualification des deux joueurs.
Ici donc, vous avez jusqu’au lundi 6 inclus pour poster !

Les résultats seront postés dans ce topic. Les juges noteront les participants selon une grille de notation (cohérence du post, respect des personnages, originalité, ressenti global etc), mais seul le résultat final sera communiqué. Si un des joueurs n’est pas d’accord avec le jugement, je l’inviterais à venir me voir, et UNIQUEMENT moi. S’il y a bien une chose que je ne laisserais pas passer, c’est harcèlement des juges suite à un désaccord. Sachez que dans tous les cas, les membres du jury n'ont pas l'obligation de discuter de leur jugement avec un participant, et que le détail des notes de chaque jury ne sera jamais communiqué.

N'oubliez pas cependant, mais un autre combat s'est déroulé avant celui-ci, et a amené des choses, comme instauré un contexte. Faites attention à bien respecter la version du précédent gagnant concernant l'ambiance par exemple !



Bon courage à vous deux ! ]

_______________________
Code couleur : Indigo

Autre personnage : Nathanael



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wabadou.deviantart.com/
Lanre
Dovah Feyn
Dovah Feyn
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1516
Age : 24
Date d'inscription : 08/03/2009

Fiche personnage
Guilde:
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert    Lun 29 Sep - 23:04

Les clameurs de la foule le ramenèrent sur terre. Les holas s'élevaient des gradins en même temps que le troupeau installé de part et d'autre s'amassait maintenant en une cohue braillarde, rugissante. Ses doigts meurtris se refermèrent un peu plus sur le cuir qui gainait son coutelas et son regard quitta celui de Robert pour venir chercher cette multitude tonitruante qui saluait la victoire. Sa victoire. Lentement, il se leva à son tour. Son talon libéra le bras du mastodonte de fer et d'acier qu'il laissait étendu à même le sol.  Le vert-de-gris de ses yeux parcourut brièvement l'auditoire en liesse, tandis que le sang gouttait doucement, glissant sur sa main droite. Tout était allé vite. Si vite.

*

S'il se contentait d'un simple regard et masqua sa surprise, le Ceald était néanmoins impressionné. D'abord des villages taillés dans la pierre ; et maintenant un ensemble de galeries creusées sous la roche qui pavait cette immense cité, qu'il avait à peine pu fouler du pied. « L'affrontement ne commencera pas avant deux bonnes heures. » Lâcha nonchalamment son guide. Il n'ajouta rien, mais remerciait intérieurement Aedelrik de l'avoir initié à l'Hylien. La langue ne lui était toujours pas familière mais au moins la comprenait-il, désormais. Le garçon s'engouffra dans un nouveau dédale plus sombre que le précédent et il laissa sa propre main caresser le roc dans lequel avaient été forés ces tunnels. Sans un mot, il se demanda si ces hommes qui avaient manié la pioche savaient également lever la hache ou l'épée. « Pourquoi avoir demandé à être mené ici aussi tôt ? La peur te prend déjà les tripes ? » S'enquit le jeune homme, qui dépassait à peine les dix-sept hivers de toute évidence. En ouvrant une porte de bois bancale, l'Hylien l'invita à entrer à sa suite. L'étranger dut se baisser pour ne pas se cogner, mais il apprécia de retrouver enfin la lumière. « Je viendrais te chercher. Tâches de ne pas te faire dessus ! » Cracha-t-il alors, mesquin et moqueur. Une fois encore, le paria préféra garder le silence. Il avait passé l'âge des provocations comme des insultes de la sorte. Et s'il n'avait pas peur, loin de là, il considérait cependant tout combat comme étant potentiellement la fin de son voyage. Lanre n'avait jamais ignoré une règle très simple : ce qui saigne est mortel, et il saignait autant que n'importe quel homme.

Il laissa tomber son baluchon, puis détacha la lanière qui maintenait sa lame dans son dos. L'acier teinta clair quand il le déposa au sol, avant de commencer à sortir le peu de matériel qu'il avait apporté. La dague de Blanche, sa fronde accompagnée de quelques projectiles de toute sorte, deux paires de barrettes de fer, des gantelets de fourrure, une chemise de mailles et un petit coffret de bois. Un demi sourire étira ses lèvres. Il dégrafa sa ceinture et se débarrassa de sa cuirasse de cuir et de pelisse, qu'il laissa choir dans un bruit étouffé. Nu, il reporta son attention sur l'écrin qu'il avait apporté et qui contenait les pigments traditionnels de son peuple. Ses doigts plongèrent à l'assaut de la peinture noire, qu'il avait sans nulle doute moins bien réussi que ne l'aurait fait le vieux Brieg. « Qu'importe.. ! » Souffla-t-il dans sa langue natale, en réalisant que la couleur n'était pas exactement la même que dans ses souvenirs. Il avait su extraire les essences de genévrier et cela ferait largement l'affaire. Sans plus attendre, il commença à tracer les motifs ancestraux. D'abord sur ses épaules, puis sur son torse, son abdomen. L'enduit était froid. Il ne retint pas les quelques frissons qui le secouaient doucement quand il passait sur les plaies qui déchiraient ses flancs. Bientôt, l'ensemble de son corps fut recouvert de symboles claniques, qui courraient sur sa peau et sa chair. Certains, parmi les siens, partaient ainsi en guerre. Ils dénigraient les armures et comptaient sur les effets du genévrier et l'effroi qu'ils inspiraient. Ceux-là mourraient, ou embrassaient le destin des Berserks. Quant à lui... Il porta son regard vers la cotte de mailles sans manches qu'il avait pris soin d'amener. D'ici quelques minutes les ornements qu'il avait peint seraient sèches. Pour l'heure, elles se contentaient d'onduler sur sa musculature, à la lueur des maigres flammes qui éclairaient la pièce.

Dès qu'il le put, Lanre enfila la parure de fer qui faisait la fierté de son peuple. Très vite, elle lui pesa sur les épaules, et il grogna. Il n'avait jamais aimé ces vêtements de métal réservés au combat, mais sans eux il aurait déjà rejoint les Wyrms et vogué vers Ifreann. Aussi décida-t-il de supporter cette protection supplémentaire mais loin d'être superflue. Pour mieux équilibrer la charge, il boucla sa première ceinture, répartissant ainsi une partie du poids sur ses cuisses. Le Ceald se baissa pour récupérer ses quelques effets. Par dessus les mailles, il jeta son armure de cuir souple et de fourrure, avant d'attacher une seconde ceinture et d'y fixer l'essentiel de ses armes. Il rembourra ses gantelets avant de les passer. Les plaquettes de fer couvraient tant les premières articulations de ses poings que ses phalanges. Il chaussait ses bottes et ajustait la lanière qui maintenait son épée quand arriva le presque-adulte de tantôt.

« C'est l'heure rouquine. En scène ! » Murmura-t-il avec un sourire carnassier. L'étranger fit craquer ses poings.

*

Le peuple de la nuit hurla quand les combattants s'engagèrent sur les ponts de bois qui menaient à l'arène de bois. Il fronça les sourcils et balaya des yeux l'intégralité de l'audience pour qui il devait faire chanter le fer. Sa poigne se referma plus fort sur la courroie à mesure que les lattes tanguaient sous ses pieds. Bientôt, il gagna le sol froid du Colisée souterrain. Son adversaire arrivait également. « Le type que tu rencontres a été avare en détails. Il se fait appeler Robert et... C'est un taureau. Un taureau de métal. J'espère que tu sais t'y prendre contre ce genre de gars. » Avait lâché Aedelrik, peu après que la fresque représentant l'avancée du tournois ait été dévoilée. Il grinça des dents en découvrant le colosse que son ami lui avait vaguement décrit. L'homme était grand – pas plus que lui, certes – mais surtout massif. Ses épaules tenaient du buffle, effectivement, mais c'était d'avantage la carapace d'acier poli qui le recouvrait de la tête au pied qui troublait le Ceald. Robert s'avança alors que le silence s'imposait sur la foule. Seul le vacarme que faisait l'homme de fer rompait le mutisme presque impérieux. L'étranger fit glisser la sangle de son épaule après avoir saisi la claymore que le voleur avait su dégoter pour lui. Fléchissant les jambes, il ramena son pied droit devant lui et bomba le dos. Puis, il plia les bras de telle sorte que sa main droite se retrouve au dessus de sa ceinture tandis que la gauche glissait en dessous. Il lança un regard noir au chevalier tout en cherchant les éventuelles failles dans son armure. La visière était étroite mais pourrait servir. Le casque, s'il protégeait des assauts, était aussi plus léger que le reste de la cuirasse d'acier et donc plus malléable. Quant au reste des faiblesses de la carapace, il les connaissait.

Lanre fit rapidement tourner la lame entre ses doigts comme pour s'échauffer. Son rival d'un jour n'avançait plus et l'attente – bien que courte – commençait déjà à lui peser. Dans un geste  rapide, le paria s'élança vers le templier, cherchant son flanc. Quelques bonds suffirent à ronger la distance entre eux et Robert se mit en marche à nouveau. Serrant la fusée de sa lame comme un naufragé serre les restes de sa rame, le Ceald tenta le premier assaut de la rixe. Plus rapide que le paladin, il se positionna face à la hanche de celui-ci et frappa de taille. Sa lame fila vers l'aine dans l'espoir de percuter les mailles qui tombaient jusqu'à la mi-cuisse du guerrier de plates. Il ne trancherait certainement pas au travers de la cotte mais le choc promettait d'être tout aussi violent.

Robert leva prestement le genou, jouant de son armure et stoppa net le coup. Tandis que le heurt ébranlait encore les bras du barbare, il saisit son poignet puis tira fort – aussi fort que le lui permettaient les Trois – tout en reculant vivement. Les plaques de fer grincèrent alors que sa manœuvre mettait en péril l'équilibre de l'étranger. Ses biceps s'arquaient douloureusement sous sa carcasse et l'homme du Pontife utilisa à nouveau son imposant plastron. L'Innocent cogna du genou, percutant le roux en plein poitrail. Une fois d'abord, puis une seconde, lâchant le poing de son ennemi et le poussant en arrière. Les traîne-misère et les tire-laines avaient relancé ce fracas qui leur était propre aussitôt que le plancher avait giflé le Ceald. Contemplant son adversaire, au sol, le Chevalier des Trois hissa bien haut son épée bâtarde dont la lame se teintait d'étranges couleurs en reflétant la lumière des torches.

L'immense dalle le gifla mieux qu'aucune femme n'aurait su le faire et piqua son orgueil plus habilement qu'une lance. Il grogna en décollant sa face du sol rêche, s'aidant de sa main gauche. Lanre avait le sentiment que les lattes de chêne avaient imprimé sur son visage le masque de la honte et pesta intérieurement. L'homme était plus rapide qu'il ne l'aurait cru. Mieux entraîné également. Et sa lame s'abattait déjà sur lui. Le rouquin prit à peine le temps de récupérer sa propre épée et roula. Malgré les hurlements enjoués des spectateurs, il distingua clairement le son si spécifique de l'alliage qui épouse le bois. Conscient qu'il exposait son dos, il se remis d'aplomb, consolidant sa prise sur la fusée de sa lame. Robert avait pris le temps de se replacer et le dardait d'un œil confiant : son armure offrait une protection presque totale et servait également à des mouvements offensifs. Jusqu'à présent, le Ceald n'avait jamais rencontré un homme capable de détourner ainsi un plastron.

Il cracha au sol, expulsant d'avantage de sang que de salive. Robert avait remporté la première passe haut la main et marqué les premiers points. Glissant la main droite vers les quillons de son arme et la gauche vers le pommeau, le Skaald amorça une enjambée en avant mais le chevalier avait déjà commencé sa course. Entrant dans la danse brusquement mais puissamment, il lança une estocade, visant l'épaule. Sans avoir à jeter un œil derrière, le maraudeur savait que reculer signifiait chuter : dans son dos s'ouvrait le gouffre qu'ils avaient du traverser auparavant.

Lanre se déporta légèrement puis fléchit les genoux, comptant sur son jeu de jambes. La lame de Robert passa à plusieurs pouces de son épaule, le Colosse se retrouvant emporté par son propre poids. S'il avait disposé de quelques secondes, l'étranger aurait pu détailler le spectacle de l'épée qui passait devant son nez, mais frappa de tranche. La claymore faucha le Templier, martelant juste au dessus de la ceinture. « Hmpf... — » Suffoqua son adversaire, tandis que l'alliage en provenance de Celves ferraillait avec ses hanches. Mais l'assaut n'avait rien fait sinon briser l'élan de Robert. L'espace d'un temps sans respiration, il décocha cependant un violent crochet au rouquin, le forçant à battre en retraite avant un deuxième assaut.

« Frìg'vau ! » Jura le reître reculant de quelques pieds, secoué par le coup qu'il venait d'accuser. La pointe de sa lame griffait le plateau de bois à chacun de ses pas et sa gueule le faisait souffrir comme rarement, en dépit des peintures de guerre qu'il avait appliqué sur chacune de ses joues. Grimaçant de douleur, il monta la main jusqu'à sa pommette et réalisa avec soulagement qu'elle n'était pas brisée. Pas encore, du moins. Le gantelet de fer s'était contenté de la déchirer. Rageur, il empoigna à nouveau sa lame et se jeta au devant de Robert, avant que celui-ci ne puisse en faire de même. Le chevalier ancra ses pieds dans le sol mais ne chercha pas à ramener le combat vers le centre de l’arène : il savait pertinemment qu'il ne disposerait pas du temps nécessaire pour le faire. Au lieu de quoi, il privilégia la garde haute prêt à parer les charges.

Lanre frappa sur le flanc gauche et Robert jeta sa lame à la rencontre de l'épée du maraudeur. Mais la claymore avait déjà changé de direction. Alors que le paladin continuait le mouvement qu'il avait amorcé, le Ceald porta son arme sur la droite, accompagnant son attaque d'une rotation des hanches et du tronc. L'épée à deux mains emboutit le heaume du chevalier dans un fracas sourd. Le fer plus léger du casque s'était déformé dès lors que l'espadon l'avait percuté à la tempe, réduisant la visière de plus de moitié, non sans rouer le crâne du pauvre homme qui le portait. Sans laisser à son vis-à-vis le moindre répit, le chasseur envoya son pied contre l'inquisiteur pour le déséquilibrer. Robert tomba, genou à terre et le rostre en sang, sous le camail que son casque avait enfoncé. L'épée longue claqua contre l'estrade qu'ils occupaient tout deux.

Le templier sifflait et grognait, peinant à respirer. Pour autant, il était loin d'avoir dit son dernier mot, et n'avait pas abandonné son épée par hasard. Alors que l'ombre du barbare glissait sauvagement sur lui, il tira soudainement une dague de sa botte. Comme le crotale menacé sort ses crocs, Robert joua de vivacité et de surprise. Son poignard perça les grèves de cuir du sauvageon et ne tarda guère à goûter son sang. L'homme hirsute qu'il devait affronter poussa un cri qui lui semblait presque animal, alors que lui était acclamé par une foule qu'il ne parvenait plus à voir. Son casque déformé molestait en permanence son profil déjà bien abîmé. Néanmoins, pendant que la brute reculait brusquement, il projeta sa propre épée vers le cœur de l’amphithéâtre enterré d'un coup de pied sans appel. Malgré les jointures de son armure et son manque de mobilité il réussit à se hisser sur ses jambes avant que le sauvage n'amorce une riposte et commença à battre en retraite, cherchant à se rapatrier vers le centre.

Le rouquin écoutait à peine les cris qui fusaient de part et d'autres dans les gradins. Son visage plissé, il se concentrait sur la peine qui grimpait depuis son mollet. Tâchant de fléchir les jambes le moins possibles, il libéra une main pour attraper le manche et tira. Ses dents grincèrent alors qu'il faisait son possible pour ne pas maugréer. Ses traits portaient son mal. Il chancela presque en extirpant l'acier à ses chairs, puis en le jetant dans la crevasse. La sueur accrochait son corps. La plaie n'était pas bien profonde, ses chausses l'avait gardé d'un sinistre. Pour autant elle représentait une gène indéniable et sur le long terme pourrait marquer sa défaite. Il fallait que tout cela finisse. Et vite.

Contre toute attente, l'Innocent était parvenu à se relever sans trop de mal, malgré l'assaut qu'il avait encaissé. Sans cette nouvelle surprise qu'il avait gardé calée contre sa botte depuis le début de l'affrontement, celui-ci aurait tourné court d'une façon qu'il n'avait pas prévu. D'une façon qu'il répugnait. Mais les Déesses lui donnerait sans nul doute la force de vaincre un pauvre chien enragé venu des steppes d'il-ne-savait-quelle-contrée. Un barbare et un païen qu'il se devait de purifier, somme toute. Et si les règles n'autorisaient pas de tuer, il s'empara néanmoins de l'arbalète qui lui servait usuellement à traquer les sorcières puis les mettre à mort. Encochant le carreau, il visa tant bien que mal, la respiration lourde et tira. Sans même s'arrêter, il retourna chercher un deuxième trait, reculant encore.

Le premier projectile manqua de loin sa cible, et Lanre s'élança une fois de plus. Le deuxième trait filait sur lui et dans un réflexe plus instinctif que pensé, il balança ses bras à l'assaut. Les Wyrms lui vinrent en aide, sans doute, puisque sa lame faucha le dard de fer. Il n'avait encore jamais rencontré un arc si petit et pourtant si vigoureux. Il grogna, alors qu'il lui semblait que son épée tout entière tremblait et que son humérus était pris de soubresauts. Le Ceald n'avait pas le temps de s'en inquiéter : il était désormais à moins de dix pieds de son assaillant et si son petit arc monté était puissant il n'en était pas moins lent. A l'image du guerrier qui le maniait.

En quelques secondes à peine, il fut sur son adversaire. Le titan de fonte n'avait pas eu le temps d'encocher une nouvelle flèche mais trouva une nouvelle utilité à sa baliste miniature. Sans égard pour son arme il frappa de la crosse, visant la gorge. Le roux joua des quillons, portant sa garde à l'encontre du bois et du fer gravé de l'arbalète. S'il parvint à parer l'assaut de Robert, il n'avait pas pensé que celui-ci abandonnerait sa propre arme dans ses bras. L'étranger s'en débarrassa d'un bref coup d'épaule, mais ce fut suffisant pour le déstabiliser et créer une ouverture dans sa défense. L'Hylien s'y engouffra sans la moindre hésitation. Du poing, il vint cueillir le foie du maraudeur. Puis, liant ses deux mains, il lui asséna un soufflet des plus violents. Un de ceux que seuls savent faire les chevaliers. Un soufflet de métal. Lanre recula d'un pas, ébranlé et Robert s'enfonça à nouveau dans la faille, chargeant comme un animal furieux. Les deux hommes tombèrent lourdement au sol. Des planches fatiguées s'éleva un nuage de poussière.

Lanre grommela quelque chose d'incompréhensible, tandis que Robert l'écrasait de tout son poids. Le chevalier se tenait au dessus du Ceald quand il lança sa tête à l'assaut de la gueule du rouquin. Quand le casque percuta son faciès, l'étranger ne trouva pas le temps ni le courage de hurler. L'assaut avait été véhément, brutal. Sanglant. Sitôt que son nez avait craqué, des coulées carmins avaient envahi son visage. Dans un espoir insensé, il saisit le heaume de Robert, le forçant à rester contre lui. Quand ce n'était pas le sang qui maculait sa figure, c'était la sueur qui la faisait luire. La fatigue l'assaillait et ses muscles le tirait – particulièrement les bras, qu'il maintenait dans une traction permanente pour immobiliser le chevalier. Sans même qu'il ne s'en rende compte, il avait commencé à rugir. L'Hylien se débattait sans réussir à se soustraire à son emprise. Doucement, insidieusement même, il prenait le pas sur l'homme de foi et ils finirent par rouler sans qu'aucun des deux ne puisse expliquer comment.

Les mailles sous l'armure cliquetaient alors que le public commençait à brailler sa joie et son excitation. De la main, l'Inquisiteur cherchait l'une des épées que les deux combattants avaient du abandonner au cours de l'affrontement. Le barbare installé sur son poitrail pesait son poids, et il savait qu'il ne pourrait pas se relever avant de l'avoir délogé. Pas avec les carcans de fer qu'il portait. Mais avant que ses doigts n'atteignent la lame qu'il convoitait, le pied du sauvageon écrasa son coude. « Foutredieu...! — » Gémit-il, incapable de se protéger du sang qui gouttait de la gueule du Ceald jusqu'à la sienne. Lanre tira alors le poignard qui reposait sur son plastron et le saisit des deux mains. Leurs regards se rencontrèrent et Robert sentit l'acier froid se glisser entre sa visière, pour s'arrêter doucement entre ses sourcils. L'étranger n'insista pas, mais sa propre lame pesait au dessus de sa tête comme une épée de Damoclès.

Le temps sembla s'arrêter. Les clameurs de la foule le ramenèrent sur terre. Les holas s'élevaient des gradins en même temps que le troupeau installé de part et d'autre s'amassait maintenant en une cohue braillarde, rugissante. Ses doigts meurtris se refermèrent un peu plus sur le cuir qui gainait la dague et son regard quitta celui de Robert pour venir chercher cette multitude tonitruante qui saluait la victoire. Sa victoire. Lentement, il se leva à son tour. Son talon libéra le bras du mastodonte de fer et d'acier qu'il laissait étendu à même le sol. Toujours pris dans le feu de la joute, il monta sa main jusqu'à son nez et le brisa une seconde fois, sans ménagement. La douleur fusait, retentissant dans tout son crâne, mais il savait qu'il n'y avait rien d'autre à faire s'il souhaitait continuer à respirer demain. Sans un mot, il essuya le sang sur les fourrures de son gantelet, et laissa tomber le coutelas, qui se ficha dans le bois. Le vert-de-gris de ses yeux parcourut brièvement l'auditoire en liesse, tandis que le sang gouttait doucement, glissant sur sa main droite. Tout était allé vite. Si vite.

_______________________


Sign' by Zelda, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert l'Innocent
Habitant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 26/08/2014

Fiche personnage
Guilde: aucune
Race: Hylien Hylien
Description:

MessageSujet: Re: Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert    Dim 5 Oct - 20:51

Robert balaya du regard l’ensemble de l’arène. Son casque grinça mais le bruit fut étouffé par  les exubérantes exultations du public. Le templier sourcilla en voyant l’incroyable grotte, au cœur même du bourg. Même si bon nombre de questions se bousculaient dans son esprit, il restait concentré sur son objectif, son adversaire. L’Innocent n’avait qu’un nom : Lanre. D’après Dominique, un diacre qu’il comptait parmi ses amis, c’était un nom d’étranger, un nom d’hérétique, de quelques origines démoniaque ou profane. Rien que de penser à cet infâme fils de chien, son sang chauffait et inconsciemment, il posa sa main sur son épée. Devant lui, le guide lui fit signe de le suivre. Il parlait beaucoup et très vite mais Robert ne l’écoutait pas, il se fichait de connaître la vie ou l’avis de ce vermisseau agité. Visiblement, l’homme en armure l’effrayait.

La loge qui lui était prêtée pour attendre son tour proposait tout ce qu’un homme pouvait désirer, à l’exception faite d’un statut des Trois qui lui permettrait de prier, il avait trois quart d’heure avant la tempête sanglante. Robert joignit les mains et s’adressa aux déesses. Lorsque l’heure sonna, l’infect larbin vint le trouver, jacassant par la même occasion de la beauté du premier combat. Des informations inutiles pour le moment, tant que le fameux Lanre n’était pas brisé.
Cette arène ne lui convenait pas, il n’avait pas confiance en cette espèce d’échafaudage gargantuesque qui n’attendait que de se briser mais il ne pouvait faire marche arrière après avoir sollicité l’aide des Déesses. Troublé par ses doutes, il ne vit pas immédiatement qu’en face de lui s’avançait, sur le pont en bois, son adversaire. Enfin Robert pouvait mettre un nom sur ce visage. Tout dans son physique puait l’hérésie la plus totale, de ses cheveux d’un roux provoquant aux peaux de bêtes qui ne devaient  même pas le réchauffer en hiver, en passant par les peintures qui lui barraient le visage. La rage, la haine, l’envie de sang,  de voir disparaitre cette tache du paysage ; toutes ces émotions s’entremêlaient dans un torrent  d’adrénaline. Le templier était concentré, il claquait des dents en rythme, fit quelques mouvements de bras pour détendre ses muscles et attendit le rugissement du jury.  Son adversaire faisait de même, se mettant en position de combat, claymore levé à droite de son visage. Un rapide regard s’échangea entre eux, il était froid et dur, chacun sachant qu’il n’en restera qu’un dans quelques instants. Le hurlement fatidique arriva, soulageant les gladiateurs de l’attente. Dans un hurlement de joie lancé par les badauds installés dans les gradins, ils débutèrent leur danse.

Vu de loin, ils ressemblaient à des animaux se disputant une femelle, tournant lentement sur un cercle imaginaire, jugeant l’autre d’un regard ou d’un léger mouvement d’épée destiné à tester les réflexes de l’adversaire. Imperceptiblement, ledit cercle se rétrécissait, rapprochant les ennemis mortels. Subitement, Robert pris l’initiative de porter un coup en tranche qui aurait pu décapiter son adversaire si celui-ci n’avait eu le temps de se baisser, y laissant quelques cheveux roux. Celui-ci répliqua par un coup d’estoc qui fut dévié par le plastron du héros, laissant une marque blanche sur l’acier. L’innocent avait senti l’arme s’approcher dangereusement de son rein gauche, lui coupant le souffle à défaut de peau, et le forçant à reculer. Subitement, son attention fut attirée par une rose quelques centimètre derrière l’un des pieds du païen. Visiblement, la première passe d’armes avait suffit au public pour choisir qui gagnerait et aux femmes qui était le plus beau. Il fut tiré de ses pensées par la claymore de Lanre qui s’abattit férocement contre le casque, le faisant perdre l’équilibre. Il tomba à genoux, s’appuyant sur son épée,  ses oreilles vrombissaient et son crâne était sur le point d’exploser, il ravala un haut le cœur à grand peine. L’impact n’avait pas perforé le casque mais avait laissé un bel impact derrière l’oreille droite. Le templier remercia les déesses : dans un vrai combat, le païen l’aurait sans aucun doute décapité. Dans l’impossibilité de faire rouler la tête de l’Innocent sur le sol, le rouquin décocha un puissant coup de talon dans son armet qui fit rouler et atterrir le chevalier en position d’étoile de mer. Lanre s’approcha en courant, avec une expression neutre sur le visage et une goutte de sueur perlant sur la tempe, l’ouverture était grande. Il n’eut pas le temps de se rendre compte de son erreur quand la main gantelée de Robert fit une balayette et chassa son appui. Les deux hommes se retrouvèrent au sol, côte à côte et, pendant une fraction de seconde se regardèrent en chiens de faïence. Puis, la bataille, le public les rappelèrent à l’ordre, Robert décrocha un direct du droit à son adversaire ce qui lui permit de faire un roulé boulé pendant que le templier peinait à se remettre sur pieds, alourdi par son armure et encore groggy. Quand il eut enfin retrouvé son équilibre, son adversaire le menaçait déjà, muni de son épée. Le dénouement était proche,  l’homme cria quelque chose, dans une langue que Robert ne comprit pas, avant de lever son épée pour porter une taillade de toutes ses forces.  Elle devrait largement suffire à assommer définitivement l’inquisiteur. L’innocent recula, réfléchissant, avant de sentir le sol disparaître derrière lui : il se trouvait au bord du précipice.  Brutalement, il se jeta en avant, tête la première. Son casque percuta le visage de son adversaire, et dans le même mouvement, l’attrapa à la gorge de la main droite et le souleva. De la main gauche il prit les cuisses de son adversaire. Portant le corps de son ennemie au-dessus de sa tête, il fléchit son genou droit, rendit grâce mentalement à Din et abattit son adversaire, aidé de la gravité, sur son genou droit lui déboitant le bassin dans un son glauque.  Brutalement, il s’éveilla,  les hurlements de la foule l’entourèrent. Sans demander son reste, il partit d’un pas titubant vers sa  chambre. Il fallait qu’il enlève son casque, qu’il calme son mal de crâne et vomisse.

_______________________
Second personnage d'Amar Sundi.

Spoiler:
 

Couleur Amar : #ff0000
Couleur Robert: #ffff00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Withered
Gérudo Damnée
Gérudo Damnée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1734
Age : 26
Date d'inscription : 10/07/2010

Fiche personnage
Guilde:
Race: Gerudo Gerudo
Description:

MessageSujet: Re: Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert    Ven 17 Oct - 12:40

Après le vote du jury, le gagnant de ce tour est

LANRE !
C'est donc sa version qui sera conservée pour le RP et pour la suite du tournoi, soyez tous attentifs.

Les deux posts étaient vraiment intéressants, il ne reste maintenant plus qu'un combat pour le premier tour !

_______________________
Code couleur : Indigo

Autre personnage : Nathanael



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wabadou.deviantart.com/
 

Tournoi d’Aegis – 1er tour – Lanre face à Robert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Journey :: RPG :: Citadelle d'Hylia-